Histoire vécue Psychologie > Dépression - Déprime > Fibromyalgique      (446 témoignages)

Préc.

Suiv.

fibromylagie : est-ce tout à la fois?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 693 lectures | ratingStar_120521_1ratingStar_120521_2ratingStar_120521_3ratingStar_120521_4

J'ai 48 ans, il y a 5 ans que je suis diagnostiquée fibromyalgique, mais il y a certainement plus longtemps que je le suis. J'ai connu des moments très difficiles, et je me reconnais dans tous les symptomes que je peux lire sur le net, ou autres sources d'info. Actuellement, bien tout n'aille pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, je peux dire qu'il y a une nette amélioration dans mon état de santé. Comment comprendre cette amélioration ? Voici mon expérience : J'ai ressenti la fibromyalgie comme une souffrance physique et psychologique. Physiquement, parce que la maladie est épuisante (douleurs diffuses, grande fatigue, migraines, insomnies, problèmes digestifs et j'en passe. Il faut faire des efforts immenses, pour se lever, arriver à l'heure et être compétitif au travail, accomplir toutes les taches ménagères, s'occuper des enfants (surtout lorsqu'on est une femme). Psychologiquement parce que soi-même on ne comprend pas ce qui nous arrive, parce que cette maladie est peu connue par le milieu médical, qu' elle n'est pas reconnue par la sécurité sociale, qu'il ne faut attendre aucune complaisance dans le travail (surtout ne pas se plaindre, on passe vite pour un tire au flan, le milieu familial n'est pas toujours complaisant non plus. Résultat on craque, physiquement et nerveusement. Au début, lorsque j'ai commencé à aller mal, mon médecin à diagnostiqué un état dépressif, il me faisait fréquement des arrêts de travail pour dépression. C'est ensuite un rhumatologue qui a fait le diagnostic de fibro. J'étais la première patiente que mon médecin traitant voyait en consultation, il a pris le disgnostic de fibro un peu à la légère et a continué à me soigné pour état dépressif (l'intitulé de mes arrêts de travail étaient : état dépressif + fibromyalgie) , (il faut dire que 20 ans auparavant, à cause de problèmes familiaux j'avais déjà fait un épisode dépressif.) Il m'a prescrit un antidepresseur (zoloft) + anxiolitique (nordaz) , m'a fait des arrêts de travail de plus en plus fréquent et m'a adressé à une psychiatre travaillant milieu hospitalier. J'ai eu la chance de tomber sur une dame charmante que je rencontre encore tous les deux mois. Elle a rajouté à mon traitement des comprimés de "stilnox" pour améliorer le sommeil, et m'a adressé à une consoeur psychothérapeute que j'ai vu tous les 15 jours. Toutes les deux m'ont beaucoup aidé, parce sans perdre de vu le coté psychologique de cette maladie, je me suis sentie prise au sérieux, j'étais quelqu'un souffrant d'une "vraie" maladie s'appelant fibropyalgie. Les arrêts maladie ont continué et j'ai été mise en invalidité catégorie A par la Sécu : Attention !!! Pas pour fibromyalgie, mais pour état dépressif. Cela s'est fait avec une facilité enfantine. Au bout de 3 ans d'ârrêt, j'ai été convoquée, j'avais des ordonnances d'un psychiatre travaillant dans un hopital psychiatrique, j'étais suivi par un psychothérapeute travaillant aussi en hopital psychiatrique. Le médecin de la sécu m'a simplement dit : "Je ne crois pas que votre état puisse s'améliorer considérablement je vous propose donc une invalidité partielle" j'en suis tombée sur les fesses, tellement s'était innatendu. Attention lorsqu'on rencontre un médecin de la sécu, je crois qu'il ne faut pas en rajouter, dire simplement ce qu'on ressent et ce qui nous arrive, tout en restant digne et sans tomber dans les larmoiements Par ailleurs j'avais consulté sur le net le site d'alfred blasi, et ses recherches sur les oligo-élements. Je n'y croyais pas trop mais comme dans un même temps je me suis rendue en espagne, j'ai acheté une boite de récupérat-ion. De retour j'en ai parlé à mon médecin traitant qui s'était depuis largement documenté sur la fibro. Il m'a dit que si cela ne me faisait pas de bien, ça me ferait pas au moins pas de mal. J'ai diminué ma consommation en sel de cuisine dans mon alimentation parce que la préparation contient pas mal de sodium. Plutôt que de me ravitailler en espagne en récupérat-ion qui coûte une fortune, mon médecin m'a fait bricoler la même formule que j'achète à ma pharmacie habituelle. Depuis quelques mois, mon état de santé s'est petit à petit amélioré, je souffre toujours des mêmes symptomes, mais ils sont bien moins intenses. C'est comme si j'étais toujours malade mais à dose homéopathique : Résultat je vis beaucoup mieux qu'il y a un an. Je ne sais pas comment expliquer ce phénomène. Est-ce la formule blasi, est-ce un traitement anti-dépresseur adapté, est-ce la psychotérapie, est-ce le fait d'avoir trouvé une reconnaissance de mon mal auprès de la société, puisse la sécu m'a reconnu malade, est-ce grace au soutient psychologique d'un époux formidable, est-ce moi qui gère mieux, ou est-ce le tout à la fois ?
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


120521
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Nouvel ad. j'ai pris plus de 20 kg mais je me sens beaucoup mieux.

image

Bonsoir à tous. Paul, je suis toujours dans la pièce avec les 2 bouquets de lilas (je me suis gâtée moi-même ! ) et ça ne m'insupporte plus. Ptt que j'ai une réaction au début quand ça sent le plus fort. Natou, pas de problèmes. J'étais...Lire la suite

Francais, vous êtes des larves

image

--------------------------------------------------------------------------------- La Fibromyalgie. --------------------------------------------------------------------------------- Rapport remis à M. Kouchner. Beaucoup trop de fibromyalgiques sont...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages