Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Crise d'angoisse      (510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Deroxat : pourrais-je m'en passer?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 27 ans
Mail  
| 2239 lectures | ratingStar_134118_1ratingStar_134118_2ratingStar_134118_3ratingStar_134118_4

J'ai commencé Deroxat en 2004 après une série de crises d'angoisses brutales et totalement imprévisibles (j'avais toujours été bien dans ma tête jusqu'à ce moment-là) , qui avec le recul étaient liées à la solitude (qui ne m'avait jamais gênée pourtant jusque là) , l'éloignement de ma famille, et un appart dans lequel je ne me sentais pas bien). Quelques effets secondaires au tout début (nausées, somnolences, et impossible de tenir toute une nuit sans aller aux toilettes) puis c'est allé mieux, j'ai repris du poil de la bête, même si c'était difficile et que la solitude était toujours là… Puis j'ai rencontré quelqu'un (qui avait été là pendant certaines de mes crises) , nous nous sommes mis ensemble, tout allait bien, j'ai décidé d'essayer d'arrêter. J'ai fait ça très progressivement, durant le printemps/été 2005, sans trop de problèmes à part quelques angoisses passagères. J'ai totalement arrêté à la fin de l'été 2005. Et mes angoisses et ma déprime ont repris le dessus, d'autant plus que je venais de prendre un appartement avec mon ami, que ma grand-mère venait de décéder, etc… En novembre 2005, je n'allais vraiment pas bien, crises de larmes, impossible de dormir, envie de rien… J'ai donc repris du Deroxat, et cette fois, consulté un psy. Et ça allait mieux. Puis avec mon ami nous sommes retournés en province, un projet qui nous tenait à coeur, nous avons trouvé du boulot, un super appart, enfin bref, donc, en 2006, tout est allé pour le mieux pour moi : plus d'angoisse, une demande en mariage, l'achat d'une maison… Quelques effets secondaires du Deroxat se sont cependant manifestés : vertiges, tête en coton (très désagréable ! ). Sur le conseil de mon généraliste, j'ai très légèrement réduit les doses : une à deux fois par semaine, je ne prenais qu'un demi-comprimé au lieu d'un. Tout s'est passé pour le mieux, j'étais de nouveau normale, remplie de joie de vivre. Mais voilà. J'ai essayé il y a deux semaines de passer au rythme à 1/2, 1/2, 1 comprimé. Et à peine quelques jours plus tard, les problèmes ont commencé : fatigue intense, plus d'envie pour rien, angoisses, doutes, tout tourne et retourne… Les premiers jours, on est plein d'espoir, on se dit que c'est le sevrage, on pense aux bons moments passés et à venir, on arrive à tenir le coup, quoi. Mais les jours passent, on fatigue nerveusement de plus en plus, et du coup c'est encore plus dur, le fond du trou est encore plus lointain… Du coup, il y a trois jours, j'ai repris ma dose habituelle, et ça commence à aller mieux. Mais pourrais-je un jour m'en passer ? J'espèrais être "clean" pour le mariage, bien que mon médecin m'ait dit que c'était un elèment de stress et peut-être pas une très bonne idée d'arrêter. Mon ami vit très mal mes angoisses, ce qui m'angoisse encore plus… Je ne vais pas vous expliquer ce qui tourne dans la tête à ces moments là, heureusement qu'on a des souvenirs heureux mais ceux-là semblent faiblir au fur et à mesure des crises… Et que dire de l'efficacité au boulot, quasiment nulle. Dire que j'étais optimiste pour cet arrêt, j'allais si bien…
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


134118
b
Moi aussi !
8 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Methode edmr pour vaincre les phobies et traumatismes - angoisse et phobie

image

Bonsoir , Je suis super impressionnée par tes réflexions alors je voulais juste te donner un petit tuyau si ta psy ne te l'a pas déjà dit : Juste pour te dire qu'en fait la peur de la mort c'est tout simplement la peur de l'abandon. Est-ce que...Lire la suite

Temoignage : mon sevrage au prozac - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Bonjour, Je voudrais témoigner de mon sevrage au Prozac, pour celles et ceux que ça pourrait aider. J'ai pris des AD et surtout du Prozac à différentes périodes de ma vie depuis l'âge de 25 ans. J'ai aujourd'hui 36 ans et je prenais du prozac...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages