Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

On ne devient pas dépend d'une psychanalyse

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 310 lectures | ratingStar_227186_1ratingStar_227186_2ratingStar_227186_3ratingStar_227186_4
oui voilà c'est ça le transfert non pas la dépendance mais c'est normal n'est-ce pas ? On en parle surtout en psychanalyse, mais dans la vie aussi les gens font des transferts, mais il ne le savent pas. Je souhaite témoigner de mon immense gratitude que j'ai envers mon psy, il m'aide quand je parle de support c'est que j'ai conscience qu'il n'actionne rien mais qu'il m'enmenne à travers son questionnement à chercher là ou je n'ai pas eu l'idée ce qui fait que je mets en action après mes propres opinions. je ne retire en rien la part du psychanalyste, il faut un support pour pouvoir y arriver le psy ne crée pas de dépendance c'est nous à travers du transfert, qui croyons que c'est de la dépendance enfin quand je dis nous je veux dire plutôt eux ce qui croyent que nous dépendons Je dois dire que faire une psychanalyse et aussi me sentir sur une île deserte je vis mes expériences d'intérieur seule face à moi-même je comprends les choses que d'autres (ceux qui n'ont jamais fais de psychanalyse) n'ont pas idée ni envie et préfère se tourner vers d'autres choses comme l'ésotérisme, la religion pour trouver soulagement.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


227186
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages