Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Paranoia      (300 témoignages)

Préc.

Suiv.

Paranoiaque, je suis incapable de construire un lien d'amitié

Témoignage d'internaute trouvé sur forum-depression
Mail  
| 1489 lectures | ratingStar_64319_1ratingStar_64319_2ratingStar_64319_3ratingStar_64319_4

Je m'appelle Pantoufle, j'ai 22 ans, je vis dans une région où il pleut très souvent. Cela fait 5-6 ans que je subis la vie plutôt que de la mordre. Après plusieurs tentatives de suicides peu courageuses, les médecins ont diagnostiqué ma dépression.

Dépression, comme une maladie, un mauvais moment à passer alors que je pensais que j'étais faite comme ça, moi, que je ne savais pas apprécier les jolies choses, que c'était ça la vie. Je me pensais juste sensible et faible.

J'écris au passé alors que rien n'a changé depuis plusieurs essais de thérapie, des traitements successifs qui me servent au final de seul ami.

Je me sens terriblement seule, n'ayant aucun ami, me raccrochant aux pauvres garçons craquant sur le personnage que je joue tous les jours, avant de les user avec ma tristesse et mes angoisses à répétition. Je ne suis qu'un parasite.

Paranoïaque, dévastant toutes mes relations dites "amoureuses" car incapable de créer un lien d'amitié. Je me sens laide, de l'intérieur comme de l'extérieur, rongée par mes angoisses, ma tristesse, mes mensonges. Je vis avec cette pression quotidienne sur ma poitrine, me sentant obligée de m'inventer une vie plus gaie pour paraître un minimum intéressante auprès de mes collègues de travail. Obligée de boire pour me détendre 5 minutes avant de subir le syndrome de l'alcool malheureux.

Lundi soir, j'ai subis une crise d'angoisse de plus de 4 heures sans pouvoir la gérer. Ce cycle perpétuel, incontrôlable, que je ne supporte plus : La tristesse muette, la colère contre moi précédée du ravage des choses qui m'entourent, puis l'angoisse, cloitrée sous mon bureau, guettant le moindre bruit suspect, mêlée de tristesse profonde, de tétanie, de larmes incontrôlées et incomprises. "J'ai tout pour être heureuse."

Je me suis réveillée le lendemain soir, à coté de mon flacon de Tercian et de ma bouteille de vodka. L'écran du téléphone figé sur le numéro de mon petit ami que j'ai du harceler. J'ai besoin d'aide mais je suis seule, je ne sais plus quoi faire, pas assez courageuse pour en finir.

Encore une histoire banale ici, je suis désolée d'étaler mes problèmes, en espérant que le message d'entrée ne soit pas trop long. Et déjà les larmes reprennent.
  Lire la suite de la discussion sur forum-depression.com


64319
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Malade ? - schizophrenie

image

Bonjours, je viens ici parce que je savais pas trop ou poster et je me suis dis qu'ici ça pourrait bien correspondre. J'ai 16 ans et je pense que quelque chose ne va pas chez moi. Alors je m'explique, j'ai été a peu près normal, enfin pas de...Lire la suite

A force de trop penser, j'ai le cerveau en fumee.. - viol et abus sexuels

image

Bonjour a tous.. Je m'appelle Serena, j'ai 15 ans. 16 dans 4 mois.. Aujourd'hui je ressens le besoin de parler, d'essayer de trouver des réponses a mes questions.. Je n'ai pas envie de rentrer dans les détails, mais au mois de mai 2012, le 27 mai...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages