Histoire vécue Psychologie > Autres      (1004 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'arrive pas à m'entendre avec les gens

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 2124 lectures | ratingStar_215465_1ratingStar_215465_2ratingStar_215465_3ratingStar_215465_4

Bon voilà, par où commencer… quand on tarde trop à parler, pour attendre le bon moments, les choses qu'on a à exprimer s'empile et s'ajoute sur la pile toujours de plus en plus d'où ce genre de message qui semble interminable à première vue. Et il était une fois… tout remonte à mon enfance, MDR, classique hihihi. Non mais, sans blagues, j'essais de changer ma vie depuis plusieurs années et chaque tentative se voue à un échec monumental pire de fois en fois et où j'y laisse beaucoup de plumes. Et là j'en suis rendu au point où j'ai perdu récemment (elle ne me parle plus, elle n'est pas décédée ! ) une des dernières personne qui était mon amie. Ayant un cercle d'amis très limité, qui se compte maintenant dans les… hmmm, dans les deux ou trois (je ne conte pas les connaissances, collègues de travails et compagnie) , je trouve les temps difficiles. Je tient à spécifier que j'ai toujours eu de la difficulté avec les contacts sociaux. Je reviendrai là-dessus. Ma réflexion à commencer il y a plusieurs années, en fait, presque depuis toujours d'aussi loin que je me souvienne. Plusieurs m'ont appliqués différentes étiquettes, de bipolaire à dépressif en passant par schizophrène et ainsi de suite. Pourtant, je me sens très heureux, je vie simplement, j'essais d'éviter les attachements matériels tout comme les attachements personnels (Par exemple, lorque que quelqu'un quitte mon chemin, je ne m'en fait pas avec ça, la vie continue, la terre n'arrête pas de tourner et je rencontrerai quelqu'un d'autre qui enrichiera ma vie d'une façon ou d'une autre. Et si ce n'est pas le cas alors tant pis, je trouve d'autres façons d'être heureux.). Bien sûr, j'ai des hauts et des bas, comme tout le monde. Mais je dirais qu'ils sont rarement dans les extrêmes. Je me trouve plutôt sain d'esprit, quoique très timide. Je me trouve beau à mes heures et je suis bien dans ma peau. Si les autres n'aiment pas, tant pis pour eux, je suis ce que je suis et c'est ce que j'ai à offrir. Pourtant, malgré tout cela, mes intéractions sociales sont floues, ambigües voir difficiles. J'ai de la difficulté à comprendre les gens et les gens ont de la difficultés à me comprendre. J'ai souvent le commentaire "t'es bizarre" à propos de mes goûts, mes activités, mes paroles, etc. À ; peut près sur toutes les facettes de ma vie quoi. Le fait est que j'essais de faire des rencontres, amicales évidemment, j'en viendrai à l'amour dans un autre message peut-être. Quelles soient virtuelles ou réelles, elles ne dures jamais vraiment très longtemps. Après avoir perdu mes amis un à un au cours des dernières années, j'ai essayé de rencontrer des gens. Mais en vain. Et peut-importe les changement que je fais à mon attitude, mon apparence, mes mots, mes pensées, etc, les gens aggissent toujours pratiquement de la même manière avec moi, les mêmes commentaires reviennent régulièrement d'une personne à l'autre. On m'a dit à quelques reprises que je réfléchis trop et que c'est pour cela que je ne comprends pas les gens… Peut-être, mais je ne vois pas en quoi "trop" réfléchire peut bien à voir avec mes relations. J'ai parlé avec quelqu'un de cela. Après la discussion, j'en ai déduit que j'étais quelqu'un de concret, pragmatique, réaliste. Pour ce qui est de mes mots, ils sont toujours clairs, précis et concis (du moins, à l'écrit). Mes propos sont ce que je dis et rarement équivoques. Ce que les gens semble avoir de la difficulté à comprendre chez moi. Les gens parles toujours avec subtilité, avec messages cachés. Pour moi, si je dis que j'aime le vert, j'aime le vert. Si je dis que je veux aller au ciné, et bien je veux aller au ciné… Je ne vois pas où est l'intérêt d'être subtile dans des moments aussi singuliers. Ce qui amène les gens à me poser des questions sur les moindres gestes que je fais, sur chaque pensée que j'ai, etc. "Pourquoi mets-tu la tasse là ? ", "Pourquoi tu fais ci ou cela ? ", "Pourquoi fais-tu ce geste ? "… et etc, etc… J'ai des milliers de commentaires de ce genre par semaine. Ce qui m'amène à me poser la question, pourquoi faut-il toujours m'expliquer, justifier mes pensées, mes gestes, mes paroles. J'observe et personne ne semble le faire avec les autres, alors pourquoi avec moi ? Une autre chose que j'entends très souvent, "Tu ne te fâches jamais.", "T'es jamais en colère.". Ce n'est pas totalement vrai, je me fâche de temps à autre, mais disons que je n'ai pas de perte de contrôle émotionel de moi-même. J'ai toujours pus contrôler mes sautes d'humeur ou d'émotions, même dans les moments les plus critiques. Ce comportement me vient du fait du longue expérience. Mais encore là, qui a-t-il de mauvais à contrôler ses pulsions émotionel, à garder le contrôle ? Les gens me disent cela d'une façon péjorative la plupart du temps. Je suppose qu'ils associent cela à un "je-m'en-foutisme" de ma part, ce qui n'est pas du tout le cas. J'ai beau m'éfforcer à leurs expliquer, mais rien y fait. C'est probablement ce gain de contrôle que j'ai eu au court des années qui font que maintenant j'ai de la difficulté à pardonner au gens. Pas de la rancune, mais juste difficulté à comprendre. J'ai le contrôle de mes états d'esprits, de mon corps, mes sentiments et émotions. Mais je ne comprends pas que les autres ne l'aient pas. Attention, ici je comprends ce qui se passe au niveau physique, biologique, chimique… mais je ne peux comprendre que les gens ne soit pas capable d'avouer une perte de contrôle, une faiblesse, une incapacité à faire quelque chose. Je veux dire, les gens ont-ils un tel souci de perfection qu'il ne sont plus capable d'être vrai, même envers eux-même ? Je suis loin d'être parfait, j'ai des torts et je n'ai jamais eu de difficulté à les avouer. Pourquoi vouloir tout cacher, mentir ou user de subterfuge à tout moment pour "bien parraître". Cela m'échappe. En rapport avec tout ce que je viens de dire, le jugement. Je me suis fait reprocher de juger les gens trop souvent… et bien j'ai une bonne nouvelles pour eux, comme disait le philosophe Kant et d'autres "Penser c'est juger"… ces simples mots ont une siginification bien plus profonde que bien des gens peuvent le penser. Des dizaines d'ouvrages ont été écrit à propos de ce simple concept. Que vous soyez d'accord ou pas, je suis loin de maîtriser ce concept, je n'ai pas toutes les réponses (qui les as ? ) et mon argumentation serait très faible dans ma défense, mis à part quelques citations et références je ne pourrait tout expliquer en profondeur. D'ailleurs même certains Docteurs (détenteurs d'un Doctorats, on s'entends, pas celui qui préscrit des médocs ) avec qui j'ai parlé ont de la difficultés à saisir complètement tous les concepts philosophiques qui peuvent se présenter. La pensée philosophique est virtuellement infinie puisque chacun d'entre nous en a sa propre interprétation. Passons le sujet de la philosophie, on pourrait en parler jusqu'à notre mort. Le commentaire qui revient le plus souvent face au jugement des autres est, et je cite un exemple, "je me sent tout simplement attaqué [… ] car tu porte un jugement sur ma personne ? Et c'est que tu crois vraiment avoir le bon diagnostique. Donc, la réponse !!! ? Tu as un doctorat ? ". Pour ma part, j'observe des choses, j'ai des intérrogations et je les partages. Je veux savoir si ce que j'observe est fondé, tout simplement. Mais les gens se frustent rapidement, se mettent en colère et souvent sur des sujets vraiment futiles. C'est lors de ces interactions que les gens me disent finalement ce qu'ils pensent vraiment, fini les cachettes, fini la subtilité, fini les équivoques. Malheureusement, c'est souvent après des semaines de discussion. Généralement il est trop tard pour revenir en arrière. Pourquoi ne pas avoir exprimé ses pensés depuis le début, pourquoi faire tourner un feu de broussailles en feu de forêt quand rien ne va ? Ça m'échappe. Wow, c'est long, je crois que je vais arrêter ici pour le moment, vous laisser réagir un peu. Merci à ceux qui ont lu jusqu'au bout. C'est très apprécié. Voilà, c'est ma réflexion que je partage avec vous sur mes relations interpersonnelles. J'essais de trouver d'autres réponses, d'autres pistes pour mon évolution personelle. N'hésitez pas à apporter votre propre vision, commentaires ou autre. Je suis impatient de lire ce que vous avez à dire là-dessus.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


215465
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je perds ma meilleure amie - amities et relations personnelles

image

Oui je crois bien qu'on est pareilles là. Pour les vacances elle commençait à m'en parler il y a quelques mois mais je lui ai dit qu'avec mon boulot ça serait compliqué, que je ne peux pas faire comme je veux… Elle l'a bien sur très mal pris,...Lire la suite

Rever de se couper la main - reves et cauchemars

image

Bonjour à tous, Cette nuit j'ai fais un rêve que je n'avais jamais fais avant, j'ai rêvé que je me coupais moi même la main gauche. Je me rappelle que dans ce rêve j'étais très triste, apparemment je me rappelais de choses qui ont vraiment eu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Enfer psychiatrique
Voir tous les  autres témoignages