Histoire vécue Psychologie > Psychanalyse      (736 témoignages)

Préc.

Suiv.

Que faire des psys? - schizophrenie

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 14/05/13 | Mis en ligne le 06/06/14
Mail  
| 532 lectures | ratingStar_530456_1ratingStar_530456_2ratingStar_530456_3ratingStar_530456_4
Une seule immersion dans un service de pscychosomatique en tant qu'étudiant a ravivé toute ma haine des psys. Je pense qu'ils fonctionnent selon un principe qu'est pas différent de celui qui s'aligne sur rien de plus scientifique que le charabia d'un marabout bref ils ont rien à critiquer les boubous qui oeuvrent dans des petites échoppes obscures selon une ésotérique, et je pense qu'ils sont au mieux inutiles. Puis j'en ai entrevus qui prétendent "vouloir faire psychiatrie par désir authentique de s'orienter dans la spécialité en psychiatrie" et ceux là je reve de les croiser dans une petite rue tranquille la nuit avec des mauvaises intentions de "guérir" ahahaha et tout un tas d'illusions qui se rapportent à tout le tas de conneries et d'immondices qu'ont ingéré en guise de guide théorique et d'introduction à la pratique psychiatrique. Bref moi même les psys m'ont nuit pendant 10 ans et le pire fut la justification à chaque fois et comment dcocumentent leur délire. Alors quand les entend proférer leurss certitudess imbéciles en cours, j'ai juste envie de leur apprendre la vie et détrui're toute trace de certitude en eux qui se rapportent qu'à un délire ordinaire et convenable qui fut inspiré et validé par toute la hierarchie et la jurisprudence des theoriciens de la lecture des psychismes. La psychiatrie se fonde sur une idée délirante fondatrice qu'est pas susceptible d'être déloguée de leurs petites boites mentale s'à tous et qu'est tout simplement impossible : qu'un psy peut juger de l'état mental d'un patient celà n'est pas dans le domaine du possible car ça implique je cite "lire entre les lignes" et celà ça veut dire produire de facon explicite dans un rapport psychiatrique un implicite que déclare inhérent à tes déclarations personnelles et qui se rapporte qu'à une chose : son imagination prolifique. Ensuite la croyance délirante qu'il existe une "vérité " dans les faits psychiques que le medecin est à même de connaitre et d'établir par l'usage de la "consonnance cognitive" Est ce parce que je sui s'autiste que suis la seule à savoir et prétendre qu'une telle chose n'existe nulle part ailleurs que dans leurss désirs ? Enfin m'ulcère également l'appréhension du patient par l'émotion qui saisit le médecin à son visu : je crois pas s qu'elle se rapporte à rien d'autre de plus intime que les emotions du medecin et que peut logiquement rien en déduire de manière légitime sur la personne qui les "inspire" T'es seul responsable de tes pensées, d'e tes émotions, et de tes impressions, personne d'autre. Il y a rien à en déduire sur la personne qui te fait face et les inspire. Juste sur les propres vices de ton pscyhisme. Donc quand est cce que less psys vont assumer la responsabiltié de leurs pensées propres et cesser de déduire quoi que ce soit même de manière méthodologique à partir des données de leur "transfert" perso à eux ? On est pas là pour régler et gérer les problèmes psychiquess des psychiatres. Donc la problématique du transfert n'a aucune pertinence dans le processsus therapeutique, et tout ce que t'inspires à to n psy, se rapporte à ses propres problématiques psychiques et rien d'autre et surtout rien qui se rapporte à un effet qu'aurait le patient sur lui de manière nécessaire et automatique. À ce que je sache l'idée d'être controlé ou influencé dans ses pensées par un tiers releve du délire. Pourtant d'après mon expérience en cours de fin de 4ème année de médecine dans un service de psychosomatique, toute la discussion et la problématique semble s'articuler das les débats des médecins qui discutent de vos cas autour de leur propre transfert et contretransfert que fabulent, et ensuite nous attribuent en sa responsabilité de l'avoir suscité et inspiré de façon à justifier toutes les emotions et pensees du psychiatre qui son t redevables à rien qui releve pas de son propre pouvoir de penser et d'éprouver soi même, mais dans le processus duquel personne n'intervient de façon à suggérer la légimitité de tout son délire ordinaire issu de son propre crane debile et qui se rapporte à rien qui soit pas rapportable à ses seuls propres problématiques. En bref j'ai entendu des docs et étudiants en médecine se prononcer sur les cas de leur patients en discutant en réalité rien d'autre et pas autre chose que eux même, les docs, et pas envisager qu'avons rien à voir avec ce qu'ils pensent ou éprouvent, dont sont eux même responsables. Mais bref le psyciatre part du psychiatre pour produire le patient et débat du psychiatre pour produire à la fin une simple projection, en tout cas sera le point de départ obligé de son analyse. Et bref moi je suis venere au point de vouloir démolir toute une profession et ma haine a pas de limite. E n'effet on m'a dit un jour u psy m'explique qu'on m'enferme à cause de mon effet sur son psychisme. Et je fus aussi qualifiée d 'un truc qui s'epelle en consultation de manière explicite comme "egocentrisme satanique, qui fonde la psychose si celle ci est issue de l'ego comme le stipulent cosmo magazine nous envisageons votre manque d'empathie comme un symptome d'un egocentrisme qui se rapporte au satanisme et doit donc être détruit, suivra l'ego, que demolirons avec application de manière réussie" bref c'est pas exhaustif et pas du tout percutnt je m'en excuse mais je pense juste que la projection n'est un bon point de départ pour l'analyse en ce qui concerne nos therapies. Bref les passsage à tabac en psychiatrie sse fondent souvent sur le sentiment legitime d'oeuvrer conformement à toute justice et "loi implicite" et des fois se demande juste ce qu'a fait de mal et en quoi mérite son régime de torture, d'humiliation, de sévices, de production de rapports qui documentent la face implicite de ses propos explicite en leur attribuant la valeur de certitude en bref fabulennt. Et ça ressemble à l'inquisition de l'église catholique à rien d'autre, en particulier quand t'infligent des sévices, te droguent puis t'envoient l'expert psychiatrique qu'a pas d'autre role que corroborer la circularité qui explique seule l'équipe soignante et la somme de tous leurs problèmes psychiques. Bref. Ma haine n'a pas de limites.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


530456
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Mon inconscient m'a largue une bombe en pleine gueule - psychanalyse

image

Exactement. On ne peut pas faire d'analyse avec un monsieur-je-sais-tout. C'est la raison de ma réticence à encourager st1g dans le cas présent. Cette posture "savante" et autoritaire de l'analyste peut faire illusion pendant un temps, et ensuite...Lire la suite

Grattage compulsif de plaies

image

Bonjour, j'ai 24 ans, suis en master 1 de psychologie et je ne savais pas que mon problème "existait" vraiment et que ça avait un nom. Je l'ai découvert en regardant toute une histoire et ça m'a soulagé de voir que je partage les mêmes...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages