Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai peur de parler avec mon psychanalyste

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 943 lectures | ratingStar_228326_1ratingStar_228326_2ratingStar_228326_3ratingStar_228326_4
Je me rends toujours à mes séances d'analyse avec angoisse. Une angoisse plus ou moins pesante selon mon humeur. Ce n'est pas naturel de parler à un psy (surtout à l'analyste), il y a une personne qui parle et une autre qui écoute. Qui plus est cette question de payer pour être entendu. Je l'avais dit une fois à un psy, je ne sais plus quoi. La situation me semblait tellement artificielle, de me confier face à une personne que je ne connaissais pas, que je n'arrivais pas à parler. Pour se confier, généralement, il faut du lien, une personne qui parler aussi, il y a un échange de partage. Or s'adresser à un analyste, c'est une drôle d'aventure. Je me suis forcée longtemps Anne à parler avec un psychologue analyste. A raison d'une fois par semaine. Je me rendais aux rv la gorge serrée, mal au ventre, très angoissée. C'était devenu à la fin de quelques années une torture. J'étais bien en demande d'analyse, mais pas prête pour affronter le silence, pas prête pour lâcher prise. J'étais trop angoissée du silence de l'autre. Rien ne sortait, des banalités. Par moment, je me sentais bien, parce "qu'il" avait parlé, juste un petit peu pour avoir confiance en moi. Les autres rv étaient difficiles. Si mon psy m'avait proposé deux rv par semaine, je sais que je n'aurais pas pu tenir une telle cadence, tellement je bloquais à parler, et pourtant je n'allais pas du tout. Il y a un temps je pense, où le moment est venu de parler. J'ai longtemps pris des détours avant de m'adresser à mon analyste, m'engager réellement dans ce long travail. Je pense aussi que la personne qui se trouve en face de soi a une responsabilité face à ses propres blocages. je m'en suis aperçue après quelques années de rv avec quelques psy, analystes ou pas. Pour résumer Anne, tu peux croire que tout le problème vient de toi, alors qu'il vient aussi de ta psy. Je commence à apprendre à m'écouter, je m'aperçois de plus en plus, qu'une angoisse n'est pas qu'une peur, elle est aussi une alerte, un message qui dis "j'ai envie de partir, je ne désire pas cela, ce choix ne me convient pas etc...".
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


228326
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages