Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Crise d'angoisse      (510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Attaque de panique

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 33 ans
Mail  
| 659 lectures | ratingStar_114128_1ratingStar_114128_2ratingStar_114128_3ratingStar_114128_4

Ces "crises" me sont familières. Elles ont démarré un jour où je ne m'y attendais pas. J'allais faire quelques courses avec mon petit garçon et en descendant de la voiture j'ai senti une faiblesse immense, mes jambes "en coton", une alternance de chaleur et de froid et l'irrépressible envie de fuir ! Je n'ai plus pu aller dans un magasin pendant des mois, aller chercher mes enfants à l'école était un calvaire, il fallait qu'une présence amie soit à mes côtés. Cela a été un calvaire à la fois pour moi mais également pour mes proches qui ne pouvaient comprendre !! Mon médecin traitant m'a bien sûr proposé du PROZAC, mais je n'ai pu me résoudre à en user. La première personne qui m'ait été d'un grand secours, qui grâce à sa pratique m'a redonné la pêche, c'est une REFLEXOLOGUE, une VRAIE (je précise car on voit fleurir des réflexologues masseuses sans réelle formation) Elle m'a permis de sortir de ma léthargie physique. Et puis j'ai fait la démarche de voir un psychotérapeute car des évenements comme ceux ci sont une sonnette d'alarme évidente de l'esprit. Il faut souvent remonter très loin dans son histoire pour comprendre comment des frustrations personnelles, un environnement, des angoisses trans-générationnelles… peuvent inconsciemment vous "ronger" de l'intérieur et faire qu'un jour tout s'écroule ! Aujourd'hui, bien que je sache être marquée par cette faiblesse, les crises se sont estompées et je vais beaucoup mieux. Pour mon cas le déclencheur était une peur évidente de la mort, pas de mourir moi, mais de devoir laisser mes enfants. Tout ça pour dire à ceux et à celles qui en souffrent qu'il y a un espoir de s'en sortir. Il ne faut pas rester enfermé chez soi, mais chaque jour se lancer un tout petit défi : aujourd'hui je vais arriver à faire ça… ne jamais baisser les bras et sûrtout en parler autour de soi, cela m'a beaucoup aidé à relativiser et ne pas hésiter à faire appel à un psychologue ou psychotérapeute qui par la discussion vous feront éviter la prise de médicaments.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


114128
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Methode edmr pour vaincre les phobies et traumatismes - angoisse et phobie

image

Bonsoir , Je suis super impressionnée par tes réflexions alors je voulais juste te donner un petit tuyau si ta psy ne te l'a pas déjà dit : Juste pour te dire qu'en fait la peur de la mort c'est tout simplement la peur de l'abandon. Est-ce que...Lire la suite

Temoignage : mon sevrage au prozac - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Bonjour, Je voudrais témoigner de mon sevrage au Prozac, pour celles et ceux que ça pourrait aider. J'ai pris des AD et surtout du Prozac à différentes périodes de ma vie depuis l'âge de 25 ans. J'ai aujourd'hui 36 ans et je prenais du prozac...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages