Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'aimrai une réponse

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 155 lectures | ratingStar_261346_1ratingStar_261346_2ratingStar_261346_3ratingStar_261346_4
Moi non plus Emma je ne suis pas pour dépenser des sommes folles dans une thérapie. Pour moi, ce n'est pas un luxe mais un besoin, je considère cela comme une maladie à soigner. Cependant, nos thérapies ont pour but de nous accompagner dans un travail où nous devons relever nos manches et ne savoir que compter sur nous-mêmes pour rectifier nos fondations psychiques. Cela demande un investissement et surtout une grande volonté. Sur l'aspect financier. Le fait d'être pris en charge en totalité peut t'amener à te laisser porter par la thérapie (et ce n'est absolument pas le but). Le risque est que tu prennes le psy pour un lieu où tu déposes ta souffrance sans pour autant reconsidérer les paramètres de ta vie. Il faut beaucoup d'humilité pour faire une thérapie car quoiqu'on en dise, c'est un lieu où nous jugeons nos parents, nos conjoints et nous-mêmes. Tu dois prendre en main ta thérapie et symboliquement, elle doit te coûter afin que tu aie la volonté d'avancer et non de piétiner dans ta souffrance. Le temps passé des jérémiades (poser et décrire sa souffrance) , il faut passer au tri puis à l'analyse. C'est le plus difficile. Lorsque ta thérapie te coûte, tu ne passes pas tes séances à te plaindre mais tu veux en venir à bout et tu avances, c'est toi qui donnes le tempo car tu sais ce que tu débourses. La thérapie n'est pas un loisir mais un besoin. Elle se monnaie toute proportions gardées car je le redis, je ne me verrais pas débourser des sommes folles ou chambouler ma vie pour me soigner car nous sommes malades. Nos thérapies ne sont pas des outils pour mieux nous connaître mais nous soigner. J'insiste. C'est ainsi que selon nos périodes de vie, en total accord avec le psychiatre, nous définissons le cadre qui consiste à prévoir un créneau horaire ainsi qu'un tarif. Les psy perçoivent le tarif en vigueur mais nous décidons d'un commun accord de ne pas avoir de feuille de remboursement pour une séance sur 4 par exemple (ce qui est mon cas et fonction de mes revenus, sur ma bonne parole). Lorsque j'étais mariée je n'avais pas de feuille de remboursement une séance sur deux (c'était mon choix aussi et j'avais plus de revenus). Ma fille étudiante a toujours eu des feuilles de remboursement mais devait payer exclusivement en espèces et faire l'appoint (faire l'appoint était le prix à payer pour elle). Lorsqu'elle était enfant, je payais et avais des feuilles de remboursement mais elle-même (6 ans) devait apporter à la psy un objet lui appartenant (c'était parfois un vrai dilemme pour elle). Il y a aussi l'aspect "temps" Je penses que tu intègres bien plus ta thérapie dans le temps et que le travail se poursuit dans ton quotidien, à ton insu, lorsque tu as un créneau horaire défini et que tu t'y tiens. Ce créneau est réservé au temps de dépouillement psychique de tes récoltes émotionnelles. Ce temps t'appartient, il t'est réservé et tu l'as gagné, tu le paies. C'est un temps de travail. Il est donc normal que tu le paies si tu rates ton rendez-vous ou que tu n'annules pas suffisamment longtemps à l'avance. Thérapies. Pour ce qui concerne les différentes thérapies, moi aussi, je me contre-fiche que mes thérapeutes soient freudiens, lacaniens ou d'une autre école. Je n'ai jamais posé de questions. Ce qui compte c'est le feeling, l'endroit surtout où je vais déposer ma parole et engager mes réflexions. Il faut que l'endroit me ressemble. Mon instinct me guide. Je sais d'emblée si je peux faire confiance ou pas. Je n'ai jamais fait de psychanalyse. C'est un travail très particulier. Je n'ai fait que des psychothérapies à tendance analytique. Je crois savoir que c'est ce que la majorité des patients traités par des psychiatres font. Ce sont des tranches de travail de plusieurs mois, voire années. C'est un travail de fond qui te restaure totalement. Totalement. C'est sûrement ce que tu as fait avec ta psy. Je me méfie des thérapeutes en tous genres que j'assimile souvent à des chercheurs d'argent. J'ai déjà essayé les thérapies comportementales, j'ai trouvé cela utile pour gérer un problème quotidien mais bien superficiel. Je ne suis pas une adepte du "se faire violence" pour surmonter un problème du quotidien, cela doit venir de soi et se faire naturellement MAIS je conçois que certains n'aient pas besoin de creuser.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


261346
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages