Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Est-ce vraiment utile ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 31 ans
Mail  
| 601 lectures | ratingStar_121228_1ratingStar_121228_2ratingStar_121228_3ratingStar_121228_4

J'ai vu plusieurs psychiatres depuis 2002 et à aucun je ne suis arrivée à parler. J'ai vu des psychiatres "normaux" et j'ai tenté d'en voir 2 spécialisés dans les TCC. L'un d'entre eux a refusé de me recevoir sous pretexte que si je ne l'appelais pas moi-même pour prendre contact avec lui, c'était que je ne voulais pas m'en sortir ! Sauf que en plus de toutes mes phobies sociales, je suis incapable de téléphoner (la phobie du téléphone ça existe ? ). Donc ce n'est pas allé plus loin. L'autre, je l'ai vu une fois et ça n'a pas du tout marché. C'était une généraliste qui faisait des TCC et qui n'a pas apprécié que je ne sois pas capable de lui serrer la main. Elle me proposait de la voir une fois par semaine, de prendre un sujet de discussion dans les infos et d'en parler pendant 20 min avec elle. Elle faisait payer une consultation de généraliste qui était remboursée + 40 € pour la TCC qui n'étaient pas remboursés. Pour ne rien arranger elle était à 2h à pieds de chez moi et la séance était dûe, même si on n'y allait pas pour de bonnes raisons, si elle n'était pas décommandée 2 semaines à l'avance. Je n'ai pas donné suite. J'ai arrêté mes recherches en TCC, car ayant déménagé, il n'y en a pas près de chez moi, les plus proches sont dans une ville à 2h de car. Pour les psys "normaux", ça ne se passe pas très bien non plus. J'en ai eu un très cynique qui se mettait en colère quand je paniquais. Je le voyais en hôpital de jour et là bas, 1 fois par semaine, patients et personnel soignant avaient une réunion dans laquelle les patients devaient dire ce qui s'était passé dans la semaine (ce qu'ils pensaient des soins, des incidents qu'il y avait eu, de ce qu'on pourrait faire, etc… avec la réaction des soignants qui disaient aussi ce qu'ils pensaient du comportement des patients). En général, c'était assez tendu. C'était les vacances, beaucoup de patients absents, c'est comme ça qu'un vendredi 3 semaines après mon arrivée là-bas (j'y allais 3 jours par semaine) ) , je me suis trouvé seule face à 1 dizaine de soignants. Je précise que je suis notamment ps, ago et terrorisée par tout ce qui est médical et paramédical. J'étais sur une chaise, face à eux qui me regardaient et attendaient que je parle. Ils ne me posaient aucune question. Ca a duré 20 minutes. 20 minutes de silence où tout le monde m'observait. Puis ils ont commencé à parler pour dire que je ne voulais pas parler. Puis ils m'ont enfin laissée partir. Ce psy là a été ma pire expérience avec les psys. Dès la première séance il s'est appliqué à réveiller (volontairement) en moi des peurs qui certes n'étaient pas réglées, puisqu'il les a réveillées, mais que j'arrivais à tenir à distance alors que j'en avais déjà tout un tas qui m'empêchaient de vivre et qu'il savait que je ne lui faisais aucune confiance. Et d'ailleurs une fois qu'il les a eues réveillées, on en a plus parlé. Les autres que j'ai vus, au mieux je n'arrive pas à leur parler et au pire j'arrive à leur parler un peu (pas de ce qu'ils veulent, mais bon j'arrive à ouvrir la bouche) et ça se passe mal (cf sujet dans "mon psy et moi" 'qu'a-t-il le droit de faire ? "). Je ne sais pas si je dois quitter mon psy vu que je n'ai aucune confiance en lui (mais je n'ai jamais eu confiance en un psy) , si je dois continuer à le voir, mais à ne plus rien lui dire pour éviter ses menaces ou si je le quitte si je dois en chercher un autre auquel je ne serais sans doute pas capable de parler non plus avant un bon moment (celui que je vois, ça fait 7 ans que je le vois, ça fait 6 mois que j'arrive à lui parler un peu… et il a tout foutu en l'air la semaine dernière). Je suis obligée d'avoir un psy pour les médicaments. Mais me présenter chez un psy et ne pas être capable de lui dire pourquoi je viens… Jusqu'à présent, tous les psys que j'ai vus, ce n'est pas de moi-même (dans le sens où soit on a pris RV pour moi et on leur a expliqué quelles étaient les difficultés (et notamment que je ne parlais pas) soit c'était après des TS). Donc changer volontairement de psy ça me parait impossible. Mais en même temps, à part pour les médicaments, je ne vois pas l'intérêt de continuer avec celui-là. Il est vrai que même si j'arrive à décider de changer de psy, j'irai voir qui ? Au cours de mes hospitalisations j'ai vu tous les psys du CMP et c'est encore celui que je vois qui me convient le moins mal. Maintenant puisque je ne lui dis rien est-ce que ces ordonnances je ne pourrais pas les avoir par un généraliste ? (Là aussi je vais avoir du mal à en trouver un, mais il y en a davantage).
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


121228
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages