Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Paranoia      (300 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'arrete tout (ou presque) !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 10/10/13 | Mis en ligne le 25/05/14
Mail  
| 436 lectures | ratingStar_528815_1ratingStar_528815_2ratingStar_528815_3ratingStar_528815_4
Je prends oui toujours de l'abilify 5 mg ; mais je crains que le psychiatre que je vais voir dans une semaine (une semaine c'est long ! ) veuille l'augmenter à 10 mg mais je refuserai car à ce dernier dosage, je commence à avoir des effets secondaires. A moins qu'il me mette sous antidépresseur IRS. Moi qui m'était débarrassé du prozac il y a un an… J'ai été suivi dans un service de psychiatrie ambulatoire hospitalo-universitaire depuis 5 ans, plutôt comportementaliste. D'abord par le chef de service, avec qui le contact ne marchait pas (je l'ai même fait sortir de ses gonds une fois). Il a essayé pleins de neuroleptiques sur moi, haldol et largactil compris qui me zombifiaient, des antidépresseurs tels que le laroxyl et même du teralithe (malgré le fait que j'étais déjà sous tégrétol et lamictal, certes aux effets thymorégulateurs, mais prescrits pour mon épilepsie, avec donc des risques d'interactions médicamenteuses graves). Et pour le lithium, ma copine et moi on s'est dit : trop de risque d'insuffisance rénale, c'est niet ! … Quand je lui ai demandé mon diagnostic, il m'a répondu vaguement : "trouble de la personnalité"… ça a clashé ensuite… Il m'a envoyé après vers l'un de ses PH, dans le but d'une TCC mais en fait ce dernier prenait aussi en charge mon traitement médicamenteux. Son grand truc à lui c'était le risperdal mais même à 1 ou 2 mg, j'avais des troubles sexuels. Il avait essayé le solian aussi mais j'ai pris 20 kg en quelque mois. Au départ, ça se passait bien entre lui et moi. Mais là, par la suite, il n'a pas répondu à ma question du diagnostic : non je ne serais pas psychotique, ni schizophrène, ni paranoïaque, simplement, je me met à avoir des idées délirantes de persécution en cas de stress. Je ne suis pas psychotique mais il ne faut pas que j'arrête mon neuroleptique. J'ai claqué la porte il y a quelques mois, je lui ai dit dernièrement que c'était fini entre lui et moi… En regard de mon histoire, qu'il serait trop long de raconter, après plusieurs années de psychanalyse, et des lectures, j'en ai conclus que j'étais en fait borderline… C'est le seul diagnostic possible… Je pars donc chez un psychiatre d'orientation freudienne en libéral. On verra bien…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


528815
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Malade ? - schizophrenie

image

Bonjours, je viens ici parce que je savais pas trop ou poster et je me suis dis qu'ici ça pourrait bien correspondre. J'ai 16 ans et je pense que quelque chose ne va pas chez moi. Alors je m'explique, j'ai été a peu près normal, enfin pas de...Lire la suite

A force de trop penser, j'ai le cerveau en fumee.. - viol et abus sexuels

image

Bonjour a tous.. Je m'appelle Serena, j'ai 15 ans. 16 dans 4 mois.. Aujourd'hui je ressens le besoin de parler, d'essayer de trouver des réponses a mes questions.. Je n'ai pas envie de rentrer dans les détails, mais au mois de mai 2012, le 27 mai...Lire la suite