Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Borderline      (288 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment vivre avec une borderline ?

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-medecine-ccm
Mail  
| 844 lectures | ratingStar_271029_1ratingStar_271029_2ratingStar_271029_3ratingStar_271029_4
Bonjour, Rencontrant des problèmes récurrents avec ma compagne (agée de 22 ans) depuis bientôt trois ans, j'ai entrepris des recherches et suis tombé, entre autres, sur ce post. J'ai 8 ans de plus qu'elle, et j'identifie d'autant plus les signes précédent une crise que j'ai moi-même, souffert du même type de trouble, tout du moins de quelque chose qui y ressemble beaucoup… Ce qui a été le déclic pour moi, c'est une rupture suite à mon comportement harceleur, il y a 6 ans, suivie d'une bonne année de dépression, avec consommation de cocaïne ainsi que de cannabis dans des proportions hallucinantes (le cannabis). Le cocktail idéal pour bien tomber au fin fond du gouffre, avec en bonus une pioche pour continuer à creuser ! Quelques mots, dits par une connaissance, ont suffi à créer le déclic en ce qui me concerne : "Cette rupture, c'est la fin d'une vie… Et là on t'en redonne une (de vie) … Tu en fais quoi ? Ces quelques mots, ont suffi à me faire prendre de la hauteur sur la situation. (Par quel miracle ? Je ne me l'explique pas ! ). J'ai complètement et définitivement arrêté du jour au lendemain de consommer de la cocaïne, j'ai divisé ma consommation de cannabis par 10, je ne consomme pas d'alcool… J'ai réfléchi sur ma personnalité, ma vie, sur le pourquoi du comment, et tout le "puzzle" s'est mis en place. C'était une expérience très particulière, inexpliquable en fait. Une sorte de méditation entreprise sans même le savoir. J'en ai par la suite à deux ou trois reprises parlé à des psychologues, qui m'ont confirmé que j'avais en quelque sorte fait ma psychanalyse tout seul. L'une d'entre eux avait même refusé de me faire payer la consultation car elle refusait de reçevoir de l'argent pour une "conversation" avec quelqu'un. Mon problème est que ma compagne actuelle présente ce type de troubles, et a toutes les raisons de les présenter, compte tenu du climat particulier dans lequel elle a vécu toute sa vie jusqu'à notre rencontre… J'ai rapidement identifié chez elle les signes de ce que je pensais alors être les changements d'humeur de monsieur et madame tout le monde, ceux qui minent les relations quotidiennes, mais qui ne sont pas nécessairement une pathologie… Nous en avons immédiatement discuté, se disant que c'était meurtrier pour un couple. Je savais avoir besoin de calme et de stabilité pour continuer moi-même à être calme et stable. Bien que consciente de son problème, elle a jusqu'ici refusé d'aller voir quelqu'un, hormis un spécialiste du couple qui n'a rien réglé à rien. Et les choses sont allées crescendo jusqu'aujourd'hui, où après une énième journée de guerre froide, suite à une de ses sautes d'humeur à l'occasion du mariage d'un proche, qui m' a bien bousillé la journée alors que je traverse déjà une période difficile, je tombe sur le Mot Borderline. A la lecture des définitions et témoignages, elle a enfin accepté dès demain de prendre des dispositions, d'aller voir quelqu'un. Ce trouble, méconnu par la plupart des gens, a un potentiel destructeur effrayant, pour le malade ET pour son entourage. Je pense que le chiffre avancé de 2% de la population française qui serait atteinte est largement sous-estimé. Quel est le pourcentage réel de gens atteints, toutes mesures confondues, par ce type de troubles ou par quelque chose qui y ressemble ? A mon humble avis si le chiffre pouvait être établi et divulgué (que personne ne le prenne mal, je vais faire un peu d'humour… H-U-M-O-U-R…) on distribuerait en pharmacie des camisoles et entonnoirs à se mettre sur la tête (pardon pour le cliché, je rapelle… humour) , plutôt que des masques pour cette fameuse grippe… La société dans laquelle on "survit" tous n'arrange pas vraiment les choses… En espérant que la touche d'humour, seul exutoire valable, avec la musique, que j'aie trouvé pour améliorer mon quotidien, n'aura en rien entamé la crédibilité de mon témoignage… Bon courage à tous ceux qui, concernés par le sujet, parcoureront ces quelques lignes. PS : La seule personne qui contrôle votre esprit, c'est vous-même. Votre cerveau est dans votre tête et c'est vous qui êtes aux commandes, collez-vous un post-it quelque part ! ;).
  Lire la suite de la discussion sur sante-medecine.commentcamarche.net


271029
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Soutenons nous ! borderline

image

Je vais quand même me présenter parce que je risque de squatter pas mal. Donc Marion, 27 ans et deux loulous, diagnostiquée borderline.. Depuis 2004, mais ne l'a appris que récemment… Quand mon psy et moi avons mît un mot ce qui me bouffait....Lire la suite

Rendre heureux une borderline ? - amities et relations personnelles

image

Bonjour/bonsoir, Il y a quelques jours, une amie à qui je tenais alors qu'on ne se connaissait pas énormément m'a avoué être "borderline". Elle m'a aussi confirmé mes soupçons par rapport aux marques sur ses bras et m'a absolument tout...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages