Histoire vécue Psychologie > Complexes      (1178 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mal être, déprime, insociable, timide, introverti .......

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 11/03/11 | Mis en ligne le 07/05/12
Mail  
| 1365 lectures | ratingStar_251994_1ratingStar_251994_2ratingStar_251994_3ratingStar_251994_4
Salut, "J'ai toujours essayé d'avoir une vie normale, mais aujourd'hui un véritable mal être s'est installé au plus profond de moi" . Aujourd'hui je suis en pleine réflexion (environ depuis un an, c'est à dire depuis que j'ai finis un diplôme) je me suis rendu compte que je manquais énormément d'assurance en moi, que j'étais négatif, fataliste… bref un caractère bien pourris. Pendant longtemps et pendant toute mon adolescence j'ai tout extériorisé à travers le foot, mais même sur un terrain alors que tout le monde pouvais me dire que j'avais un bon niveau, je continuais à manquais de confiance même en jouant au foot. Quand j'ai essayé d'aller vers "l'autre" , de créer des liens sociaux, je n'allais pas forcément vers des personnes que j'appréciais, ou alors avec des personnes avec qui j'avais envi de discuter etc… et puis on venait plutôt me trouvais. De plus j'ai fais de mauvais choix, tel que fumer ou boire, pour essayer de faire le gars normal. Mais cet attitude ne m'a pas vraiment aider, puisque même dans un état second je n'arrivais pas a être naturel, voire au contraire, j'étais encore plus replié sur moi même. Aujourd'hui et depuis des mois j'ai compris que fumer et boire ne faisais qu'empirer mon état psychologique ; chose que j'ai donc arrêter, mais maintenant je me retrouve confronté à moi même et je n'ai pas vraiment évolué positivement. Aujourd'hui j'ai 23 ans, j'ai eu une blessure assez grave l'année dernière au genou qui m'empêche maintenant de jouer comme avant. C'est cette blessure qui m'a fais réaliser que je n'étais pas "normal", que j'avais toujours fuis les relations sociales, que j'étais limite insociable. En faites, je passais tous mes week end à jouer au foot, donc samedi et dimanche après midi, et j'étais à l'école pendant la semaine. Concernant l'éducation que j'ai reçu, ma mère m'a éduquer à la dure, très agressive voire violente dans certaines situations, mon père ne me parle pas beaucoup, les seuls fois où il m'a parlé étant jeune, c'était pour me rabaisser ou me traiter d'imbécile. Jusqu'à l'âge de 18 ans je n'ai pas eu le droit a beaucoup de sortie après les cours donc comprenez que je ne faisais que jouez au foot (étant inscris en club). En faites le problème c'est que lorsque j'étais adolescent (collège et lycée) je me disais " de toute façon je n'ai le droit à rien (pas le droit de sortir voir des potes, de profiter…) , donc à quoi ça sert de parler (comme ça on m'appréciera moins, on me proposera pas de sortie) … " Du coup je faisais le gars normal auprès des camarades, je parlais le moins possible et il se disait tout simplement que j'étais timide. Quand aux filles, même si j'étais attiré par elles, je communiquais le moins possible avec, car c'était l'une des interdictions de "la maison" également. Comprenait donc que j'ai eu une éducation à l'ancienne. J'ai toujours eu honte de moi : de pas avoir le droit de sortir, de pas avoir de copine, d'être rester vierge assez longtemps alors que je plais… en gros je manque de confiance et je m'assume pas. J'ai un physique qui plait aux femmes, même les "potes" avec qui j'étais me taquinais là dessus, et pourtant ce n'est qu'à 22 ans que j'ai eu mon premier rapport sexuel. (chose que j'ai toujours caché). Depuis mes 20 ans voire mes 21 ans, ma mère a compris qu'elle m'avait surprotégé, et que j'avais du mal à aller vers l'autre. Depuis quelques mois elle essai de communiquer avec moi, mais je refuse. D'une je n'ai pas l'habitude, et de deux, j'ai un sentiment de haine envers elle. Aujourd'hui j'estime qu'elle en ait la cause, en grande partie, pour plusieurs raisons anecdotique que j'ai pas forcément envie de citer. Je sais que c'est pas la meilleure des solutions que de mettre la faute sur ses parents. Cette éducation et les choix comportementaux que j'ai adoptés font de moi aujourd'hui une personne complètement introverti, timide, réservé, en manque de confiance. Et cet état continu à se dégrader, je n'éprouve même plus de plaisir à jouer au foot. Je vais pas vous saouler avec le suicide ou quoi, mais je suis juste fataliste, je n'ai pas le goût à la vie, je suis motiver par rien, et mes efforts pour aller mieux ne font que me rappeler que je suis différent. Je n'ai jamais parlé à un psychologue, je n'ai jamais raconté mon histoire (résumé vite fais sur ce topic) , jamais raconté mon mal être à un "ami", mon grand frère et ma famille le savent tout juste depuis pas très longtemps … … voila j'avais juste besoin de parler, ou plutôt de m'exprimer. Je suis dans une mauvaise période de ma vie, j'ai coupé tout lien social, je ne fais rien de mes journées. Mais j'ai envie d'aller mieux, j'ai pris un rendez-vous pour un psy ce mois ci tout en restant pessimiste sur une quelconque amélioration, cependant j'espère au moins qu'il pourra m'éclairer sur les à priori que j'ai envers ma mère. Aujourd'hui je ressens le besoin de savoir pourquoi je suis comme ça. Un psy peut-il m'aider à répondre à ces questions ? Et surtout est-ce-que des problèmes liés à l'enfance peuvent dégrader une vie adulte ?
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


251994
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Kihap - arts martiaux

image

Bonjour ! Je suis pratiquante de taekwondo, ceinture jaune (J'ai débuté cette année). Les entraînements me font beaucoup de bien, je m'y éclate et j'essaye de donner un maximum de moi pour progresser. Mais il y a un point sur lequel je galère...Lire la suite

Je suis une merde :) - timidite, confiance en soi, complexes

image

Bonjour, Tout d'abord vous n'etes pas une merde, personne ne l'est ok ? Moi même je suis passee par la en me disant cela, mais j'ai pris du poil de la bête et je me suis dit " non, je merite mieux " et quoique je suis et ai acqui dans la vie, je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages