Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Crise d'angoisse      (510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mes angoisses me bloquent

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 730 lectures | ratingStar_203003_1ratingStar_203003_2ratingStar_203003_3ratingStar_203003_4

Quand on glisse dans un etat néga que ce soit dû à l'exterieur ou non… en ruminant un etat nega on utilise notre propre energie qui detruit notre potentiel… tout notre potentiel.; on perd le contact vec le reel, des angoisses apparaissent, des distorsions, on fini par voir plus de mal qu'il n'y en a autour de nous… et notre esprit est de plus en plus faible, les choses les plus élémentaires deviennent compliqués, comme tout ce qui touche au raisonnement intellectuel… on a le sentiment d'être bête incapable de piger quoi que ce soit et par ailleurs la memoire aussi se met à deconner… pour des petites chose simples, objet perdu ect… puis pour les evènements… on peut entendre une phrase et elle se dissous presque immédiatement ce qui donne cette impresion de ne plus avoir de mémoire… alors que en faite l'esprit est simplement embrouillé, abrutit, assommé… (j'ai eu une période ou je ne me souvenais pas des horaires de sortie d'école de ma fille) j'ai commencé un travail sur moi que je vais poursuivre aujurdhui avec une spécialiste, aujourdhui je suis capable à mon rythme de faire du travail intellectuel… car j'apprend jour après jour a me reconnecter à mon être… je sors d'une phase d'auto destruction de 13 ans… j'ai decouvert que quand on se raccroche à quelque chose de postif que l'on a vecu ça fait comme un bouclier et ça redonne de l'energie de l'interieur… cette energie ^permet de faire ce que l'on desir, pour ma part reprendre mes etudes, pour d'autres cela peut être peindre etc… Titi dit qu'elle se sent bloquer… c'est bien le sentiment q'on a dans cet etat… la fermetur à l'amour de soi ferme toutes les portes. On n'est pas dans cet etat du jour au lendemain comme ça… (sauf maladie bien sure) c'est comme si le moteur qui nous pousse à faire ce que l'on aime n'avait plus de carburant. Ce carburant c'est notre energie vitale.

Et cette energie ben faut la deboquer, et des fois ba c'est loin d'être simple. Il faut parfois passer par des zones d'ombres pour savoir faire jaillir la lumière et le plus dur c'est de la maintenir. J'ai donc remarqué que parfois j'étais capable de raisonnement poussé (calcul de physique) et d'autres fois carrément incapable… j'ai remarqué que à chaque blocage correspondait un mouvement nega de l'esprit qui pourrait être representé comme le sens inverse de la vie, autrement dit : auto destructif des que ce mouvement disparait suivant son intensité bien sure, l'energie revient peu à peu avec ce qui va avec. C'est comme ça que j'ai compris que chaque progression dans mes cours correspondait à une progression de mon etat positif. J'ai perso du mal à gerer ça car je passe d'une grande capacité à la nullité… pour ça une spé va m'aider… j'ai donc noté dans quel cas je regressais et dans quel cas je progressais. C'est comme ça que j'ai trouver la solution. Quand notre nergie est utiliser a des pensées nega on inverse le mouvement de la vie. Mon experience est particulière, d'autres auraient sombré dans la depression, moi ça ma deboqué ma capacité de reflexions. Ce qui m'a amené sur le chemin de la vie est une seule chose au monde : l'amour que j'éprouve pour mes filles.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


203003
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Methode edmr pour vaincre les phobies et traumatismes - angoisse et phobie

image

Bonsoir , Je suis super impressionnée par tes réflexions alors je voulais juste te donner un petit tuyau si ta psy ne te l'a pas déjà dit : Juste pour te dire qu'en fait la peur de la mort c'est tout simplement la peur de l'abandon. Est-ce que...Lire la suite

Temoignage : mon sevrage au prozac - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Bonjour, Je voudrais témoigner de mon sevrage au Prozac, pour celles et ceux que ça pourrait aider. J'ai pris des AD et surtout du Prozac à différentes périodes de ma vie depuis l'âge de 25 ans. J'ai aujourd'hui 36 ans et je prenais du prozac...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages