Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Borderline      (288 témoignages)

Préc.

Suiv.

Borderline ou pervers : un conseil : fuyez et vite !

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin - 04/02/12 | Mis en ligne le 14/06/12
Mail  
| 838 lectures | ratingStar_267676_1ratingStar_267676_2ratingStar_267676_3ratingStar_267676_4
Cela fait 16ans ! Oui, 16 ans ! À ne pas ouvrir les yeux sur la vérité ! Comme je te comprend. Personnellement, la vérité est qu'aujourd'hui après tout ce que ce Pn, décrié borderline (c'est plus simple à dire et à lui d'entendre … est plus rassurant, c'est tout) quand un malade mentale ne peut et ne veut pas comprendre et ne comprendra peut-être jamais ! ) (il est au t'est de 7 sur 9 niveau perversité et merci à sos pervers ! ) m'a fait subir, lui et ses parents, c'est hunainement parlant ni horrible, ni atroce, mais oui ces gens sont totalement inconcient de ce qu'ils font subir aux autres ! Et là est le vrai danger, sérieusement. En plus ils ont essayé de me faire culpabiliser pour ses scarifications et justement en faisant ma psychothérapie (et c'est franchement ce qui me sauve aujourd'hui ! ) je m'en sort SANS AUCUNS MEDICAMENTS ! Et on ne vit pas avec des medicaments, les gens normaux et psychiquement et psychologiquement normaux n'ont besoin d'aucuns medicaments pour aller mieux ! Quand on va mieux en tous points, et bien le corps suit perso je prend juste des vitamines parce qu'après ce que j'ais vu, ces neuroleptiques, tous ses medocs et bien je m'en sort aujourd'hui, parce que j'accepte, j'accepte à reconnaitre ce que ce malade mental n'arrivera jamais à reconnaitre : en prendre conscience. Bon courage à toi, et je dois partir, je voulais attendre d'avoir un taf, mais il va vivre bientôt à 300m de chez moi, un vrai malade ! Perso, je ferais jamais une telle chose : telle est la différence ! Heureusement ! En plus j'ais du ceder sous la pression des enfants qui voulaient revoir leur pere ainsi qu'a sa pression à lui laisser les enfants : j'ais céder ! Et mes enfants sont horribles avec moi, je peux le comprendre : à trop dire la vérité, eux se voilent toujours la face. Je croyais pas que je devrais fuir, mais là, j'ais plus le choix, je n'ais même plus le courage de me battre pour mes enfants, juste retrouver la confiance et ma fierté qu'ils m'avaient bouffé et à trop l'aimer et à tout pardonner, à ne pas prendre conscience qu'il fallait fuir, je m'en suis oubliée moi même et j'ais perdu mes enfants. En plus il y a eu un abus sexuel me concernant qu'il m'a fait et cela suffisait aussi à ne plus oser dire non ! Le droit le plus légitime. Et heureusement qu'on prend conscience quand ça va mieux, d'en avoir peur, mais on vit pas avec la peur ! C'est pour ça qu'il faut retrouver son équilibre après tout ça, car ces pN ne se remettront jamais en question, et c'est aussi rassurant de ne plus comprendre pour lui, vaut mieux pas ! Courage, aller de l'avant et ne pas rougir et ne plus culpabiliser pour ce que l'on n'a pas à culpabiliser… leur subtilité !
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


267676
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Soutenons nous ! borderline

image

Je vais quand même me présenter parce que je risque de squatter pas mal. Donc Marion, 27 ans et deux loulous, diagnostiquée borderline.. Depuis 2004, mais ne l'a appris que récemment… Quand mon psy et moi avons mît un mot ce qui me bouffait....Lire la suite

Rendre heureux une borderline ? - amities et relations personnelles

image

Bonjour/bonsoir, Il y a quelques jours, une amie à qui je tenais alors qu'on ne se connaissait pas énormément m'a avoué être "borderline". Elle m'a aussi confirmé mes soupçons par rapport aux marques sur ses bras et m'a absolument tout...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages