Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma fille souffre de toc

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1061 lectures | ratingStar_79238_1ratingStar_79238_2ratingStar_79238_3ratingStar_79238_4

Ma fille souffre de toc.Soudainement.on ne sait pourquoi.cela rend notre vie invivable : elle met 5 min a faire un metre, puisqu elle avance, recule, balaye le sol avec son pied, saute a pied joint,… donc on n est pas couche avant minuit, tous les soirs.le petit frere, mon mari et moi sommes a bout.Elle agite ses couverts moultes fois avant chaque bouchée, le repas dure, dure… J en peux plus.elle refuse les medicaments prescrits pas un psychiatre, qui lui veut faire une psychoterapie.

JEn ce moment, je sévis, ça j estime qu elle pourrait faire un effort, et au moins prendre ses cachets…

Le pire, c est que du coup, elle fait ses tocs plus vite, donc on gagne un peu de temps…

Merci de m expliquer la différence entre ce que peuvent proposer deux psychiatre, je n y connais vraiment rien rien… et me dire ce qui est le mieux.

Le souci, c est que le psy qui fait du comportemental, fait des réunions de groupe, ou il recoit plusieurs ado en mem temps… et ma fille ne veut pas !!! (tout comme elle ne veut pas ses cachets…).

Elle a 11 ans, est tres sage, résultats excellents a l ecole, rien a critiquer,… et paf.on ne s y attendait pas !!!!
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


79238
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages