Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Borderline      (288 témoignages)

Préc.

Suiv.

Se défendre contre un bordeline

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2308 lectures | ratingStar_94818_1ratingStar_94818_2ratingStar_94818_3ratingStar_94818_4

Un ancien pote c'est révélé borderline à tendance pervers narcissique petit à petit via des comportements bizarres lorsque l'on sortait ensemble en soirée ou communiquait par sms ou courrier.

Au début (adolescence) grand sourire de sa part, partage de points communs dans un sport, tout va bien, ,la vie allant, on se perd de vue. Quelques années plus tard, je le recroise via d'autres "potes" (il a changé nettement malgré son sourire hypocrite toujours présent mais pas forcément malfaisant) , débute alors un renforcement des liens "amicaux" mais très superficiel car il ne fallait pas sortir de St-Cyr pour découvrir que quelquechose n'allait pas chez cette personne. Mais on passait tout de même de bonnes soirées avec d'autre amis qui voyait aussi que quelquechose n'allait pas. Rien de néfaste encore.

Ensuite, petit à petit il t'entait de me construire à sa façon en me rabaissant via des insultes, mais sans en abuser pour pas créer de rupture réel je pense. Il me donnait des livres influençant à voir le côté négatif de la vie, tentait aussi des manipulations pour me faire tomber dans des relations sexuels à risque en me présentant des cas sociaux ou des personnes influençables (comme par hasard…).

Je jouait même au con pour voir jusqu'où il pouvait aller, je me disait c'est pas possible d'être aussi con et de dépenser autant d'énergie à la manipulation, quel est donc le but ?

C'était d'une évidence qu'il tentait de me pervertir, et au bout d'un moment tout fut clair pour moi sans toutefois connaître le facteur psycho-pathologique. Entre la reprise de la relation de "copinage" et les premiers signes évidents de manipulation il a fallu 6 mois environs.

2 solution suite à ça : Soi je coupe les ponts, soi je contre attaque et creuse ce curieux personnage.

J'ai donc décider de contre attaquer, afin aussi pour moi de me venger et garder une certaine dignité non-respecté, je l'ai prit à son propre jeu et ça a marché.

J'ai écrit une lettre ou je me dévalorisais et rabaissais au maximum (le genre de chose qu'on dit seulement à un psy en dépression et encore) , je me suis arranger pour qu'il puisse l'avoir entre les mains en croyant qu'il tenait des informations pouvant nourrir sa tendance à vouloir me manipuler. Tout a été fait en sorte pour qu'il puisse se dire "il est foutu, il ne sait pas que j'ai des informations crucial sur lui, je vais en faire ce que je veux". La était mon piège, lui faire croire qu'il m'avait eu en ayant "voler" cette lettre. Ensuite comme d'habitude il suffisait d'attendre l'opportunité ou il allait utiliser ces informations pour tenter de me détruire moralement.

Ce qui n'a pas rater, il m'a suffit de lui envoyer quelques temps plus tard, un sms en lui disant que ça va pas très bien pour qu'il me ressorte un passage de la lettre. Victoire pour moi (mais déception quand à ma certitude sur sa perversité, j'aurais franchement aimer me tromper ce jour la). Il m'a suffit répondre LOL et le piège c'est refermé, lui qui avait réponse à tout, n'a rien trouvé à redire surement déstabiliser par cette contremanipulation dont je suis pas peu fier encore aujourd'hui ^^.

J'ai coupé les ponts, il m'a harcelé via le net (car un baiseur baisé… lol quoi ^^) , je l'ai affronté de face verbalement en lui disant les 4 vérités, il c'est énervé et a entamer une campagne de dénigration via internet (un blog) et ces relations "malléables". J'ai du porter plainte pour harcèlement morale de façon ouverte sur le net en même temps je testais encore ça façon de répondre et chaque fois que je tentais de désamorcé les multiples insultes et moqueries, il tournait tout en dérision et se moquait jusqu'à en être plus crédible du tout. J'en ai déduit que si il se moquait de moi (surement pour m'énerver et me pousser à la violence, c'est qu'il était lui même sensible à la moquerie par processus de "projection"). Quand j'ai découvert sa faille, il m'a suffit de le prendre à son propre jeu encore une fois et de le retourner contre lui, en me moquant moi aussi. Et j'ai réussi à le faire taire en l'humiliant verbalement et en montrant toujours le sourire et une attitude enjoué (pas facile, mais histoire de dire tu peux tout tenter je reste de marbre et tu es moins malins et pervers que moi donc je suis invincible et je n'ai plus aucun intérêt pour toi).

J'ai découvert son profil psychiatrique plus tard en m'intéressant à ce domaine de près. C'était même évident ce profil du borderline à tendance pervers narcissique.

Pour résumer cette histoire de fou que la vie m'a limite imposer, OUI on peut les contrer, ils ne supportent pas la moquerie et sont hypersensibles à la raillerie, humiliation et rabaissement. En gros faites leurs subirent ce qu'ils vous font mais en pire. Mais avec le recul de la sagesse, je me dit que d'effort pour réparer une dignité agressé. La meilleure des choses est à mon avis de les identifier très tôt en testant les individus et les éviter comme la peste une fois identifier.

J'espère avoir contribuer à augmenter l'espoir de ceux qui cherchent à se défendre contre ce genre d'individus dangereux, pour résumer un système de défense : Moquez, rabaissez et parter sans jamais se retourner. (un petit moyen mnémotechnique >> MRP).
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


94818
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Soutenons nous ! borderline

image

Je vais quand même me présenter parce que je risque de squatter pas mal. Donc Marion, 27 ans et deux loulous, diagnostiquée borderline.. Depuis 2004, mais ne l'a appris que récemment… Quand mon psy et moi avons mît un mot ce qui me bouffait....Lire la suite

Rendre heureux une borderline ? - amities et relations personnelles

image

Bonjour/bonsoir, Il y a quelques jours, une amie à qui je tenais alors qu'on ne se connaissait pas énormément m'a avoué être "borderline". Elle m'a aussi confirmé mes soupçons par rapport aux marques sur ses bras et m'a absolument tout...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages