Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Depression      (2184 témoignages)

Préc.

Suiv.

Sevrage progressif de l'Effexor

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 24 ans
Mail  
| 1528 lectures | ratingStar_125075_1ratingStar_125075_2ratingStar_125075_3ratingStar_125075_4

J'en suis à la quatrième étape de mon sevrage d'Effexor. J'en prend depuis 6 ans suite à un burn-out (au début 75mg, ensuite 37,5 pendant quelques années puis de nouveau 75 mg en août 2009). J'ai refait une dépression en novembre 2009 donc mon médecin a monté ma dose à 112,5 mg puis 150 mg. Suite à cela, je n'ai pas arrêté de dormir et d'être fatiguée. J'avais aussi mal à l'estomac et divers malaises physiques bénins, mais désagréables, dont des sinusites à répétition. Mon moral allait mieux mais à quel prix ? En mai, j'ai décidé de tout arrêter. J'ai convaincu mon médecin réticent (car les médecins voient les anti-dépresseurs comme LA solution pour bien des maux) et j'ai diminué progressivement de 37,5 au deux semaines. À ; 75 mg,¸ ; j'ai eu 3 ou 4 jours ou je me sentais mal, buzz dans la tête, vertiges, nausées, fatigue. Ensuite à 37,5 même chose. Mais arrivée à 37,5 mg aux deux jours, mon corps crie son manque. La première journée complètement sans, le 25 juin au soir j'ai eu des hallucinations, je tremblais et j'angoissais car aucun contôle là-dessus. Puis, je me suis calmée. J'ai aussi un conjoint fantastique qui m'a aidé en m'écoutant. Je dois reprendre une dose de 37,5 mg aujourd'hui, mais je ne le ferai pas. J'arrête tout. Hier sans Effexor n'a pas été aussi pire que je l'aurais cru et je sais que j'y arriverai. J'ai diminué lentement en plus. J'ai aussi mes trucs : Comme c'est la sérotonine qui est débalancée, je mange du chocolat noir, des aliments avec oméga-3, bref, des aliments qui me font plaisir et qui augmentent le taux de sérotonine et de dopamine. Même des bonbons, ça aide. Cependant j'ai quand même des symptômes de sevrage et des nausées, donc je mange moins mais plus souvent. J'ai lu dans certains forums qu'on pouvait prendre d'autres médicaments pour aider le sevrage mais j'hésite car je ne veux pas d'une autre dépendance et je crois qu'avec une attitude positive et des super-aliments on peut s'aider plus qu'avec des médicaments, qui ne seraient qu'une autre béquille.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


125075
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qu'est-ce que vous voudriez dire a une personne a cet instant?

image

Je n'ai jamais essayé de la contacter, mais j'ai essayé de savoir plus ou moins ce qu'elle était devenue depuis ; mais comme j'ai coupé tout contact avec les personnes que je fréquentais à l'époque et que je ne suis pas sur Facebook, c'est...Lire la suite

Deprime total=retour a la realite - je gache ma vie

image

Bonsoir à toutes et à tous ! J'ai 24 ans et je sors d'une licence (niveau bac+3) sans avoir valider mon dilpôme. J'ai une petite amie qui m'aime et que j'aime, on est installé ensemble depuis 1 an et on prévoit de faire un enfant. Bref, je pense...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Déprime
Sur le même thème
Qu'est-ce-que la déprime ?
Voir tous les  autres témoignages