Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Bipolaire      (534 témoignages)

Préc.

Suiv.

Névrose : je n'étais pas suivi par un psychiatre

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 03/03/11 | Mis en ligne le 04/03/12
Mail  
| 298 lectures | ratingStar_228581_1ratingStar_228581_2ratingStar_228581_3ratingStar_228581_4
Mon médecin généraliste m'avait diagnostiqué, il m'avait dit textuellement et je m'en souviendrais jusqu'à ma mort: "dede, vous êtes un grand névrosé". Mais c'était un fin psychologue qui avait vécu dans les colonies. Il ne m'avait pas dit ça pour me faire peur, mais pour me faire comprendre qu'il y avait là pour moi un travail à faire sur moi-même. Je ne pense pas qu'une personne qui n'a jamais fait de dépression puisse comprendre un névrosé ou même un bi-polaire ou autre? J'étais moi aussi incompris par ma femme et mes enfants à cette époque. Effectivement, aller voir un psy. mais à condition de ne pas être dans le déni car endoctriné par une idéologie imaginaire irréaliste. Car dans ce cas là notre intelligence innée se trouve frustrée de son potentiel énergétique et aura beaucoup de mal à réagir et à agir. Effectivement, aller voir un psy. mais à condition de ne pas être dans le déni car endoctriné par une idéologie imaginaire irréaliste. Car dans ce cas là notre intelligence innée se trouve frustrée de son potentiel énergétique et aura beaucoup de mal à réagir et à agir. Je pense que ce n'est grâce à personne, c'est simplement une nécessité d'aller mieux, voire être bien dans ta peau et ne plus souffrir. Nous ne choisissons pas nos symptômes? Nous ne leur avons rien demandé. Ils sont là à lafois pour nous prévenir d'un éventuel danger, mais hélas aussi pour nous faire souffrir. D'où croire: je n'y crois pas, mais avoir la volonté et le courage de se remettre question, quitte a en souffrir momentannément, oui! Je pense que la seule personne sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour nous en sortir, c'est soi-même. C'est ce que me fait dire ma propre expérience. Nous ne faisons pas ça pour les autres mais pour nous-mêmes, quitte à ce que notre bien-être nous permettra ensuite d'aider les personnes que l'on aime et qui nous aiment et parfois pour d'autres, même qui ne nous aiment pas. Mais moi, j'ai fini d'être idéaliste, ma dépression m'a servi de leçon Oui! L'importance et ce qui te motive à avancer, ce sont tes symptômes et la souffrance qu'ils te procurent. Le reste pour moi c'est du vent: des fantasmes.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


228581
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Detresse: un apel au secour ! - troubles bipolaires

image

Bonsoir à tous, Voilà, j'ai un problème, Et je ne sais pas du tout quoi faire. Je sens que quelques ne va pas chez moi et mon entourage le ressent particulierement, surtout mon ex copain qui est particulierement present et viens a l'improviste...Lire la suite

Mon pere est bipolaire - psychologie et comportement

image

Bonjour, Je m'appel Pierre et je viens sur votre forum pour exprimer mon "problème" en quelque sorte et tenter chercher des réponses et conseils. Voilà plusieurs années que mon père est atteint d'une maladie "Bipolaire". Son problème est que...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages