Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment combler la solitude?

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 4225 lectures | ratingStar_25047_1ratingStar_25047_2ratingStar_25047_3ratingStar_25047_4

Moi aussi j' ai connu la solitude, jusqu' à l' age de 39 ans j' étais célibataire, j' avais des amies qui m' invitaient regulierement ; je faisais celle qui était heureuse, bien dans sa condition de célibataire alors que souvent je deprimais quand je me retrouvais seule.En plus j' entretenais une relation avec un garçon marié dont j' étais tres amoureuse mais que je voyais que par intermittence.

Puis en 96 , j' ai perdu mes parents dans un accident de voiture, j' avais 32ans, la grossse dégringolade, depression, arret maladie pendant plusieurs mois, à repetition (heureusement, je suis fonctionnaire, donc pas de souci de baisse de salaire) ; grace à un bon psy, j' ai remonté la pente mais avec médocs et psy toutes les 3 semaines meme encore maintenanT ; celibataire et " orpheline" dur dur !!! Au début, les amies sont là mais au fil des années on pense que le deuil est fait, elles continuent à m' inviter et moi je fais celle qui va mieux alors que ce n'est pas vrai.

Puis je rencontre un homme à 39ans, lui en 16 de plus, je me met à le frequenter, j' éprouvais de l' afffection pour lui, puis de la tendresse et au bout de 2 années, je me suis installée chez lui tout en sachant que je n' etait pas amoureuse de lui, toujours amoureuse de mon ami, marié qui avait un peu coupé nos relations.

Je pensais qu' en étant plus seule, ma depression s' arreterait et je suis boulimique en plus, je pensais que cela arrangerait les choses, cet homme était au courant de mes problemes, les a accepté, au début.

Mais en fait, cela a été une erreur, certes j' ai passé 3 années avec lui avec des hauts et des bas mais toujours avec mes problemes qui partaient et qui revenaient à la charges.

En début d' année 2007, j' ai recommencé à sombrer dans la depression car ma vie de couple ne me comblait pas, mon ami a commencé à me reprocher de ne pas VOULOIR guérir alors que l' on fait ce qu' on peut : psy toutes les 3 semaines plus médocs, je pense moi que je fais tout pour tenir et essayer de me guerir.

Manquant d' amour et surtout de tendresse, j' ai recontacté mon ami marié, nous nous sommes revus et passés 2 nuits merveilleuses ensemble et depuis je me suis dit que je ne pouvais plus continuer à faire semblant de vivre avec un homme que je n' aimais pas et que je lui faisais du mal en le trompant car lui, il m' aime.

En plus nos relations de couple se sont de plus en plus dégradées, et il y a 3 semaines, nous avons fait le point sur nous et là, je lui ai dit que mes sentiments avaient changé, que je ne l' aimais plus d' amour car des le début de notre vie de couple, en fait, il a toujours cru que jel' aimais d' amour. Donc je lui ai menti à nouveau en lui disant que me sentiments à son égard avaient changé, qu' il n' y avait plus d' amour de ma part mais de la profonde tendresse et affection et… est vrai.

En fait en voulant faire comme les autres, je me suis plantée et en plus je fais souffrir un homme qui ne le méritait pas.

Tout cela pour dire que combler une solitude ce n' est pas facile et que croire que de vivre à deux, ça peut changer les choses.

Chére sympat, les hommes ne comprennent pas la déprime ou la depression, pour eux, c' est un manque de volonté, un défaut, soit disant que l' on est d' un caractère faible alors que c'est faux et grace à mon psy, j' arrive à avoir un peu confiance en moi, la preuve puisque j' ai prise la décision de quitter mon ami dans le mois de janvier des que j' aurais trouvé un appart et de me retrouver à nouveau célibataire.

Mais par rapport à toi, j' ai des amies sur qui compter quand j' aurais besoin de compagnie car meme si je continue à voir mon ami marié, cela sera par petit moment.

Chere sympat, je pense qu' il faut que tu touves une association vers chez toi pour personnes seules qui veulent seulement partager des sorties, discuter avec d' autres personnes dans la meme solitide.

Pour le bébé, tu n' en veux pas, tu as dun mal à en avoir et ton mari qu' esrt ce qu' il en pense ?

Les gens qui te font des reproches à ce sujet là, ignore les, je.

Sais c' est pas facile mais j' ai connnu ça car j' ai maintenant 44 ans et on me pose la question pourquoi je n' ai pas d' enfant et je leur dit tout simplement que je n' ai jamais éprouvé le désir d' en avoir un enfant et c"' est vrai, je n' aucun regret par rapport à ça, moi je sais pourquoi grace au psy et je ne culpabilise pas.

Peut être que l' aide d' un bon psy peut d' aider à passer ce cap diffficle mais je sais que c' est un pas difficile à franchir mais moi, je sais que sans l' aide de ce psy, je pense que j' aurais fait des stages en hopital psy car il y a eu des moments tres tres bas.

En tout cas tu as une amie à to, écoute : MOI et plein d' autres sur ce forum.

Essaie de trouver une association pour rencontrer des gens.

Pour le bébé si tu en désires un c'est super mais sache que cela comblera un moment ta solitude mais ne resoudra pas le probleme de fond.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


25047
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages