Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Effets et sevrage Effexor

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 2009 lectures | ratingStar_120256_1ratingStar_120256_2ratingStar_120256_3ratingStar_120256_4

J'ai 23 ans et ça fait un an que je prend de l'effexor et de la dépamide (regulateur d'humeur). J'ai suivi une therapie qui m'a vraiment aide, sorti de la depression et j'ai vraiment evolue positivement que ça soit au niveau du boulot ou vie personnelle. Aujourdhui mon psy estime que la therapie est terminee et à l'aide du médecin generaliste je me sevre du depamide et de cette merde d'effexor. Les effets de l'effexor au debut de la prise de traitement : il m'a fallu trois mois pour NE PLUS les avoir et a partir de ce moment la j'ai commence à aller mieux. Voici les effets : j'ai eu une tension souvent à 8 (on a du me prescrire du seglor pour la remonter) , des envies de vomir, une secheresse de la bouche, j'ai perdu 4 kgs puis regagner 8 kgs, des nuits agitees par des reves horribles en me reveillant ayant transpire abondamment, des sueurs, tremblements, vertiges, les pupilles dilatees le soir (impossible de conduire et c'est pas recommandé) et biensur je sommnolais. Ensuite c"est passé et c'est devenu un geste quoditien d'avaler mes 2 gelules de 75 mg par jour ainsi que les 2 gelules de depamide. Le sevrage : je suis en plein dedans et je suis à la derniere semaine. Ce sevrage, je l'ai prevu et planifié avec l'aide de mon medecin generaliste, le psy ne voulant jamais me dire une date. Ma therapie terminee, cela fait un moment que je me sens prete vraiment à l'arreter. Je n'ai aucunement envie de reprendre cette saloperie ainsi que le depamide qui l'est aussi. C'est vraiment une drogue. La premiere semaine je suis passee de mes 2 * 75 mg à 37.5 * 2 mg par jour (en prenant le matin) et je n'ai pas change la prise de depamide (2 gelules une le matin une le soir). Ca s'est bien passé, à part un peu de vertige j'ai rien ressenti. J'ai passe la semaine à faire enormement de sport pour compenser. La deuxieme semaine a ete la plus dure. Je suis passée de 37.5 mg * 1 et une gelule de depamide le matin seulement. Alors la j'ai eu une semaine vraiment dure moralement et physiquement. Symptome de manque normal d'apres mon generaliste. Crises de larmes sans raison, vertiges, nausees, l'impression que j'allais m'evanouir sans arret. Je suis partie a la montagne prendre un grand bol d'air, faire beaucoup de vtt pour eviter de penser a tout ça et je me suis egalement posee. Mediter, controler ma respiration et me relaxer dans des bains m'a beaucoup aider. Il faut surtout pas penser à ce qu'on "subit", et être fort, car j'avais des envies de reprendre le traitement d'autrefois. Et la je suis a la derniere semaine prendre 37.5 * 1 tous les deux jours et une gelule depamide tous les deux j egalement. Pour l'instant ça va, je ressens plus rien, je me sens bien, je sais que la fin de ce cauchemar approche et j'arreterai meme si je vais en souffrir. Le moral est d'acier et je suis bien decide a evacuer ce poison de mon corps, je bois beaucoup d'eau. Je souhaite du courage à tous ceux qui passent par la. Tout ce que je peux conseiller par mon experience c'est d'arreter : 1) quand on est pret 2) avec l'aide d'un medecin 3) ne surtout pas prendre cette merde trop longtemps. 4) ne resister moralement quoiqu'il arrive, d'être soutenu par ses proches (ça aide enormement).
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


120256
b
Moi aussi !
4 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages