Histoire vécue Psychologie > Confiance en soi      (772 témoignages)

Préc.

Suiv.

extrait du livre "Imparfaits, libres et heureux"

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 610 lectures | ratingStar_223127_1ratingStar_223127_2ratingStar_223127_3ratingStar_223127_4

Pour faire suite à mon message " au bord de la dépression à cause de ma collègue" cela va beaucoup mieux. Certes, la personne dont je parle au début est malade, maintenant je l'admets et je ne cherche pas à la changer. Mais sa pathologie fait qu'elle empoisonne la vie de ceux qu'elle croit responsables de son malheur. Je l'accepte, ça ne veut pas dire que j'approuve son attitude.

Par ailleurs, je vous invite à découvrir cet extrait du livre "Imparfaits, libres et heureux" - Christophe André – Editions Odile Jacob, qui colle parfaitement bien à mon métier et à mon environnement, et qui fait qu'aujourd'hui, avec 2 mois de recul, je me sens bien mieux dans mon job, dans ma relation aux autres en général, et que je continue d'aller bosser en étant convaincue d'avoir fait le bon choix, malgré – et surtout – grâce à la situation de rejet social que j'ai vécue. Le voici :

"Il y a quelques années, j'ai été gravement malade, une affection hématologique, une sorte de leucémie. J'ai alors dû suivre tout un tas d'examens, de bilans, d'hospitalisations, de soins, je vous passe le détail. J'ai eu de la chance, je m'en suis sorti. Ce qui m'a frappé lors de toutes ces pérégrinations, ce sont trois choses : la première, c'est l'immense fragilité que l'on ressent lorsqu'on est malade, face à l'énorme machine hospitalière qui vous absorbe. On se sent à la merci du bon vouloir de tous ces médecins, infirmières, secrétaires, brancardiers. La deuxième, c'est l'immense besoin de gentillesse que l'on ressent à ce moment-là : pas seulement le besoin d'être poliment accueilli et correctement traité. Non, davantage : le besoin de recevoir des paroles, des gestes, des attentions gentilles. Sans doute lié à cette vulnérabilité : on est comme un tout petit enfant qui a besoin d'amour spontanément donné, comme ça, juste parce qu'il est là et qu'il est un enfant. Sans conditions. La troisième, c'est que, chaque fois que l'on reçoit de la gentillesse, il se passe quelque chose dans notre corps : une onde de chaleur, de douceur, une sensation presque hormonale. Je suis sûr que ça déclenche des trucs biologiques, quand on est gentil avec les malades."

A vous lire peut-être. Bonne journée à tous.

Géraldine.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


223127
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Pn quitte, mon histoire - perversion

image

Le plus difficile dans tout cela c'est que nous sommes totalement destabilisés et donc on n'ose pas les descendre car on se pose des questions sur nous plutot que sur eux … moi je ne connaissais pas que les PM existaient et donc j'étais...Lire la suite

Manque de confiance en soi dans un couple - affaires de couples

image

Bonjour à tous, Je ne sais pas si on pourra m'aider ici, mais je tente ma chance ! J'espère être la plus claire possible. Gay, je suis en couple avec mon amie depuis plus de 2 ans, et vivons ensemble. Nous avons depuis pas mal de temps, des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages