Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Miraculée de la dépression

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 40 ans
Mail  
| 817 lectures | ratingStar_119901_1ratingStar_119901_2ratingStar_119901_3ratingStar_119901_4

J'ai vécu une grosse dépression. Je suis une personne anxieuse de nature, déjà toute petite, très sensible. Mais je suis là avec toujours des hauts et des bas. En effet, l'entourage compte énormément, la famille, les amis, le médecin traitant et le psychiatre. Même quand on n'est pas bien du tout, il faut remplir son agenda : demain, mon amie, après demain rendez vous avec le psy, se fixer des objectifs même minimes. Il faut dire qu'il existe plusieurs types de dépression : mineures à sévères donc plus ou moins longues à guerir. Celle que j'ai vecue a été très sèvère : je n'avais plus la force de m'occuper de ma fille, de me lever pour aller travailler, des angoisses terribles qui ne partaient qu'au sommeil avec un somnifère, plus aucune envie, de désir, de sentiments. Je me sentais inutile et j'ai essayé plusieurs fois de me suicider. La dernière fois, j'étais dans le coma. Je me suis réveillée pour miracle et je n'en ai plus jamais refait. Cela a cessé une fois que mes angoisses se sont effacées. Les tentatives sont à prendre au sérieux, il faut hospitaliser la personne pour la protéger et la convaincre. Cette dépression a eu lieu il y a de très nombreuses années, mon entourage ne savait pas quoi faire, me culpabilisait sans le vouloir. Mon médecin traitant me poussait à aller travailler alors que je ne tenais plus debout, épuisée. Bien sur, j'étais la victime toute trouvée, j'ai subi du harcelement moral par mes supéreiurs. Le travail a été à 50 % dans ma dépression. Moi je dis, quand cela ne va plus, arrêtez le travail mais ne restez pas seul. Les médecins traitants sont plus "conciliants" actuellement. Meme aujourd'hui, la maladie est mieux reconnue mais les services d'aide ne sont pas là. Le malade et la famille se sentent isolés. On parle beaucoup de structures d'accueil mais ou se trouvent elles, à Paris ? Pas dans les villes moyennes. Je m'en suis sortie miraculeusement. Moi, je ne voulais plus voir personne à part ma famille. J'avais trop honte que l'on me voit dans cet état. J'étais loin d'être agressive mais très repliée sur moi même alors que je suis d'une nature très sociable (style pipelette). Des amis n'insistaient pas mais j'aurais aimé recevoir d'eux un petit mot, un geste. J'ai de la chance. J'ai chagé de travail après avoir été licenciée et j'ai de nombreux (ses) ) qui me soutiennent quand ça ne va pas. Moi, je leur apporte ma joie, mon amitiés, ma générosité quand je vais bien. L'entraide est formidabel.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


119901
b
Moi aussi !
7 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages