Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dépression : dois - je aller chez le psychiatre ?

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1117 lectures | ratingStar_202491_1ratingStar_202491_2ratingStar_202491_3ratingStar_202491_4

Je suis déjà venue sur le forum il y a quelques mois lorsque j'étais en dépression. En quelques mots, peur de tout, je n'osais plus sortir de chez moi, l'impression que tout me faisait tomber même le simple fait de marcher, et surtout même pas le courage d'aller chez mon généraliste qui habite à côté de chez moi Un peu grâce à vous et à mon entourage, j'ai réussi à reprendre du poil de la bête. Certains problèmes financiers ce sont résolus, puis j'ai commencé à me ré ouvrir au monde petit à petit. Je pensais alors que tout était terminé, je vivais plutôt bien, je crois… mais je n'ai jamais retrouvé cette "confiance en soi" qui est si vitale pour réussir à avancer dans la vie… Donc voila ce qu'il en est aujourd'hui. Une parenté de mon copain ma ce que "j'appelle" pistonné pour qu'enfin après un entretient quasi désastreux (ou je tremblais comme pas possible, et n'arrivais presque pas à articuler deux mots) je décroche mon tout premier travail. J'en suis très contente c'est vrai, mais la façon dont je l'ai décroché ne me plaît guerre. Elle me dit qu'elle a confiance en moi et qu'elle sait que je peux le faire (caissière). Ça me fous une pression énorme ! Me dire qu'elle est certaine que j'en suis capable, c'est pour moi me placer la barre beaucoup trop haute… Vendredi dernier je me suis décidé à aller chez mon médecin, la raison en était pas le stress ni ma déprime que je pensais finie. Par contre quand elle ma parlé de "stress", j'ai fondu en larme… Je n'ai pas vraiment compris pourquoi ? Je lui ai alors expliqué que quelques mois auparavant je souhaitais venir la voir, mais que même pour ça, je n'en avait pas eu le courage… Elle souhaiterais maintenant me diriger vers un psy… et je lui ai dis que de 1 c'était trop tard à cause du travail que je commence le 1er décembre, et que de toute manière j'irais pas ! Je veux pas parler de ma vie comme ça… , je sais que ce sont des spécialistes, mais je ne veux pas ! En attendant que je "change d'avis" mon médecin ma mise sous Témésta (Là j'ai un produit générique nommé Lorazépam). Je me répète avant d'aller voir ma généraliste ça allait franchement mieux, seulement depuis là… Mes vieux démons se sont remis à me côtoyer… Le soir même ou je suis rentré du médecin, j'ai bu, sans m'arrêter avec la mère de mon copain et un ami à elle (On fêtait je crois la signature de mon contrat… l'alcool c'est vraiment occasionnel je vous rassure). Au début je me sentais bien, je rigolais, puis vous vous imaginez la suite… J'étais tellement "saoul" que j'ai raconté tout et n'importe quoi. J'ai expliqué que j'en avait marre de ne servir à rien, d'être juste la boniche de mon copain… J'ai même parlé d'un autre homme qui faisait battre mon c'ur,… ce que mon copain a bien sur entendu de sa chambre… La nuit je l'ai passé sur le canapé et vers 5h du matin une fois mon premier réveil, j'ai tenté de monter me coucher avec lui, mais sa porte était fermée à clef… c'est donc à ce moment là que j'eu compris qu'il avait tout entendu. Biensur, le lendemain matin nous en avons parlé… A vrai dire j'avais depuis longtemps prévenu mon copain que je m'éloignais de lui et que je me rapprochais de plus en plus de l'autre homme en question (qui se trouve être son cousin) … mais il n'a jamais fais d'effort. Je sais qu'il m'aime pourtant, mais il à du mal à se rendre compte qu'il n'est pas seul sur terre… que sa mère et moi on est pas ses bonnes ! Ca fait plus de 4 ans que je suis avec mon homme, et environ 3 ans que l'on habite l'un chez l'autre. De plus je me sens très proche de sa famille coté maternel… Sa mère me comprend beaucoup, et m'aide du mieux qu'elle peut… Pour ce qui ai du reste, c'est la s'ur de sa mère qui est ma confidente, pour tout ce qui ne va pas chez moi. Elle ne sait juste pas que son fils et moi sommes très proche). Voila, je sais pas vraiment pourquoi j'ai écris ce long roman, je sais juste qu'auparavant ça me faisais du bien de pouvoir m'exprimer enfin à des gens qui sont neutre… Je ne sais pas comment vous allez me juger, parce que moi personnellement je me déteste, je me hais… PS : Je ne sais pas si c'est le médicament ou non, mais je suis incapable de manger le soir (du moins un repas correct). J'ai à nouveau des périodes dans la journée ou "ça peut aller" et d'autre ou je dois me cacher parce que je peux plus me retenir, je dois pleurer, me torturer verbalement… Aussi j'ai pensé qu'en reprenant l'automutilation ça me libèrerais comme lorsque j'étais plus jeune, mais sincèrement ça ne ma pas aidé, la cicatrice que je me suis faite hier m'aide à me détester, c'est vrai que c'est bien, mais pas suffisant… Alors si jamais vous avez des idées autres que d'aller chez un psy, ça me ferait plaisir !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


202491
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages