Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

La psychanalyse aide à se sentir mieux

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 364 lectures | ratingStar_225815_1ratingStar_225815_2ratingStar_225815_3ratingStar_225815_4
Cette sensation d'étouffement, je la ressens en permanence, en analyse et en dehors aussi dès que je suis confrontée à "moi". La solution réside dans le fait de dire, je le crois vraiment. C'est très difficile, mais il faut faire preuve de patience et de persévérance, et ne pas oublier pourquoi on est en analyse... Quand je suis tentée d'abandonner, parce que trop confrontée à mes silences, je pense aux raisons qui m'ont menée vers l'analyse. Pas de hasard, et la certitude que la parole sera le moyen de guérir. Ca prend du temps..... Ecrire ici permet effectivement de se libérer un peu, et parfois j'ai pu dire des choses en analyse dont j'avais parlé avant sur ce forum. Je ne peux pas te donner de conseils, Aurélie, sans quoi je les appliquerais pour moi aussi. Savoir simplement qu'en abandonnant certains démons dans le cabinet de nos psys pourrait nous faire savourer le présent différemment, est la seule chose que je peux conseiller, parce que ma psy m'a dit un jour qu'il était effectivement question d'abandonner "là-bas" certaines choses........ la phrase me trotte encore dans la tête, bien que je n'arrive pas à "lâcher" 1/100ème de tout ce qui m'obsède...
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


225815
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages