Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Autres      (328 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le cauchemar d'une vie - developpement personnel

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 04/01/13 | Mis en ligne le 21/05/14
Mail  
| 503 lectures | ratingStar_528211_1ratingStar_528211_2ratingStar_528211_3ratingStar_528211_4
Me revoilà avec une autre déception à la clé : La mère de mon copain est passée ce soir pour prendre quelques affaires, au début, même si je la sentais déjà un peu tendue, je ne pensais pas qu'elle en remettrais une couche après ce qui c'est passé lundi et mardi ; nous étions assis tout les trois dans la salle, elle et mon copain parlaient tout les deux du boulot de mon copain, puis il y a eu un petit blanc de trois secondes et elle m'a sortie, d'un coup, alors que je n'avais pas encore ouverte la bouche : "T'es un pétasse. C'est comme ça, t'es une pétasse. Tu sais, une pétasse c'est juste une bourgeoise frimeuse qui et qui à des manières selon le dictionnaire. T'es juste une pétasse ! " … Elle l'a dit d'une manière tellement naturelle est hautaine, voir haineuse que je trouve ça horrible. Qu'elle aurait été énervée, j'aurais pu comprendre, on peut dire des choses sous l'effet de la colère, mais le dire d'une manière aussi naturelle et mauvaise, il n'y avait pas d'autre but pour elle que de prendre plaisir à faire du mal, elle voulait me torturer l'esprit, sinon il n'y a pas vraiment d'explication : Je suis un garçon manqué, je ne prends pas autant soin de moi que la plus part des filles, franchement, j'ai rien qui vaille la peine que je frime, je suis toujours respectueuse et gentille, je ne réplique même pas quand je sais qu'elle a tord, je suis polie et j'ai peur d'elle alors je suis plutôt coincée à chaque fois qu'elle est là, je parle tout bas avec un petit sourire pour lui montrer que je ne cherche pas les noises, d'ailleurs j'en ai parlé à mon copain après, et il ne comprends absolument pas d'où est-ce qu'elle a pu voir ça chez moi et à se point là, je suis très simple comme fille, je ne viens même pas d'un milieu bourgeois et même là en vivant chez eux (au plus bas de l'échelle sociale) je ne fais pas de chichis ! Je suis sure qu'elle a fait une fixation sur ce que je lui ai racontée de ma mère : elle vient d'un milieu à la base bien aisé, elle est radine et sournoise. D'ailleurs sa mère à même rajoutée à la fin : " T'es comme ta mère, tiens. Ça doit être génétique." A ce moment là, j'étais assise en face d'elle, la tête baissée. Je n'ai même pas réussir à sortir un son ou faire le moindre mouvement. J'ai commencée à avoir les larmes aux yeux et elle m'a sortie : "vas dans la chambre si t'es pas bien, sinon comme ça va continuer tu vas être encore plus mal." Je n'ai strictement rien fait, rien dit, rien laissée prétendre ou quoi que ce soit pour qu'elle me sorte ça. Je suis allée dans la chambre, j'ai pleurée, j'étais folle de rage, même moi je ne me suis pas reconnue tellement j'avais une rage énorme. D'habitude tout signe de violence (même envers des objets) m'est impossible et me fais automatiquement pleurer et je n'arrive même pas à y mettre la moindre force. Tout à coup cette fois ci, j'ai donnée de gros coups de pieds dans mon meuble, j'ai jeté mon portable à travers la pièce et j'ai tapée du poing contre le mur. J'étais bien plus en colère contre moi que contre elle : j'étais enragée de n'avoir même pas eu la dignité et le respect de moi-même pour me défendre, je n'avoir rien dis, comme toujours, de devoir être la marionnette des autres sans jamais rétorquer ou leur rendre la pareil ! Ça a été la goutte d'eau qui a fait débordé le vase je crois. Mais je n'ai même pas pu ouvrir ma gueule. Elle est restée avec mon copain, ils commençaient à s'engueuler, elle lui a dit : "J'y peut rien si c'est une grosse pétasse ! " Et puis cinq minutes à peine après, elle est venue me voir en me disant "je suis désolé", d'un air je-m'en-foutiste. J'ai réussis à prendre un peu sur moi, et je l'ai coupée : "Non, pas la peine de sortir des excuses, c'est trop tard, ça restera gravé là ! (en montrant ma tête) " Elle a rétorquée : "Mais j'ai dis ça trop vivement, c'est tout ! " Moi : "Quand on connait le mot respect ou quand on sait ce comporter avec civilité avec les gens, on ne sort pas des choses comme ça, c'est avant qu'il fallait réfléchir aux conséquences, maintenant c'est trop tard ! " Sur ces mots, elle est partie en me lançant méchamment : "Ha ! T'es parfaite ! " … Point 1) Elle me reproche de me sentir parfaite, donc de ne pas voir la vérité en face et de ne pas admettre à moi-même que je suis une pétasse (Alors que bien sur, elle est certaine d'avoir la science infuse). Point 2) Elle me critique et viens prétendre s'excuser alors que ses excuses sonnaient tellement faux que je n'arrive pas à croire qu'elle est pu me prendre pour une conne à ce point là. Point 3) Après que l'orage soit passé (pour elle, moi j'ai passée ma soirée à pleurer dans ma chambre) elle chantonnait et rigolais comme si rien ne s'était passé, à l'évidence, tout était oublié. Pour elle. Point 4) Elle avait dit quelques minutes avant de m'insulter que de s'en prendre à des personnes plus faibles que soi, c'était n'importe quoi et "trop facile". Point 5) J'ai vérifié dans le dictionnaire pour avoir une définition claire et précise : Pétasse = Prostituée, Femme vulgaire, femme facile. En gros, elle m'a traitée de pute pour faire court.. Point 6) Je n'arrive pas à croire que tout le mal qu'on m'a fait subir dans ma vie me bloque autant que cela pour tout. Je n'arrive pas à croire que je me laisse toujours insulter de tous les noms par tout le monde sans jamais me défendre sur quoi que ce soit. Je n'arrive pas à croire que je sois aussi faible et peureuse. C'est dans ces instants là que si j'avais eu le courage, l'impulsivité et la stupidité, je l'aurais défenestrée. Ou je lui aurais dit : "T'es une pute. Alors, qu'est ce que cela fait de se faire insulter ? Tu vois, ça fait du mal." Mais non, je me suis laissée insultée, comme si je l'avais méritée. Comme si c'était mon devoir de me laisser insulter, de la laisser avoir raison et être bloquée dans ces pensées négatives de moi, sans même chercher à la contredire. Et le pire dans tout ça, c'est qu'après qu'elle sot partie en disant : "t'es parfaite ! " et en râlant, je suis retournée la voir, et je me suis excusée de m'être emportée et de lui avoir répondue sur un mauvais ton (je pleurais et comme je suis très émotive j'ai parlais parlée un peu fort). Je me dégoûte, il n'y a pas d'autre mot. Je suis non seulement déprimée au plus haut point, encore plus mal dans ma peau, mais en plus je me dégoûte. Je n'en reviens pas moi même que je sois allée en gros m'excuser de m'être faite insultée de pétasse. Je ne sais plus quoi faire. J'en ai marre de me faire écraser comme une merde, j'en ai marre d'avoir une vie de merde, j'en ai marre d'être une merde. Si je n'avais pas mon chien et mon copain, je crois que j'aurais tentée à nouveau de faire une TS. Mais même pour ça je suis faible (bien que pour certains ce soit une marque de faiblesse, pour d'autres une délivrance). On me dit "ça ira mieux avec le temps, tu n'as que 19 ans, tu as la vie devant toi"… Mais c'est bien ça qui me fais peur. Si mes 19 premières années sont comme cela, qu'est ce que ce sera pour le reste ! Et si jamais ma vie est destinée à être de la merde du début à la fin, si ça continue (comme en se moment) à tourner en rond ? Que dès qu'il y a un petit espoir, tout s'effondre perpétuellement ? Si jamais il fallait mieux couper court au lieu de continuer sur cette voie ? Si j'arrivais à pouvoir ne serait-ce que m'affirmer un petit peu ! Mais ce serait un parcours tellement long, il faudra d'abord que je ne pleure pas quand je me défende au stricte minimum par peur de blesser les autres ou de m'en reprendre plein la gueule. Voilà, je suis vraiment pessimiste et déprimée ce soir, désolé de vous ennuyez encore avec mes problèmes, mais j'avais besoin d'en parler, puisque je n'ai pas vraiment d'amis pour pouvoir parler, et la seule que j'ai ne n'ai pas envie de la déranger avec mes histoires, ma vie est tellement chiante et déprimante, je comprendrais que ça soit soulant de m'écouter..
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


528211
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Une amitie avec une difference d'age - amities et relations personnelles

image

Bonjour, bonsoir ! Je viens un peu relancer le topic ! Je tombe à l'instant dessus en faisant quelques recherche, car mon histoire assez semblable à la tienne GS, me trouble. Voilà, il y a à peu près 2 mois et demi avec ma professeur d'anglais...Lire la suite

Je detruits tout ce qui m'arrive de bien... - je gache ma vie

image

Tout d'abord, je tiens à te dire que je ne te jugerai pas tout simplement parce que je suis passé par là, moi aussi. A une époque, j'avais tout pour être heureuse tout comme toi. J'étais avec un homme attentionné, aimant etc… Et j'ai gâché...Lire la suite