Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Borderline      (288 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dépression : Je suis agressive et violente

Témoignage d'internaute trouvé sur forum-depression
Mail  
| 3243 lectures | ratingStar_137964_1ratingStar_137964_2ratingStar_137964_3ratingStar_137964_4

Voilà, je me pose beaucoup de questions ces dernières semaines au sujet de mon comportement et donc au sujet de qui je suis, car nous sommes la somme même de nos actes. Comme le dit Calogéro dans sa chanson : "on ne ressemble qu'à ce qu'on fait".

Alors que je n'ai pas changé de traitement depuis plus de 6 mois, j'ai de plus en plus fréquemment des accès de violence physique (contre moi-même ou des objets que je fracasse littéralement) et d'agressivité (essentiellement agressivité verbale envers les autres et moi-même, mais parfois aussi colère rentrée, notamment au boulot, où je me bouffe de l'intérieur pour ne pas exploser).

Je me rappelle que mon ami me disait il y a quelques temps que j'étais très blessante avec lui et que c'était une "galère" d'essayer de construire quelque chose avec moi.

Je pense aussi aux incidents que j'ai provoqués sur le forum la semaine dernière.

Je pense enfin à la récente lettre de mon père, disant qu'il ne veut pas me revoir car il veut se "protéger"…

J'ai de plus en plus conscience d'être "toxique", dangereuse et destructrice pour les autres (comme l'était mon père qui, lui, avait des excuses car il a eu une enfance et une vie particulièrement difficiles).

Pour ceux qui ne le sauraient pas, en plus de dépression je souffre d'un trouble de la personnalité "état limite" (et j'ai des problèmes d'alcool). En faisant une recherche Internet, voilà ce que j'ai trouvé à ce sujet (article sur les patients souffrant de trouble "état limite" ou "borderline") :

"La manipulation agressive de l'autre caractérise leur mode relationnel.

¾ Les passages à l'acte :

Ils sont principalement autoagressifs à type d'automutilation, de tentatives de suicide, d'ivresses aiguës, surdosage de toxiques ou de médicaments, d'accès boulimiques, d'accidents de la voie publique ou autres conduites à risque récurrentes.

Ils peuvent être également hétéroagressifs à type de colères, violence, vols ?

Les passages à l'acte touchent également la vie sociale du patient avec ruptures sentimentales, ruptures professionnelles à répétition malgré une bonne qualité d'investissement.

[… ]

¾ Les conduites de dépendance :

Elles émanent d'un mode relationnel dépendant du patient limite. En effet, le patient entretien avec certaines personnes de son entourage une relation de soumission (à l'image d'une relation parent-enfant) avec idéalisation, et des moments de bascule vers une agressivité à l'égard de l'objet (dévalorisation de l'objet préalablement idéalisé) qui n'a pas répondu à ses attentes. De même, l'état qui fait suite à l'absorption du toxique (alcool, drogue) ou à la compulsion (boulimie, jeu pathologique, achats compulsifs, tendances sexuelles perverses polymorphes) est idéalisé, en même temps qu'il constitue une agression du sujet lui-même, le patient le critiquant à distance."

Source : http://www.med.univ-angers.fr/services/… imites.htm.

Apparemment, je suis donc bien dans ce mode de "manipulation agressive" dont parle l'auteur de cet article. Je suis donc très clairement dangereuse pour les autres et, comme je le craignais, je suis devenue destructrice, exactement comme mon père.

Comment vivre en se sachant un danger pour soi-même et les autres ?

Comment protéger les autres autrement qu'en étouffant sans cesse sa colère ou en la retournant contre soi uniquement ? Je ne vois pas d'autre solution, pourtant je souffre de devoir en toute circonstance me "retenir", me rappeler qu'il faut protéger les autres de moi-même.

Je ne sais pas si ça servira à d'autres qui seraient dans le même cas que moi, mais j'avais besoin de le dire : c'est très lourd de prendre conscience qu'on est quelqu'un de fondamentalement mauvais pour la société.
  Lire la suite de la discussion sur forum-depression.com


137964
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Soutenons nous ! borderline

image

Je vais quand même me présenter parce que je risque de squatter pas mal. Donc Marion, 27 ans et deux loulous, diagnostiquée borderline.. Depuis 2004, mais ne l'a appris que récemment… Quand mon psy et moi avons mît un mot ce qui me bouffait....Lire la suite

Rendre heureux une borderline ? - amities et relations personnelles

image

Bonjour/bonsoir, Il y a quelques jours, une amie à qui je tenais alors qu'on ne se connaissait pas énormément m'a avoué être "borderline". Elle m'a aussi confirmé mes soupçons par rapport aux marques sur ses bras et m'a absolument tout...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages