Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Hypocondrie      (202 témoignages)

Préc.

Suiv.

Situation personnelle floue, besoin d'etre guide. - developpement personnel

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 23/11/13 | Mis en ligne le 30/05/14
Mail  
| 292 lectures | ratingStar_529451_1ratingStar_529451_2ratingStar_529451_3ratingStar_529451_4
Bonjour à tous. Je viens vous exposer ma situation car j'aurai besoin de points de vue extérieurs qui m'aidera à me sortir de mon labyrinthe psychologique. J'ai 20 ans, je suis à la fac, et je suis relativement perdu sur le plan personnel. La chose étant complexe, je vais commencer par la fin, la raison qui m'a décider à écrire ce post. Je suis souvent stressé car je me pose énormément de questions, ma dernière psychologue et moi avons remarqué que j'étais extrêmement penché sur "l'imaginaire" (je rumine les embrouilles que j'ai pu avoir en m'imaginant ce que j'aurai pu répondre, etc.) et cela m'amène à être douloureusement tendu dans la nuque, au point d'en avoir des mots de tête. Et aujourd'hui je me suis dit que mon problème venait peut-être des cervicales (ayant subit un "coup du lapin" il y a quelques années, mais sans suite) , qu'une fragilité et un mal-aise récurrent pourrait avoir des conséquences sur mes humeurs et ma psychologie en général. Mais voilà, ce "problème" qui pourrait être la cause de tous mes maux et que je voudrais à tout prix résoudre n'est pas le premier. Mon moral fait le yoyo depuis quelques années (problèmes familiaux, dépression, crises d'angoisses…) et à chaque fois que je suis au plus bas je m'efforce de rester lucide pour trouver où est le soucis et le résoudre au plus vite. S'en suit une remonté fulgurante au cours de laquelle je suis au meilleur de ma forme, puis une rechute tout aussi soudaine. Et ainsi de suite. J'ai récemment vécu ma première histoire "d'amour", à vrai dire la seule relation de ma vie, qui s'est terminée en cauchemar et m'a amené voir ma dernière psychologue (la 2nd). Suite à cela j'ai appris à réduire l'amplitude de mes baisse de moral. Mais voilà, elles sont toujours là, et à chaque fois il y a une cause différente et à chaque fois je trouve une nouvelle raison, une nouvelle solution. Exemple, mes difficultés avec la gente féminine. Puceau, une seule histoire catastrophique, à la suite de laquelle je me suis rendu compte que ma maladresse sur le plan relationnel était surement du à un manque d'affection conséquent. Ce dont je suis à peu prés sûr (entourage quasi-inexistant). Deuxième exemple, les études. Lorsqu'un sujet d'étude personnelle m'intéresse, je suis capable de m'y donner à 100% et d'en apprendre plus que n'importe qui en un minimum de temps. Mais lorsqu'il s'agit de travailler les cours de la fac, impossible. Une espèce de répulsion, un stress qui monte quand j'étudie, des bouffées de chaleur, mes pensées qui vont glisser vers autre chose, et je m'arrêtes dans le meilleur des cas au bout d'une heure. Relativement satisfait de l'effort fourni, je ne m'y remettrait qu'une semaine plus tard. Selon ma psy ce problème viendrai du rapport que j'ai pu avoir avec mes parents, mais là-dessus je n'en suis pas sur. Troisième exemple, mon poids. 53kg pour 1m70, c'est trop peu. Bien que relativement musclé et ayant résolu tous mes complexes liés au physique, je ne peux m'empêcher de chercher une raison à mon sous-poids. Serait-ce du à mes 2 vertebres mal placées qui selon mon osthéo dérègleraient la digestion via un mauvais placement des côtes ? Serait-ce du à mon enfance, durant laquelle je me privais de manger pour faire comprendre à mes parents que je ne supportais plus leurs engueulades quotidiennes ? Il y a évidemment des tas d'autres problèmes que je ne pourrais vous citer. J'ai la sensation que ma vie est une machine usée pleine de fuites, d'avarices et autres problème techniques, et je m'efforce de tout résoudre au plus vite par peur que ce ne soit définitif avec l'âge. Et stressé par tous ces problèmes, j'en viens à me foutre des certains autres, comme mes études, mon avenir en général que je suis en train de gâcher, et je préfère vivre au jour le jour pour moins me prendre la tête. Voilà, n'ayant pas l'entourage pour m'aider à me sortir de ce foutoir, j'aimerai que l'on essaye de me guider parce que je commence à fatiguer. Je n'ai jamais eu l'envie de me suicider, mais je passe à côté de pleins de choses, ce qui me rajoute un stress supplémentaire. Donc est-ce que je suis un "hypocondriaque psychologique" (mon ex et moi étions d'accords sur le fait que je me prends trop la tête) , ou est-ce que je pourrai effectivement avoir un ou plusieurs problèmes qui me pourrissent la vie, mais que je n'arrive pas à trouver ? Ou est-ce que je suis simplement fatigué de vivre (plus grand chose ne me rend heureux) ? Comment retrouver une vie "normale" et être enfin libre d'être moi-même ?
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


529451
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Angoissent qui reprennent de plus belle - angoisse et phobie

image

Bonjour. Après des galères personnelles dans lesquelles je suis encore, mes angoissent viennent se rajouter. J'avais réussi à plus ou moins les mettre de coté mais elles me rattrapent. Je suis hypocondriaque. Je ne vais presque jamais voir le...Lire la suite

A tous ceux qui ont des crises d'angoisse - angoisse et phobie

image

Bonjour à tous, Afin de poursuivre notre discussion concernant le lien qu'il peut y avoir entre tabac et crises d'angoisse, j'aimerais apporter mon témoignage. Avant tout, je tiens à préciser que certaines personnes sont par nature plus sujettes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages