Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

La vérité sur la mentalite des psychiatres et infirmiers en hp

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 19/05/10 | Mis en ligne le 20/04/12
Mail  
| 602 lectures | ratingStar_244303_1ratingStar_244303_2ratingStar_244303_3ratingStar_244303_4
Bonsoir, je vous informe que j'ai moi même été interné en hopital psychiatrique pendant deux mois. A l'heure actuelle je vais parfaitement bien, j'ai repris une vie sociale et j'exerce le métier d'acteur. En tant qu'acteur, on se doit d'être fin observateur de la nature humaine, des enjeux qui se jouent entre des personnes, ou bien encore en la personne elle même lorsqu'elle s'exprime, bouge, fait des mimiques, élève ou baisse le ton de sa voix. Si vous voulez je suis comme un violeur de votre intime, de votre moi. Finalement on peut dire qu'un acteur est un psychologue des relations humaines, et de l'humain. Je me permet de souligner ce point car cela va être important pour ce que je vais développer ci-après : la mentalité d'un psychiatre et les enjeux sous jacent qui se sont joué ce soir sur le plateau. Et vous verrez que tout comme les qualités de suivi et d'hygiène dans certains hopitaux, les qualités de relationnel humain et de compréhension d'une maladie sur ce plan sont parfois catastrophique : et je peux en témoigner bien fort car j'en ai fait la malheureuse expérience. Tout d'abord ce que j'ai vu ce soir est que les psychiatres se comprennent entre eux et utilisent des mots que j'appelle des "trance words", utilisent leur intonation de voix, et utilisent des mimiques pour CONSTAMMENT influencer leur auditoire. En gros, on peut dire ce qu'on veut, leur répondre de 20 manières différentes, ils arriveront toujours à asseoir une domination tranquille sur vous et faire en sorte que vous sortiez convaincu par eux dans votre moi profond. Je condamne cela. Pourquoi je condamne cela ? Parce que cela fait partie d'une MENTALITE. "Bien" me direz vous "et alors ? " Et bien je vais vous expliquez mon histoire. J'ai été enfermé avec une camisole chimique qui ma littéralement assommé. Chaque jour je devenais de plus en plus un légume, mes pensées devenaient de moins en moins rationnelle. J'ai tenté d'alerter les médecins mais rien y fit. Jours après jours, je prenais une dose monstrueuse de médicaments pour un délire qui, certes était assez handicapant, mais qui J'EN SUIS SUR aurais pu être SOIGNE par une COMPREHENSION de ma maladie par les médecins ET DONC EN TOUTE LOGIQUE UN TRAVAIL RELATIONNEL ET HUMAIN DE LA PART DE TOUS LES INTERVENANTS. Ce travail n'a jamais eu lieu. Mais pourquoi un travail relationnel et humain me direz vous ? "Des petites gentillesses, un sourire, auraient amplement suffit" me direz vous. Absolument pas. La compréhension de ma maladie résidait dans le fait de me rassurer au quotidien et d'avoir une RE-DYNAMISATION de mon psychisme PAR LE RELATIONNEL ainsi qu'une RE-DYNAMISATION de mon INTELLIGENCE SOCIALE. A la place de ça on ma mis sous camisole chimique, et j'ai eu des journées interminables avec des relations très impersonnelle avec les infirmiers et les psychiatres, du fait je le rappelle, de cette fameuse mentalité qui a pour but d'asseoir de façon constante une écrasante force tranquille sur vous. Et justement. Dans un délire et qui plus est dans un délire appareillé avec une camisole chimique en plus il faut savoir que : LA RATIONNALITE DU PATIENT S'EMOUSSE DE PLUS EN PLUS CHAQUE JOUR, IL RECHERCHE LE CONTACT HUMAIN DANS UNE REALITE FROIDE, IMMOBILE, INTERMINABLE, ALIENANTE. ET COMME LES INFIRMIERS ET LES PSYS SONT LES SEULS INTERVENANTS LA REALITE DU RAPPORT HUMAIN QU'ILS LUI SOUMETTENT DEVIENT LA SIENNE: IL DEVIENT CONVAINCU DE SA MALADIE ET SOUMIS A LA FORCE TRANQUILLE DES MEDECINS, ALORS QUE LUI NE RECHERCHE PAS A ETRE APAISE MAIS RECHERCHE UN CONTACT HUMAIN ET DYNAMIQUEMENT SOCIALISANT CE QUE LES PSYCHIATRES N'APPORTENT JAMAIS. On la bien vu avec le début de l'intervention du chef de l'établissement dans l'émission. Cette forme de force qu'il dégage par ses mimiques, intonations de voix, discours saccadé et fluide à la fois. Je défie sur ce forum, ici et maintenant, que David Pujadas me certifie qu'il ne se soit jamais senti mal à l'aise face aux 4 psychiatres présents, qui, et croyez moi, agissaient de concert pour le déstabiliser et protéger la seule chose qu'il leur faille vraiment protéger : la mentalité et donc le comportement psychiatrique face aux patients. Je dénonce donc avec toute la force que mon expérience et mon discours on pu apporter : -Les camisoles chimiques inutiles. -Le manque de compétence de la par des infirmiers que je qualifierais littéralement de MATONS TORTIONNAIRES PSYCHOLOGIQUES de par leurs comportement en terme de relationnel avec les patients. -Les psychiatres qui sont censé apporter de réelles solutions pour re-dynamiser un psychisme et apporter une ré-adaptation à la vie sociale le plus vite possible au lieu de penser traiter des maladies gravissimes (qui dans le fond pour certaines sont totalement bénignes) par des médicaments aliénants et surtout leur comportement face aux patients que ne font qu'encore plus le conforter et l'enfoncer dans sa maladie et son aliénation. Quand vous faites un accident de voiture et que vous êtes paralysé pour un temps vous restez paralysez 2, 3, 4 mois puis vous rebougez et faites de la rééducation non ? Dans les HP il n'y a pas de rééducation. Personnellement j'ai du la faire tout seul. Apprendre à nouveau une intelligence sociale, etc… Ça ma bien réussi je suis acteur aujourd'hui… mais ma réussite je ne la dois qu'à moi même. Je tiens simplement à dire que la mentalité du corps hospitaliers et les comportements qui en découlent avec les patients est objectivement et à tout point de vue écoeurant. Ce sont des pratiques psychologiques absolument ignobles.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


244303
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages