Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'aime pas mon travail, et ça me déprime

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 21/03/11 | Mis en ligne le 29/07/11
Mail  
| 1706 lectures | ratingStar_217693_1ratingStar_217693_2ratingStar_217693_3ratingStar_217693_4

Il y a quelques années je travaillais comme secrétaire dans un laboratoire de biochimie. J'y ai travaillé pendant 3 ans. Le stress était énorme et la tâche et les responsabilités allaient au delà de ce que mon corps pouvait supporter. Je suis maintenant une mère monoparentale du à mon histoire. J'avais de la misère a gérer tout ce stress et ces responsabilités, mais avec l'aide de mon docteur je prenais des médicaments (clona, panxe et quelques autres) pour me calmer. L'homme de ma vie. Robert.

J'étais pasionnément amoureuse de lui et nous étions ensemble depuis 5 ans avant ma dépression. J'avais besoin de lui dans ma vie. Il donnait un sens à ma vie. Il était toujours là pour moi, me réconforter, me remonter le morale et me donner le soutient que j'avais de besoin si ce n'était que des fois me blottir dans ses bras. La vie n'était pas toujours rose, mais je réussissais à passer au travers au jour le jour. C'est un soir de septembre pluvieux que tout arriva. Ceci restera marqué dans ma mémoire pour la vie. Il arriva un grave accident au laboratoire et ma collègue fût gravement blessée. Elle est parfaitement remise aujourd'hui, mais je resta traumatisée depuis ce jour. Je n'ai pas le droit de raconter tout ce qui s'est passé et les détails ne sont pas si important. Tout a commencé a basculer après cette journée. J'étais devenu très anxieuse d'aller travailler. J'espérais et je PRIAIS que rien n'allait arriver. Je n'avais plus le goût d'aller travailler. Je dormais de moins en moins dû au stress et le fait que je ne voulais pas que le lendemain matin arrive donc j'étirais mes soirées pour que mes moments de solitude et de détente perdure. Je n'en parlais pas vraiment a Robert. Je lui avais raconter l'histoire oui, mais je ne lui racontais pas tout ce que je vivais VRAIMENT intérieurement. Je sentais mes forces et ma joie de vivre se dissiper tranquillement. Comme si ça sortait et ça s'évaporait de mes extrémités. Je gardais tout pour moi. Je devais être forte et je voulais être forte et avoir le controle, parcontre je ne controllais rien. Ca commencait tranquillement comme ça, mais après quelques mois d'autres symptômes sont apparu. Je n'avais plus le goût de rien a part que d'écouter la télévision. Je dormais encore moins et ne mangais presque plus et j'ai maigri à vu d'oeil. J'étais vide de tout sentiments et émotions. J'avais peur de tout et j'étais en colère.

En colère contre mon Robert qui s'appercevait que ça n'allait pas. Il en avait parlé a notre médecin de famille et le médecin lui a dis que j'avais tout les signes de la dépression et que j'avais besoin d'aide. Mais je ne voulais rien écouter. Je me suis faite hospitaliser dû à mon anorexie et les médecins de l'hopital n'ont pas su tout de mes problèmes et je n'ai rien dis. Et Robert essayait toujours de m'aider, mais mon dieu que ça me tombait sur les nerfs et graduellement l'amour que j'avais pour lui se transformait. Je ne voyais que déception et incompréhension de sa part et j'avais le sentiment qu'il ne me méritait pas car il ne me comprenait pas. J'avais tout faux par contre. J'étais seulement trop aveuglée par ma souffrance pour réaliser quoi que se soit. Pour souffrir oui je souffrais et j'ai commencée a dépenser de facon incontrolé. Je ne comprenais pas j'avais toujours été très soucieuse et responsable de se côté la. J'ai compris plus tard que c'était a fin de me créer un faux bonheur par ces achats. C'était bénifique sur le morale, mais que très temporairement et après il y avait ce sentiment de culpabilité monstrueux qui s'y rattachait. En truc inutile j'ai dépensée pour 23 000$. Allo la culpabilité ! Robert s'appercevait tranquillement de tout ça et il essayait de me résonner. Mais plus que ça allait plus qu'il me tombait sur les nerfs et plus que je voyais que ses defauts. Jusqu'au jour que je décida de mettre un terme a notre relation. Pas que je ne tenais pas à lui. Dans mon fond intérieur, oui j'y tenais terriblement et j'avais besoin de lui. Mais en même temps je ne pouvais pas renflouer ces sentiments que je ne comprenais pas. Il essayait de me convaincre que j'étais en dépression et dans le fond je le savais, mais je ne voulais pas rien y faire. Je voulais régler ça a ma facon. Depuis l'âge de 19 ans que je dois prendre des anti-dépresseurs et plusieurs sortes de pillules pour les nerfs, vertige, convulsions etc. Et des fois je changais de médicaments. Une fois avec un mix de tout les pillules que je prenais plus des antibiotiques j'avais fais une grosse réaction allergique qui m'amena aux urgences. Et je n'ai plus jamais repris mes anti-dépresseurs. J'en avais besoin physiquement et mentalement, mais je m'obstinais du a mon obsession d'être hospitaliser à nouveau.

Donc oui je voulais de l'aide, mais sans en demander et à ma facon. Quand Robert se résigna et parti tout n'a fait que s'aggraver. Je sombrais deux fois plus vite. Et j'avais envie de crier ma souffrance et ma rage, mais j'en étais pas capable et j'en avais même plus la force. Je commenca a m'auto-punir et même à me mutiler. Et je continuais de m'occuper de notre enfant, même si j'en avais même plus le goût !!!!!! IMAGINEZ une mère qui dit ça ! C'est horrible. J'en étais rendu là. Tout me tombait sur les nerfs. Et je n'avais plus le goût de rien. Robert m'avait dit que mes sentiments étaient dû à la dépression, mais je n'écoutais rien et je ne l'ai jamais vu venir cette dépression. Ce n'est pas comme quand on attrape une grippe et qu'on s'appercois qu'on là. Ca vient tranquillement et sournoisement. J'étais convaincu que tout allait mal et que j'étais incomprise et que personne ne pouvait m'aider. Et je croyais vraiment mes sentiments envers Robert étant donné que c'est ce que je ressentais. Encore une fois j'avais tout faux. Jusqu'au jour que je suis tombée en congé maladie et que ma soeur ma mère m'a faite hospitaliser. 4 mois plus tard je me resortais la tête du néant. Et… Je réalisais à quel point que Robert me manquait et que je l'AIMAIS ! A partir du moment qu'il est parti jusqu'à ma thérapie… un peu plus d'un an se sont écoulé. La première chose que j'ai faites en arrivant à la maison se fût d'appeler Robert. A mon dieu que je me sentais nerveuse et coupable de lui avoir fait endurer tout ça !!!!!! J'avais tellement besoin de lui. Il était très content pour moi, mais je sentais que quelque chose n'allait pas dans sa voix. Et il a dit qu'il voulait me voir. A mon dieu que j'étais contente !!!!!!!!! Il me serra dans ses bras et me réconforta pendant que je me confondais en excuses en pleurant et nous avons parlé toute la soirée. Pour m'annoncer à la fin qu'il avait recontrer une nouvelle femme dans sa vie depuis 2 mois et qu'il commenca enfin a être heureux à nouveau. Et qu'il voulait qu'on reste amis. LA je me suis vraiment effondrée. J'ai fais une dépression 2 fois pire avec 2 tentatives de suicide et ce même sous médicamentation. Ma mère recu la garde de ma fille, ordre de la cours le temps que je me rétablisse. 2 ans que ça m'a prise pour me sortir de cet enfer et tout ça a commencé à cause d'un travail qui n'était pas fait pour moi. Et mes craintes, même elles étaient fondées. J'empirais tout et il y a toujours une solution à tout ! Des medicaments il y en a des tonnes ! Et de l'aide, il y en a plein il faut juste la demander !! Ne soyez pas honteux et honteuse de votre condition !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217693
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages