Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Borderline      (288 témoignages)

Préc.

Suiv.

Maladie borderline

Témoignage d'internaute trouvé sur teemix
Mail  
| 1726 lectures | ratingStar_50981_1ratingStar_50981_2ratingStar_50981_3ratingStar_50981_4

Pendant des années, j'ai vécu normalement socialement. J'étais assistante de direction mais je suis tombée anorexique car mon corps me commande toujours plus. En 2002 je me suis mis en longue maladie et ai été hospitalisée. Mon comportement est toujours dans l'extreme, le haut ou le bas, le noir ou le blanc, le borderline n'a pas de vision de gris, de nuances. Cet été après 5 ans de longs séjours en HP, un docteur a enfin pris la décision de me diagnostiquer borderline, j'était au départ en colère vis à vis de toutes les équipes médicales qui n'ont pas pris le risque d'un diagnostic mais j'ai regardé ma vie passée et j'ai compris mes erreurs commises à cause de cette maladie, c-a-d, aucune implication amoureuse, l'homme reste un rapport à l'objet très spécial, l'abandon d'un homme peut me mettre plus bas que terre, c'est pour cela que l'on ne s'implique pas totalement car la peur d'être quittée est très présente. Le fait de ne plus travailler, je l'ai vécu comme une mort symbolique. Les liens avec la mère sont souvent important à connaitre car la plupart du temps, tout à commencé dès l'enfance, c'est génétique, et la maladie fait son chemin. Le rapport avec les autres et très difficile car soit on encense une personne, soit on l'élimine de sa vie. L'état limite est une maladie ou l'on oscille entre le vide total ou l'excès (relations amoureuses complexes voire plusieurs en même temps afin de ressentir le fait que l'on vit, exces dans l'alcool, les drogues, les dépenses compulsives qui soulagent nos pulsions car il s'agit là de gérer plusieur pulsions à la fois). Si le diagnostic est donné (ce qui est rare de la part des médecins qui ne veulent pas se mouiller, il faut se battre tous les jours, faire des planning, combler les moments de solitudes qui sont dangereux et tout réapprendre ; on m'a proposé des thymorégulateurs d'humeur mais je refuse de prendre ses médicaments qui font grossir et agissent sur le foie. Moi, je me sens enchainée à cette maladie car elle m'isole mentalement mais je me dis que si j'arrive à ne pas mettre en échec ma thérapie et que si et seulement si je m implique personnellement dans ma guérison je récupérerai l'estime de moi.

Pour te répondre, notre impatience et le fait que le borderline n'agit pas en adulte mais comme un enfant, s'il n'a pas ce qu'il veut instantanément, il tombe dans un état de panique. Le borderline agit d'une facon primaire, il ne se contente pas d'un "non" ou d'un "on verra" il lui faut tout tout de suite pour satisfaire son besoin de survie. C'est une maladie très peu reconnue et difficile à soigner car le patient mise toujours sur l'échec avant que ça ne lui tombe dessus c'est comme tout faire pour être quitter avant que cela n'arrive. Ne pas mettre en échec la thérapie est un pas en avant, ne pas boire d'alcool car cela intensifie le mal être et surtout éviter les situations à risques et les personnes à risque car nous borderline sommes très extremes.

J'insiste sur le fait que nous vivons dans un corps d'adulte avec des besoins d'enfant c-a-d tout tout de suite. Je m'accroche mais parfois je replonge le monde des adultes me fait peur car je ne gère pas mes émotions ; je me réfugie dans l'alcool ou les médicaments. Le désir ou l'attente pour moi est intolérable, je me réfugie chez mes parents pour une satisfaction passive et enfantine et dans la relation amoureuse, c'est plat car je me sens vivre dans la passion mais elle me détruit, il faut se protéger et tout réapprendre les codes de vie dans un monde d'adultte.
  Lire la suite de la discussion sur teemix


50981
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Soutenons nous ! borderline

image

Je vais quand même me présenter parce que je risque de squatter pas mal. Donc Marion, 27 ans et deux loulous, diagnostiquée borderline.. Depuis 2004, mais ne l'a appris que récemment… Quand mon psy et moi avons mît un mot ce qui me bouffait....Lire la suite

Rendre heureux une borderline ? - amities et relations personnelles

image

Bonjour/bonsoir, Il y a quelques jours, une amie à qui je tenais alors qu'on ne se connaissait pas énormément m'a avoué être "borderline". Elle m'a aussi confirmé mes soupçons par rapport aux marques sur ses bras et m'a absolument tout...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages