Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Donc faire appel à la science pure me semble hélas pire que la psychanalyse .

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 21/08/11 | Mis en ligne le 01/08/12
Mail  
| 208 lectures | ratingStar_284170_1ratingStar_284170_2ratingStar_284170_3ratingStar_284170_4
Citation : Donc faire appel à la science pure me semble hélas pire que la psychanalyse . Cet argument n'a plus de fondement une fois qu'on considère à raison que la vision psychanalytique de l'inconscient n'est pas la bonne.  Cependant, pour la rhétorique je dirai que tu fais un choix étrange : entre celui qui "en saurait très peu" (la science) et celui qui est assuré de se planter, tu préfères le second.  Pour moi, c'est clair, ce n'est pas ce choix que je fais ! La science, je la choisis, elle m'intéresse ! J'ai été un grand lecteur de "sciences et vie, science et avenir etc… " avant de m'intéresser à la psychanalyse. Je ne pense pas qu'on puisse se détourner bien sûr de la science . Cependant, ayant aussi une expérience de l'écriture, de la poésie etc… , à un moment de ma vie il m'est apparu assez évident qu'il y a d'un côté un "réel" que la science met en quelque sorte en chiffres, et c'est tout à fait intéressant de voir les progrès dans ce domaine, mais qu'à côté de ça, on peut se tourner aussi vers ce que la poésie, la littérature, l'art en général touchent. Et là il s'agit non pas d'un choix qui se plante, comme tu dis, mais à mon avis d'un choix en rapport avec notre vérité de sujet humain. Pour moi ça c'est assez évident, d'autant plus que j'ai en moi une certaine paresse qui me ferait plutôt parfois me réfugier dans la science car elle ne met pas ma subjectivité au travail ! Le travail que demandent les mathématiques n'est pas celui que demande la littérature. N'importe quel instit de base est aux prises avec ça. Mais les deux ont de la valeur. Pour moi la psychanalyse demande un peu le même "effort" que la création artistique. Il s'agit d'aller chercher des ressources en soi et aussi de dépasser une certaine censure . Je suis d'accord avec toi sur le fait que la science ne se plante pas. Disons que ce sont les sujets de la science qui se plantent. Mais 1 + 1 = 2 ,ça c'est sur ! J'ai l'impression que tu préfères t'embarquer sur le navire "sciences" au titre qu'il sait (ou saurait ? ) où il va. Ok, mais prend-t-il en charge notre subjectivité ? Moi personnellement j'ai toujours senti mon intérêt pour la science un peu comme une fuite de moi-même. Je m'en méfie. De toutes façons la psychanalyse n'est pas un but en soi pour moi. J'en parle ici mais je trouve important de faire exister autre chose… Elle me sert plus à contourner mes propres censures intérieures pour aller vers moi même sur d'autres voies que la psychanalyse. Je suis sensible au littéraire en général. Si j'aime beaucoup Lacan c'est parce qu'il a une façon d'écrire inimitable, du style, quoi. Bien à toi.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


284170
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages