Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je souffre d'hypersomnie

Témoignage d'internaute trouvé sur forum-depression
Mail  
| 2136 lectures | ratingStar_107030_1ratingStar_107030_2ratingStar_107030_3ratingStar_107030_4

J'ai commencé à faire de l'hypersomnie quand on m'a mise en internat, pensant que le fait "d'habiter dans l'école" m'aiderait à sauver mes études (parce qu'à l'époque, j'avais 14 ans, ma dépression n'était pas encore avérée pour certains et certainement pas une raison pour rater tout ce que j'entreprenais, c'était juste une crise d'adolescence un peu difficile pour ma mère et mon entourage).

Je me souviens que je m'endormais dès que les dortoirs ouvraient, je me réveillais vers une heure du matin, à avoir des pensées macabres, pour me rendormir une à deux heures plus tard. Ensuite, pendant la journée, je m'endormais profondément partout et jusqu'au soir.

C'était proche de la narcolepsie, je m'asseyais sur un banc, dans la cour glaciale, c'était la récréation, ma tête tombait et je m'endormais. Où que je sois, je m'endormais, j'étais constamment épuisée, tellement qu'on a fini par croire que j'avais une maladie du sang et proposé d'aller dormir, quand je le souhaitais, à l'infirmerie (je n'en ai jamais profité, j'avais trop honte).

J'ai fait une dépression de mes 13 ans à mes 16/17 ans, et puis j'ai eu une pause, un répit où je savais que je n'étais pas guérie mais où mes moments bas n'atteignait pas la violence de l'époque.

Récemment, j'ai replongé très violemment dedans (j'ai 21 ans) et je recommence à trop dormir.

Ce qu'il y a c'est que, quand j'allais "bien", j'avais quand même cette sorte de narcolepsie qui faisait que, à chaque coup de stress ou d'émotions trop intenses, je m'endors. Ce n'est pas de la narcolepsie, vu que je ne tombe pas d'un coup, tête la première, comme on le voit dans les documentaires, mais j'ai les yeux qui se ferment, le corps qui se détend, quasiment immédiatement et je ne peux lutter plus d'un quart d'heure, quelque soit la situation.

Ça m'a posé des problèmes en cours, quand j'ai reçu les résultats d'un examen, j'ai immédiatement plongée sur mon bureau pour me réveiller une demi-heure plus tard. Ca n'a pas plus à mon professeur, mais qu'est-ce que je peux lui dire ?

Couplé à ça, le plus dur. Cette "narcolepsie" m'arrive que j'aille bien ou mal, mais avec ma rechute récente et profonde dans la dépression, j'ai recommencé à dormir environ 15h par jour, si ce n'est plus.

Ce matin, par exemple, je n'ai pas entendu mon réveil. Réveillée à 12H, j'ai fait une crise de panique parce que j'avais un examen l'après-midi, une demi-heure pour me préparer à partir, et que je n'étais pas prête. J'ai fait une crise d'angoisse et de panique, j'ai fini par me persuader que, si j'y allais, j'allais fondre en larmes en cours et je ne voulais pas m'exposer ainsi devant tout le monde.

Je suis restée chez moi et suis partie me recoucher à 17H, après avoir tenté de résister à une fatigue monstre, pour me réveiller à 20H. (1).

Je me sens merdique dans ces moments-là, mais je ne peux pas faire autrement.

Là, je devrais faire un devoir pour un professeur et lui envoyer par mail, histoire de me faire pardonner de mon absence, mais rien que l'idée me noue l'estomac et me donne envie de replonger sous la couette.

Je ne veux pas rater mes études, j'ai suffisamment galéré pour les reprendre, je fais enfin quelque chose que j'aime, je suis dans les meilleures de ma classe mais cette dépression, qui m'attendait au tournant, reprenant juste des forces pour mieux m'abattre cette fois, gâche tout. D'un côté, je sais que ce n'est pas ma faute, d'un autre, j'en vois qui se battent avec leurs problèmes quotidiens et arrivent quand même à gérer leur vie professionnelle. Je me sens une larve, une faible.

Et le Lysanxia prescrit, en attendant de reprendre un contact régulier avec un psychiatre, n'arrange pas les choses question sommeil.

Je ne voulais pas m'épancher dans ce post, juste partager mon expérience de l'hypersomnie et des problèmes que ça engendre. Surtout que la société considère un insomniaque plus malade qu'un hypersomniaque. Pour eux, un hypersomniaque est un lâche, un fainéant, un faible. Alors c'est dure de se convaincre du contraire.

(1) Je vois celle qui sera, peut-être, ma nouvelle psychiatre demain matin à 8h45 à l'autre bout de ma ligne de métro (je sais pas comment je vais faire pour me réveiller, je ne peux pas rater ça) , elle ne souhaite rien prescrire, ni médicaments, ni arrêts de travail, elle m'a prévenue. Par contre, elle veut travailler sur ça avec mon médecin traitant, ce sera donc avec elle que je devrais voir, avec ou sans l'appui de ma psy, pour les traitements ou les arrêts.

Ma fac compte les absences injustifiées et pénalise vertement ceux qui en comptabilise plus de 3. Pensez-vous que mon hypersomnie couplée à ma crise de panique justifierait un "mot d'excuse" de la part de mon médecin pour ma fac ? Ou c'est exagéré de ma part et je devrais assumer ma lâcheté sur ce coup ?
  Lire la suite de la discussion sur forum-depression.com


107030
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par jonb | le 27/02/12 à 13:37

À genoux derrière ses paupières
Voici le site du témoignage : À genoux derrière ses paupières. Celui-ci présente une nouvelle idée afin de faire connaitre la narcolepsie. Une présentation de la narcolepsie faite devant un groupe ou une classe. À votre demande Jonathan Baeveghems pourra venir afin de présenter cette maladie et ainsi dans le futur,aider les gens atteints d'un trouble du sommeil, grâce à un entourage mieux informé sur le sujet.Plus de renseignements sur le site : http://www.narcolepsie-livre.be

Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages