Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Autres      (328 témoignages)

Préc.

Suiv.

Carapace maudite - gerer ses emotions

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 18/07/13 | Mis en ligne le 07/05/14
Mail  
| 615 lectures | ratingStar_526098_1ratingStar_526098_2ratingStar_526098_3ratingStar_526098_4
Cela fait quelques années que je me suis renfermé sur moi-même, je ne saurais dire combien exactement, ni la raison précise. Je n'ai pas vraiment eu d'épreuves difficile ou marquante dans ma vie qui expliquerait cela, un genre de système d'auto-défense probablement dû à une peur de souffrir. Et plus le temps passe plus je m'enfonce profondément dans cette bulle, cette solitude, se néant… Je me sens vide de tous sentiments ou plutôt je suis vide de tous sentiments, comme si je m'étais construit une pièce sans porte ni fenêtres et qu'au fil des années je consolidais les murs qui m'entourent, m'enfermant de plus en plus chaque jours, ne pouvant sortir ou faire rentrer quelqu'un dans cette prison indestructible au quel je me suis enfermé de plein gré. Mon esprit est présent mais toutes les choses qui font que je suis moi, (sentiments, personnalité, ambition, joie de vivre…) sont enterrées au plus profond de moi-même dans cette "prison" inaccessible. Je ne vis pas, je survie, j'ai l'impression d'être sur le quai d'une gare, assis à regarder défiler se train qui est ma vie, attendant tranquillement qu'il passe, la, sans bouger le petit doigt, comme paralysé, regardant les passagers de se train passer et tracer leurs route sans même tenter de les retenir. Par moment j'essaye de bouger, sortir de ma solitude persuadé de passer à côté de quelque chose, de ne pas profiter de ce cadeau qui est la vie, mais ça ne dure jamais très longtemps, cette constante envie de m'isoler, de ne me sentir à ma place nulle part grandi de jours en jours et je fini par fuir de nouveau la mince vie sociale que j'avais regagné durant cette courte période. Quand ça a commencé, je ne me suis pas alarmé, je pensais que c'était une passade sans importance qui allait s'estomper au fil du temps, que je ressentais le besoin de m'isoler car j'avais peut-être besoin de faire le point sur moi-même. C'est là que j'ai commencé à m'éloigner de tout, de tout le monde pensant que j'en avais peut-être besoin. Mais ce fut une terrible erreur, car ça n'a pas été une "passade" mais le début de la construction de ma prison intérieur. Depuis quelques semaines je suis déprimé par cette situation comme si je venais de me rendre compte de tout ça, ou plutôt comme si j'avais ouvert les yeux sur le fait que je ne changerais jamais et je suis épuisé, ma prison deviens de plus en plus étroite, j'étouffe. Par moment j'ai envie de pleurer, mais rien ne sort. Le fait d'en avoir envie me rassure un peut, je me dis qu'en fait, il y a bien un soupçon d'émotion quelque part en moi, bien enfouie…. Ce n'est peut-être pas perdu, un infime espoir de pouvoir sortir de cette épaisse carapace est présent, un jour peut-être…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


526098
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Une amitie avec une difference d'age - amities et relations personnelles

image

Bonjour, bonsoir ! Je viens un peu relancer le topic ! Je tombe à l'instant dessus en faisant quelques recherche, car mon histoire assez semblable à la tienne GS, me trouble. Voilà, il y a à peu près 2 mois et demi avec ma professeur d'anglais...Lire la suite

Je detruits tout ce qui m'arrive de bien... - je gache ma vie

image

Tout d'abord, je tiens à te dire que je ne te jugerai pas tout simplement parce que je suis passé par là, moi aussi. A une époque, j'avais tout pour être heureuse tout comme toi. J'étais avec un homme attentionné, aimant etc… Et j'ai gâché...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages