Histoire vécue Psychologie > Confiance en soi      (772 témoignages)

Préc.

Suiv.

Etre une femme libre malgré des siècles de contraintes

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 915 lectures | ratingStar_119988_1ratingStar_119988_2ratingStar_119988_3ratingStar_119988_4

"La femme est l'avenir de l'homme" , clamait Jean Ferrat en citant Aragon. Selon Renaud, "pas une femme n'a sur les mains le sang des Indiens d'Amérique" . "Quelques fois si douces, si belles, si tristes, si seules" , le chante Julien Clerc. Que c'est doux à entendre, plein de tendresse, de chaleur, d'amour… et pourtant… Un sentiment de malaise, un petit truc qui dérange. Moi, femme, ne suis-je que ça ? Ou bien, si je n'y corresponds pas, suis-je un infâme monstre, une sorcière des temps modernes, une "salope" ? Comme Madame Thatcher si l'on en croit Renaud. On conjugue la féminité avec la douceur, la compréhension, l'attention aux autres. Mais parle-t-on de la femme ou bien de la mère ? Une femme ne se réduit-elle qu'à ses aspects maternels ? Ne se définit-elle que par ce qu'elle apporte aux autres ? On oppose la Vierge et la putain, et pourtant les deux se donnent à l'autre. Une femme a le droit de sortir de ses "qualités intrinsèques" et de développer un côté dit "masculin" , mais à condition de se battre pour les autres à travers la politique ou la science, pour un idéal, qui se doit être le bien-être général, ou la défense des plus démunis. Ou pour ses enfants, bien sûr, ce qui la sanctifie presque immédiatement. De Louise Michel à Mère Teresa, alors on les admire. A cette condition que ce soit pour les autres, elles peuvent ne pas être considérées comme des beautés et reconnues comme femmes quand même. "Les autres d'abord" . Et si je voulais arrêter d'être une "vraie" femme ? Si je voulais juste être moi ? M'aimer moi-même, agir pour m'épanouir, sans écraser les autres, mais sans non plus les laisser toujours passer avant moi ? Ne pas être toujours dans le maternage, ne pas me sentir obligée d'être compatissante, patiente, compréhensive. Etre parfois plus Yang que Yin sans subir la réprobation, passer de l'un à l'autre, l'un dans l'autre comme je l'entends, solaire et lunaire à la fois. Et si j'arrêtais de me culpabiliser moi-même ? Le plus grand Inquisiteur n'est-il pas en moi-même, une petite voix alimentée par des siècles de contrainte des corps et des c&oelig ; urs ? …
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


119988
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Pn quitte, mon histoire - perversion

image

Le plus difficile dans tout cela c'est que nous sommes totalement destabilisés et donc on n'ose pas les descendre car on se pose des questions sur nous plutot que sur eux … moi je ne connaissais pas que les PM existaient et donc j'étais...Lire la suite

Manque de confiance en soi dans un couple - affaires de couples

image

Bonjour à tous, Je ne sais pas si on pourra m'aider ici, mais je tente ma chance ! J'espère être la plus claire possible. Gay, je suis en couple avec mon amie depuis plus de 2 ans, et vivons ensemble. Nous avons depuis pas mal de temps, des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages