Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Bipolaire      (534 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mal-être inguérissable

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1395 lectures | ratingStar_120765_1ratingStar_120765_2ratingStar_120765_3ratingStar_120765_4

J'ai consulté plein de psychologues et psychiatres, j'ai testé deux antidépresseurs différents et des tonnes d'anxiolytiques et de somnifères. Mais depuis un an j'ai arrêté par moi-même toute forme de médicaments et à présent je ne prends plus que des choses naturelles (magnésium, oméga 3, plantes, vitamines). J'ai arrêté ces traitements chimiques car étant quelqu'un d'excessif, j'en prenais à outrance : 12 somnifères pour dormir, deux boîtes d'anxiolytiques pour me calmer, des mélanges de quantités folles de ces deux types de médicaments pour attenter à mes jours, etc. Je me sens mieux depuis, mais j'ai des rechutes, comme maintenant. J'ai rencontré mon copain actuel il y a un an et quatre mois, je suis très amoureuse de lui et il m'a beaucoup aidée à surmonter ma dépression et aussi à guérir de mon anorexie, ce qui est énorme. J'ai malheureusement dû quitter Paris, où il habite toujours, pour venir vivre dans l'Hérault (donc, très loin) afin de continuer mes études de danse. Il cherche activement un travail ici pour me rejoindre au plus vite mais ça n'est pas aussi simple que ça, surtout quand on ne se trouve pas sur place ! Je me disais que m'installer ici me permettrait d'apprendre enfin à vivre seule avec moi-même. Mais je n'y parviens pas. Il me manque atrocement et lorsque je suis seule des pensées noires m'envahissent de toute part. Mes parents ne cautionnent pas du tout notre relation, car au début de celle-ci, il était très dur avec moi (macho, directif, m'interdisant certaines choses, ne prenant pas en compte mon opinion, etc). Il a dix ans de plus que moi (21 et 31 ans) , peut-être que ça les gêne aussi, et il est Africain, ce qui les gêne peut-être aussi, bien qu'ils disent le contraire. J'ai une relation très fusionnelle avec ma mère et le fait qu'elle le considère comme un mec pas fait pour moi et qu'elle attende le prochain me blesse profondément. Je suis quelqu'un qui possède une sensibilité énorme, très encombrante en fait, qui m'empêche parfois de vivre normalement. Un rien me rend triste, en colère, un rien me fait faire des bêtises (automutilation) , un rien m'empêche de dormir (en ce moment je dors deux heures par nuit et mes nerfs commencent à lâcher) … Cependant, quand je suis avec celui que j'aime, un rien peut me rendre heureuse. J'ai absolument besoin de lui et quelque part ça m'énerve. J'ai des petits copains depuis l'âge de 14 ans et dès lors je n'ai jamais été seule plus d'un mois ou deux. Je ne m'accepte pas, seule. J'ai peur de moi-même. J'ai l'impression qu'il y a comme un démon en moi, quelque chose, quelqu'un, d'extrêmement négatif, qui cherche à me nuire, et qui s'acharne sur moi dès qu'il n'y a plus personne pour me tenir la main. Je le vis mal car en même temps je suis assez indépendante d'esprit, j'aime penser par moi-même, ressentir une certaine liberté, qu'on ne me dise pas quoi faire, etc. Mais je me sens obligée d'être en permanence avec celui que j'aime pour ne pas que l'aspect négatif à l'intérieur de moi ne me dévore et que je n'en revienne pas. Sauf qu'au jour d'aujourd'hui la distance nous sépare et je dois faire sans lui, ce qui est vraiment quelque chose de nouveau et d'effrayant pour moi, d'autant plus que notre relation amoureuse a toujours été très fusionnelle. Il me dit de ne pas baisser les bras, de continuer à faire des efforts pour aller bien, sinon il baissera les bras lui aussi, et il ne pourra jamais me rejoindre. Alors j'essaie de continuer. Mais j'ai peur, j'ai vraiment peur de moi-même. Je ne sais pas de quoi je suis capable comme cruauté envers moi-même. Lors de mes nombreuses psychothérapies, j'ai toujours cherché d'où venaient mes problèmes, mais je n'ai jamais trouvé. Je m'en suis même inventé (sans m'en rendre compte réellement) et j'ai dû les déconstruire… Dans un premier temps, j'ai cru avoir été violée (à une période où je me droguais - alcools, cannabis, médicaments) , puis j'ai compris que non, ça n'avait pas eu lieu, et alors j'ai cru que ma soeur, âgée de dix ans de plus que moi, l'avait été et qu'elle me l'avait raconté lorsque j'avais huit ans, ce qui, elle me l'a assurée avec sincérité lorsqu'après des années j'ai pu enfin lui en parler, n'avait jamais eu lieu et qu'elle ne m'avait jamais parlé de ce genre de choses. Cependant, à cette période, elle sortait avec un type qui ne la traitait pas spécialement bien et ça la rendait très triste. Ca je m'en souviens. Peut-être que mon imagination a dérapé à ce moment-là… (J'ai aussi une imagination débordante…) Je me suis demandée si je n'étais pas borderline ou bipolaire, voire schizophrène, ce à quoi j'ai eu des réponses négatives. Alors, qu'est-ce que je suis ? C'est quoi mon problème ? … Il faut dire aussi que je déteste cette société de consommation et ce que l'être humain a fait du monde, un grand supermarché où tout s'achète, même l'eau et les arbres, un monde où les animaux vivent en prison en attendant qu'on les tue… Une société hyprocrite, basée uniquement sur le profit, obsédée par l'argent qui est comme le sang qui coule dans ses veines. Je vous parais peut-être ridicule en écrivant ça mais cet état de faits immuable me rend malade, me fait penser que l'être humain est foncièrement mauvais, et me fait perdre tout espoir. J'ai vraiment envie de m'épanouir, d'être enfin bien dans ma peau à plein temps, de pouvoir sourire à la vie et avec sincérité aux gens. Mais je suis profondément triste, et je m'empêche de vivre, sans vraiment savoir pourquoi.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120765
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Detresse: un apel au secour ! - troubles bipolaires

image

Bonsoir à tous, Voilà, j'ai un problème, Et je ne sais pas du tout quoi faire. Je sens que quelques ne va pas chez moi et mon entourage le ressent particulierement, surtout mon ex copain qui est particulierement present et viens a l'improviste...Lire la suite

Mon pere est bipolaire - psychologie et comportement

image

Bonjour, Je m'appel Pierre et je viens sur votre forum pour exprimer mon "problème" en quelque sorte et tenter chercher des réponses et conseils. Voilà plusieurs années que mon père est atteint d'une maladie "Bipolaire". Son problème est que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages