Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

At 15/10/2009 13

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle
Mail  
| 217 lectures | ratingStar_283916_1ratingStar_283916_2ratingStar_283916_3ratingStar_283916_4
Franfabol a écrit / envoyé : Cosméto junior ! at 15/10/2009 1324. Ce qui m'a interpelée dans cet article ce sont les paroles de la pédopsychiatre qui est pour, elle dit "peu à peu l'enfant doit prendre conscience de son corps et accepter d'être touché par un tiers". Je me souviens qu'il y a quelques années, il y avait eu une campagne de sensibilisation sur les attouchements, et il fallait apprendre aux enfants à dire non, c'est mon corps et tu n'as pas le droit d'y toucher. Bien sûr, ici la démarche est différente mais quand même. Les enfants sont bien assez narcissiques comme ça, pas la peine d'en rajouter. Et puis, il y a des activités qui doivent être réservées "aux grand (e) s". Et je trouve que c'est encore renforcer l'inégalité entre les différentes classes sociales car toutes les petites filles ne pourront y avoir accés, de la même manière que toutes les femmes n'y ont pas accés. Oui, tout a fait, Franfabol ! 1) les enfants ont parfaitement conscience de leur corps. 2) Laisser un tiers les toucher ? J'ai mal lu ? 3) Vous avez raison, les filles : tout ça, c'est purement commercial et ça frole l'exploitation de l'enfant . Amities .
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


283916
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages