Histoire vécue Psychologie > Autres      (1004 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai l'impression d'avoir raté ma vie

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 232 lectures | ratingStar_229748_1ratingStar_229748_2ratingStar_229748_3ratingStar_229748_4
Comment ça va, les copains et copines ? ? ? Ben moi, j'ai été passer Noël chez mes parents. Rien de spécial. Mon ami Gino, le sax, était là, du fait qu'il est officiellement "casé" avec ma frangine. Bon, les uns et les autres ont fait quatre fois trop à manger, comme d'habitude. Moi, je m'en foutais. De ça, du reste. Je me disais "je suis libre", et c'était le principal. J'étais content d'être parmi eux, simplement. Je les aime, je les prends comme ils sont. C'est ma petite tribu. Profitons-en pendant que ça dure. J'étais soulagé de ne plus me sentir en danger. Et puis, en même temps, je gamberge beaucoup sur ce que je vais devenir, car je ne me sens plus de travailler, et pourtant faut que je m'en sorte. A voir, comment je vais faire pour trouver une solution. Je pense à ça, je pense aussi à mon sentiment d'échec. Par exemple : depuis quelque temps, je prends des cours de percu, et c'est franchement pas fastoche. Des fois le prof me fait taper le chorus sur des rythmes, quand je joue sur une pulsation lente, j'y arrive sans me perdre au milieu, quand c'est du rapide, je ne sais pas pourquoi, ça me stresse et soit j'ai trop de débit, soit je finis trop tôt, enfin, c'est pas au point, quoi. Je me dis que je n'ai pas fini de rigoler, si déjà sur le cha-cha et le mambo je me fous dans le décor, qu'est-ce que ça va être sur mes ziques perso, qui sont autrement plus compliquées... Des fois, je me dis que je n'ai pas les moyens de jouer ma propre zique, c'est un paradoxe. Déjà que les musicos sur mon projet me disent que c'est hors de portée pour eux... Enfin, j'ai parfois l'impression d'être dans un passage difficile, où les choses se restructurent. Je réajuste, je réadapte, je remets en question... Un gros sentiment d'échec, aussi. L'impression que je rêvais de faire de grandes choses dans ma vie, et que ça a tourné plutôt vinaigrette. Enfin, je suppose que vous comprenez. Des rêves, des choses grandioses, l'impression que forcément on est "fait pour ça", et puis en réalité, si j'ai fait parler de moi ces derniers temps, ça a été surtout en mal. Ok c'est à cause de mon ex, mais n'empêche. Voilà une pub dont je me serais passé. Dingue ce décalage qui existe entre "ce que nous rêvions pour nous" et "ce que nous sommes devenus". Moi j'ai du mal à assumer. Du mal à intégrer ça. Comme dirait le psy qui me suit ( de loin, mais pas assez loin pour avoir tort sur ce point ) : je "manifeste une propension à fuir la réalité". Ma compagne me dit qu'elle s'ennuierait avec quelqu'un qui serait trop dans la réalité. N'empêche qu'heureusement pour moi, elle y est, elle. Pour me rebrancher la tête à l'endroit. Perso, si on me laissait faire, je serais bien plus dans mes histoires de basse à gaz, de piano-char d'assaut, qu'en train de gérer mon compte en banque et surveiller mes factures. Irresponsable ? Un peu, sur les bords. Quand même, oui. Et père malgré lui. Je n'en voulais pas, des enfants. J'en ai eu trois. Là encore, ça mérite la palme. Bravo, père Ubik, pour se manquer, tu te manques en beauté ! Enfin, je rêvais de bosser pour le cinéma, en tant que concepteur, que plasticien, de réaliser des designs pour des films... je ne l'ai jamais fait. Je rêvais de jouer des musiques folles, un peu à la Magma, à la King Crimson... Pour l'instant, je vois que j'ai déjà du mal à tenir la distance sur une simple alternance cha-cha / mambo. J'ai réussi à publier trois bouquins qui ont frappé très fort, mais ensuite, ma vie s'est mise tellement à ressembler à des romans noirs qu'en écrire, du coup, faisait double emploi. En conséquence de quoi, je n'ai plus rien produit et je ne sais pas si je me sens encore. Je me relis, j'ai l'impression que c'est un autre qui a pondu tout ça. Aurait-on une "courbe de vie" qui, au-delà d'un certain point, s'infléchirait inexorablement vers la descente ? Ai-je passé mon zénith ? Plein de questions comme ça. Sentiment de gâchis. D'absurdité. Je suis libre. Faut que je mette à profit ma liberté pour faire enfin des choses intéressantes. Faut que je me dépatouille pour que les quelques années qui me restent, je ne les passe plus à stresser stupidement, à être autre chose que moi, pour des gens qui, de toutes façons, ne sont jamais contents. Et vous, comment vous la sentez, cette histoire de courbe de vie ? C'est quoi, se réaliser ? L'idéal du moi, faut-il l'enfermer dans un placard, ou au contraire le cultiver ? Et que faut-il penser de nos rêves, de cet écart entre "ce que nous rêvions pour nous", et "ce que nous sommes devenus" ? ? ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


229748
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je perds ma meilleure amie - amities et relations personnelles

image

Oui je crois bien qu'on est pareilles là. Pour les vacances elle commençait à m'en parler il y a quelques mois mais je lui ai dit qu'avec mon boulot ça serait compliqué, que je ne peux pas faire comme je veux… Elle l'a bien sur très mal pris,...Lire la suite

Rever de se couper la main - reves et cauchemars

image

Bonjour à tous, Cette nuit j'ai fais un rêve que je n'avais jamais fais avant, j'ai rêvé que je me coupais moi même la main gauche. Je me rappelle que dans ce rêve j'étais très triste, apparemment je me rappelais de choses qui ont vraiment eu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Enfer psychiatrique
Voir tous les  autres témoignages