Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Psychanalyse,critiques et réponses,psycho.com

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 203 lectures | ratingStar_269384_1ratingStar_269384_2ratingStar_269384_3ratingStar_269384_4
Sommaire. La psychanalyse ne guérit pas. Elle dure longtemps. Elle coûte cher. Elle est réservée aux intellectuels. Elle ne s'occupe que de la tête. Elle ramène tout au sexe. La psychanalyse ne guérit pas. Claude Halmos. Psychanalyste, elle est l'auteure de Parler, c'est vivre, de Pourquoi l'amour ne suffit pas, de L'Autorité expliquée aux parents (NiL, 1997, 2006 et 2008) et de Grandir ("À lire" p. 94). Elle répond tous les mois à vos questions. Comme toute thérapeutique, l'analyse peut, bien sûr, ne pas guérir. Cela tient à deux choses : la capacité du thérapeute à accompagner ce patient-là (aucun analyste ne peut jurer qu'il est capable d'accompagner tout le monde) et l'inconscient du patient. N'oublions jamais que 50 % de nous-même veut s'en sortir et 50 % ne le veut pas. Nous allons en analyse pour nous débarrasser de nos symptômes mais, paradoxalement, nous tenons à ces symptômes, parce que c'est la seule chose que nous connaissons de la vie, du monde, du rapport aux autres et à nous-même. De plus, en matière d'analyse, le mot “guérison” possède un sens particulier : un patient est “guéri” non seulement quand il n'a plus ses symptômes, mais quand il sait pourquoi il a eu besoin de les avoir. C'est la seule garantie pour qu'ils ne reviennent pas." Elle dure longtemps. Personne n'est ligoté sur un divan, chacun décide d'arrêter quand il le veut. Certains le font dès qu'ils sont débarrassés de leurs symptômes. C'est dommage, mais c'est leur droit. Si l'on va jusqu'au bout, c'est long, parce que la psychanalyse consiste à remonter le fil de sa vie, petit à petit, en le prenant par le bout qui vient pendant la séance : un souvenir, un rêve, une anecdote. Et on tire lentement le fil : à quoi ça nous fait penser, à quoi ça nous renvoie, quelle angoisse ça soulève… On détisse pour retisser. Cela ne peut pas être rapide. D'autant qu'une partie de tout cela est devenue inconsciente : lorsque c'est trop douloureux, le psychisme se protège. Mais dire que c'est long ne veut pas dire que c'est sans fin : l'analyse a une fin." Elle coûte cher. La psychanalyse coûte une somme d'argent qui est le symbole du prix à payer pour s'en sortir. En matière d'engagement, en effet, la parole ne suffit pas. Dire : “Je soutiens les Restos du coeur”, et ne jamais donner un euro, c'est contradictoire. Or la psychanalyse suppose un engagement, car elle n'est pas une partie de plaisir. On paye l'analyse aussi pour ne pas être en dette envers son thérapeute (en tout cas pour qu'au sentiment éventuel de dette ne s'ajoute pas une dette réelle). Nous avons fait un travail avec lui. Nous l'avons terminé. Nous pouvons donc le quitter. Cela dit, poser qu'il faut payer l'analyse ne signifie pas qu'elle soit un objet de luxe. Le prix peut-être discuté, décidé avec l'analyste, en gardant à l'esprit qu'il n'est pas lié seulement aux revenus, mais au sens qu'il a pour chaque personne. Chacun d'entre nous peut toujours considérer que tel prix est cher et tel autre non. Tout dépend de la façon dont nous nous évaluons, de la valeur que nous nous accordons… Tout cela est le produit de notre histoire." Suite : [… ] r-le-divan.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


269384
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages