Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne suis dépressive car j'ai vaincu ma mère

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 433 lectures | ratingStar_73880_1ratingStar_73880_2ratingStar_73880_3ratingStar_73880_4

Pour le boulot, par ex… J'ai plus envie de bosser du tout… J'ai commencé à quinze ans : baby-sitting, puis figurations et silhouettes à 17 ans, puis démonstratrice aux Galeries Lafayettes à 19 ans, puis prof privé (deux enfants de 9 et 14 ans) à 21 ans, puis gardes d'infirmière de nuit à 22 ans…

 

Tout ça pendant mes études, pour me payer mes fringues, puis mon appart.

 

 

J'ai bossé TOUTE ma vie jusqu'en octobre 2005 et je vis maintenant sur le chômdu, la moitié de mon salaire (je touche le smic).

 

Une espèce d'aubaine mais à double tranchant car on se prive de tout. Aubaine car je me réveille à l'heure que je veux et j'ai enfin le temps d'écrire…

 

La maladie de mon père, son Alzheimer brutal, j'aurais pas eu l'écriture, j'aurais  resombré, à tous les coups.

 

Mais là, ça va, il y a de gros problèmes familiaux, mais je m'en tire pas mal grâce à l'écrit.

 

Je raconte tout, les réactions des uns et des autres, mes petits personnages, mes "marionnettes" et ça me sauve.

 

Avec un job, j'aurais pas pu garder la tête hors de l'eau car ce qu'il se passe en ce moment autour de la tutelle, puis de l'héritage de mon père, est franchement sordide.

 

Je crois que l'avancée en âge peut faire avancer le schmilblick et tant mieux si tu vois des psy. Moi, je m'en passe car je vais pas mal mais entre 2000 et 2002, juste après mon déménagement (autre facteur de stress chez les fragiles) , j'ai consulté à raison de deux séances par semaine. J'ai vite lâché le premier, un gros *****, mais le second, dans mon quartier, m'a sans doute aidée.

 

Je lui ai déballé mon enfance et ma mère. On parlait que de ça. J'ai assumé grâce à lui la haine que j'éprouvais pour ma mère.

 

Maintenant, à 46 ans, je la croise au chevet de mon père, si elle m'*****, j'lui réponds "m*****, t'es qu'une conne", sans la moindre culpabilité.

 

C'est peut-être pour cela que je ne suis plus dépressive. J'ai vaincu mon monstre de mère sur le tard. Ma culpabilité de petite fille, cette chappe de plomb parce que je l'aimais pas, a disparu il y a cinq ans de ça.

 

Quel soulagement !

 

Zoubis de Kti.

 

 
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


73880
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages