Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

à quand la castration chimique ?

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle - 07/09/10 | Mis en ligne le 20/04/12
Mail  
| 283 lectures | ratingStar_244239_1ratingStar_244239_2ratingStar_244239_3ratingStar_244239_4
Bonjour, Cerise a parfaitement raison. Les expériences de castration physique ou chimique ont montré que les pulsions meurtrières de ces individus ne sont pas calmées par ces moyens. La seule solution est leur maintien en détention. Dans le cadre de mon travail, j'ai vécu une expérience assez similaire qui apportera de l'eau au moulin de ceux qui souhaitent que les droitsdelhommistes variés soient un jour confrontés à ce genre d'agression. Un jeune homme dont je suivais le dossier administratif s'attaquait régulièrement à de jeunes garçons. Après un court séjour en prison, il a été déclaré irresponsable par les psychiatres et placé en hôpital psychiatrique, secteur ouvert. Il pouvait aller et venir dans l'hôpital comme bon lui semblait. Et un jour, ce qui devait arriver est arrivé, il a agressé le fils d'un psy. Depuis ce jour, il est en secteur fermé et n'est pas prêt je pense de sortir. Deux poids et deux mesures ! Lors d'un cas encore plus grave, encore plus que celui qui occupe l'actualité aujourd'hui, un de mes amis, psychiatre de profession a dit "mes collègues, je les mettrais en prison". Le meurtrier, puisqu'il y avait eu meurtre avait fait part de ses désirs de tuer en découpant les gens en morceaux, cela était consigné dans son dossier mais, il avait été laissé libre. Cet homme est passé à l'acte.
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


244239
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages