Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le psychologue. parcours, récits, avis.

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes - 13/04/11 | Mis en ligne le 29/03/12
Mail  
| 260 lectures | ratingStar_233995_1ratingStar_233995_2ratingStar_233995_3ratingStar_233995_4
C'est impossible de généraliser là-dessus (comme ailleurs). Déjà, il faut que le feeling passe assez bien avec que le/la psy qu'on a en face de soi. C'est impossible d'être dans une bonne démarche si on commence par dénigrer la personne. Même inconsciemment on refusera d'accepter ses conseils en les transformant en reproches, On va se braquer et à partir de là si le dialogue ne passe pas, ça devient une perte de temps. Donc c'est la première phase ça : partir à la recherche de quelqu'un qui nous correspond bien. Par contre il ne faut pas tomber dans l'excès inverse pour autant ! Être trop exigeant dans la recherche, y aller avec des aprioris négatifs sur la profession, etc. Sont autant de bâtons qu'on se met dans les roues avant même d'avoir commencer quoi que ce soit ! Je pense que beaucoup de mauvaises expériences dans ce domaine sont dues à ce genre de préjugés. Si on n'a pas envie d'entendre des choses parfois désagréables, si on croit tout savoir à l'avance… Hé ben… Dans ce cas-là on reste chez soi et on se démerde tout seul ! C'est aussi simple que ça. Parce qu'il faut bien garder à l'esprit quelque chose d'essentiel : Le psy n'est pas un "prophète" qui juge les gens comme ça parce qu'il aurait la science infuse. C'est quelqu'un qui essaye de creuser un peu notre esprit et nos expériences pour y déceler ce. Qui pourrait être à l'origine de nos maux, mais il le fait uniquement grâce à nous et pour nous. C'est nous qui faisons tout le travail, lui n'est qu'une sorte de "guide" pour nous épauler. C'est la raison pour laquelle ça ne donne absolument rien si nous ne sommes pas prêts à nous ouvrir. Mais pour arriver à ces résultats il y a des années d'études derrière. De la psychologie, mais aussi de la médecine pour les psychiatres qui sont donc de "vrais" médecins. C'est là qu'est le malentendu pour pas mal de gens qui disent "ne pas y croire". Si on parle de psychiatres encore une fois, il ne s'agit pas d'une croyance, ça ne veut rien dire. Quand on va voir son médecin généraliste, c'est assez rare qu'on remettre en doute son diagnostic. Mais là comme il s'agit de psychologie le domaine semble accessible à tout le monde. On donne des conseils à ses amis, on se fait ses propres analyses soi-même, on apprend de la vie, etc. Le plus souvent c'est vrai ça peut suffire si on s'y prend bien. Mais à d'autres moments, en cas de coup dur, on n'est pas forcément capable d'avoir les idées claires. Et on peut avoir besoin d'un coup de main, d'une parole neutre et avisée pour repartir d'un bon pied. Après il existe pas mal de méthodes différentes d'analyse, moi je ne parle en l'occurrence que des psychiatres. Pour l'expérience que j'ai pu en faire, oui ça donne carrément des résultats si - et seulement si - on est prêts. Le mieux est encore de faire sa propre expérience, avec la bonne personne, au bon moment.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


233995
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages