Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je vis très mal mes séances de psychanalyse

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 774 lectures | ratingStar_227685_1ratingStar_227685_2ratingStar_227685_3ratingStar_227685_4
C'est intéressant comme message...... je me sens moins seule! sourire Tiens, je vais raconter aussi : Une heure avant, parfois plus, je tremble d'angoisse, et parfois j'en ai même des vertiges tellement j'ai peur. Quand je sonne, j'ai peur qu'elle ne soit pas là (ça arrive souvent), même si depuis que je lui en ai parlé (de cette peur paniquante qu'il n'y ait personne), la peur s'est un peu dissipée et n'atteint plus les sommets qu'elle a pu atteindre. Dans la salle d'attente, je choisis le même siège, celui qu'elle ne peut pas voir lorsqu'elle vient me chercher. Je ne veux pas qu'elle me voie... Impossible de prendre un magazine. Je regarde les fleurs (car elle change de fleurs et de vase au moins deux fois par semaine, aussi bien dans la salle d'attente que dans son cabinet), et j'attends, angoissée. Moi aussi mon coeur bat à 300 à l'heure. Quand j'entends la porte de son cabinet s'ouvrir ou ses pas dans l'escalier, je panique quelques secondes. C'est l'horreur. Elle ne me serre plus la main depuis plusieurs mois, donc je n'ai rien à en dire. Je rentre dans le cabinet, gauche, prête à m'effondrer, et c'est même de pire en pire parce que celle qui entrait d'un pas presque décidé depuis huit mois commence à laisser la place à celle qui est pétrifiée! Je m'asseois, sans même attendre son autorisation pour le faire.... et là, c'est le début d'un long calvaire! Elle non plus ne dit rien. Elle n'a entamé la séance qu'une seule fois, il y a quelques mois. Ce jour-là d'ailleurs, je n'ai pas pu répondre à ce qu'elle me demandait.... Des minutes dans le silence, atroces, qui parfois pouvaient aller jusqu'à 20 minutes ( le summum ayant été atteint il y a quelques semaines, quand la séance, prolongée d'ailleurs de 10 minutes, s'est déroulée presque intégralement dans le silence!). Aujourd'hui, ce sont des minutes, encore, mais j'ose croire que cela ne dépasse pas cinq.... Elle clôt la séance par un "bien, à vendredi/mardi".... et là, je suis soulagée! Super soulagée!!!! Je n'ai jamais souhaité que cela se prolonge, et ai même parfois demandé à ce qu'on s'arrête là parce que j'estimais en avoir assez dit (sourire). C'est là la seule différence de ressenti entre toi et moi. Ma psy ne me manque pas, bien que j'attende les séances avec une certaine impatience. Mais le jour J, c'est la panique, invariablement.....
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


227685
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages