Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Deroxat : même s'il n'a plus d'effet, il ne faut pas augmenter la dose

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 965 lectures | ratingStar_225132_1ratingStar_225132_2ratingStar_225132_3ratingStar_225132_4
Je viens de lire vos messages et, même si mon propre témoignage est complètement différent, vous m'affolez ! Avec ce type de médicament, ilne faut jamais arrêter de son propre chef avant d'en avoir sérieusement discuté avec votre médecin ou votre psy : ce ne sont pas du tout des médicaments anodins. En tout cas, si cela ne vous fait plus d'effet, surtout ne faites pas ce qu'on m'a fait faire etn'augmentez pas trop les doses toutes seules : vous pourriez avoir de sérieux ennuis sans que la dépression elle-même aille mieux ! Moi, je vous conseille de revoir le médecin ou le psy qui vous suit et de tenter peut-être un autre traitement ; tout en sachant que, entre la fin du premier traitement '(ou actuel) et le nouveau, il faut entre une et quatre semaines avant de sentir une amélioration, s'il doit y en avoiv une. En toutcas, règle d'or, avec ce genre de trucs il ne faut jamais décider seule ! c'est trop grave ! Voilà ce qui m'est arrivé pour ma part. Il y a une douzaine d'années j'ai eu mapremière dépression. Le premier traitement donnait pourtant de bons résultats quandle médecin, un beau jour, m'a fait passser au déroxat. Et là, catastrophe absolue : tremblements, problèmes cardiaques, impression de plus en plus forte que j'allais mourir. Et puis il me dit : "vous n'êtes pas bien ? Augmentez !" Surtout pas, me suis-je dit ! J'avais la chance d'être en congés juste à ce moment-là et ai demandé à ma mère, qui vivait alors encore près de Bordeaux dans ma région d'origine, de me prendre rendez-vous chez son médecin, que jeconnaissais un peu l'ayant vu un peu avant de déménager et une autre fois en urgence. Il a changé immédiatement de traitement, et petit à petit je me suis sentie mieux. Malheureusement cela a quand même duré longtemps, plus de deux ans, plus aide psychologique ensuite des années, mais au moins, cette fois-là, j'avais fini par m'en sortir... Ce qui n'est plus le cas avec ma dépression actuelle. Mais après plusieurs essais peu concluants et avec effets secondaires, je suis revenue justement au médicament de mon médecin girondin, Stablon pour ne pas le nommer, et personnellement, je ne connais pas tout mais dans ceux que j'ai expérimentés il n'y a que celui-là qui réussisse au moins à me redonner une partie de mon moral et à faire ressurgir en moi, très laborieusement et lentement, quelques traits de ma vraie personnalité. Pour autant, je ne vous le conseille pas expressément, chaque personne réagissant différemment, et puis suivant les traitements autres qu'on a il ne faut pas faire n'importe quoi. Mais cette fois je sens que ce sera beaucoup plus long malgré tout parce que les causes, bien qu'identifiées très vite, ne sont pas éliminées, alors peu d'espoir d'en sortir vraiment tant que la douleur liée à ma maladie gynécologique ne diminuera pas... Bref, Déroxat, pour moi en tout cas c'est certes un nom à retenir, mais surtout pour éviter d'en reprendre ! Maintenant, bien sûr, chaque personne réagit différemment, et même, d'une dépression à l'autre, les signes ne sont pas les mêmes, je peux vous le dire : la première fut très brutale et facile à diagnostiquer, l'actuelle est venue très insidieusement, je n'en ai pas vraiment pris conscience il a fallu qu'un psychiâtre découvre la réalité pour que je cmprenne que mes changements de personnalité, fatigue exagérée, manque d'intérêt, sommeil... constituaient les signes d'une vraie dépression alors que je mettais tout sur le compte de la fatigue due à la fois à la douleur et au décès de ma mère ; je me croyais "seulement" surmenée, en fait non, la douleur a fait un travail beaucoup plus en profondeur en causant très sournoisement l'actuelle dépression, dont je ne sais pas du tout quand et si j'en sortirai ! Envies suicidaires aussi, évidemment, car souffrir jour et nuit, trop c'est trop ! (cela vient d'une endométriose et de problèmes rénaux). .
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


225132
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages