Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Est-il possible d'avoir le coeur trop gros?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 20/09/10 | Mis en ligne le 14/05/12
Mail  
| 184 lectures | ratingStar_254893_1ratingStar_254893_2ratingStar_254893_3ratingStar_254893_4
Bonsoir joanahope, >> Et je suis venu exprimer ici mon opinion : en ai-je le droit ? >> Merci beaucoup ! J'ai néanmoins quelques doutes au vu de ce que vous écrivez par après. >> Et puis rien, attirer l'attention sur une éventuelle projection réalisée par telle ou telle n'est ni une insulte, ni une moquerie et n'a rien de très surprenant sur un forum de psychologie, du moins me semble-t-il… >> C'est donc mon honnêteté intellectuelle que vous remettez en cause. >> Lesquels ? >> Je n'ai jamais prétendu rendre compte de la psychologie de quiconque par ici, je livre bien plus modestement un regard sur une situation, à partir des éléments fournis par la personne, point. >> Votre énumération est, pour le coup, tout à fait malhonnête : vous amalgamez des jugements exprimés en des temps différents de la discussion pour des choses différentes et obtenez de la sorte ce qu'on appelle, en zététique, un effet impact. >> D'où mes précautions oratoires… >> Pourquoi introduisez-vous un discrédit préalable dans l'interprétation de l'expression de mes précautions oratoires ? Comment faut-il faire alors, pour ne pas mériter un tel discrédit ? S'agirait-il au final d'un délit de style ? >> Je ne vois pas ce que mes propos ont de rhétorique (les qualifier ainsi ne les rend pas tels pour autant, sauf à croire en la magie de la… rhétorique) , de séduisant (ils ne semblent pourtant guère vous plaire et ont suscité une vive réaction chez lucedarchin !) et d'infaillible (lucedarchin les a contestés sans difficulté, exemple avec l'"amour "christique"", d'où une nouvelle hypothèse formulée par mézigue). >> En effet et c'est décisif. >> Tout dépend de ce que vous entendez par "gentillesse" : suivre le mouvement de la plainte, donner dans le compassionnel, ou bien respecter assez la personne pour provoquer une réaction et la sortir – ne serait-ce qu'un instant – de son marasme ? >> Je ne sais pas, donnez-moi donc la recette. (oups, voilà que je me trahis encore ! ) Je crains néanmoins que quelque manière qu'on – car il suffit de parcourir ce forum pour constater que ce genre de procès d'intention ne m'est pas réservé – exprime ici son point de vue, il y aura toujours des esprits chagrins pour en contester la forme, au mépris, hélas, du fond : mais qu'attendre d'autre dans notre bonne société de communication ? Qui est le vrai Gargamel, dans un tel contexte, à votre avis ? Celui qui le paraît de prime abord ? … Bonsoir chocolateriver, >> Je trouve votre remarque irrésistible : tout à votre désir de pointer chez moi des projections, c'est vous qui en réalisez une magnifique, avec votre "cher psychologue", comme si c'était à ce titre que j'intervenais par ici, ce qui n'est pas le cas, ainsi que je vous l'ai répété à plusieurs reprises. Cela dit, je ne suis pas dupe de la manoeuvre : vous m'investissez d'une autorité professionnelle pour mieux l'attaquer… mais, ironie d'une sort, au prix d'une nouvelle méprise : vous paraissez en effet sous-entendre que réaliser des projections sur quelqu'un serait une faute, avec circonstance aggravante dans le cas d'un psy, comme si ce dernier devait, en vertu de sa fonction, se faire table rase. Sans doute n'avez-vous jamais entendu parler de ce qu'on appelle le contre-transfert, soit le phénomène par lequel le psy réagit inconsciemment aux réactions inconscientes du sujet venu le trouver, phénomène participant pleinement du processus analytique et par extension, de toute démarche de changement approfondie. Conclusion : même si j'avais réalisé les projections que vous avez cru déceler dans mes propos et en admettant un instant que je sois intervenu en tant que psy pour l'occasion, je n'aurais pas pour autant commis ce "flagrant délit" qui semble motiver votre intervention : cela prouverait au contraire que j'ai laissé lucedarchin m'atteindre suffisamment dans ma propre dimension affective pour que sa situation fasse écho en moi et entraîne une réaction de ma part, réaction à prendre dans la logique compréhensive du dialogue alors tenu… Mais oubliez cette longue parenthèse, car dans les passages mêmes que vous citez, il est écrit noir sur blanc : "Je ne fais pourtant que vous exposer mon interprétation du ressenti que vous livrez par ici, interprétation que je soumets à votre appréciation, comme à celle des autres intervenants, dans une logique d'échange". Drôle de projection que cette interprétation consciente d'elle-même et ouverte à révision ! Lucedarchin. >> Certainement pas en ces lieux virtuels. "Psy", ce n'est pas un état, c'est une fonction, qui prend place dans un cadre bien précis, celui d'une consultation. J'ai coutume de dire que mes clients me font "psy" au moins autant que mes diplômes et mon expérience. Bonne soirée à tout le monde.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


254893
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages