Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Terreurs nocturnes chez l'adulte

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes - 05/10/11 | Mis en ligne le 22/05/12
Mail  
| 270 lectures | ratingStar_257980_1ratingStar_257980_2ratingStar_257980_3ratingStar_257980_4
Alors je connais bien, trop bien hélas. Pour les causes : on peut chercher vers les traumatismes (ça peut-être très varié). Moi j'en ai eu plusieurs mais je pense que quelques uns ont plus joué que d'autres : tentatives d'effraction en pleine nuit de façon violente etc. Heureusement tentatives avortées mais complètement traumatisantes. Mais mon psy m'a dit que ça peut être aussi des agressions ou la peur de quelque chose, peur propre à chacun. Comment traiter ? Si je savais … la thérapie peut bien sûr aider. Le problème, c'est que le jour on peut bien rationaliser, il n'y a pas de problèmes on se demande même comment on peu vivre ça la nuit. Mais quand une terreur est commencée, je ne connais pas de manière de s'en sortir. Mon psy m'a donné un truc qui marche mais faut être dans la situation ou c'est tous les jours (heureusement c'est rare). C'est mettre le reveil 30 min avant l'heure habituelle du reveil nocturne. Il n'y a pas si longtemps c'était systématiquement toutes les nuits et ça m'a plutôt réussi. J'ai mis le reveil à 4h, je sais que le reveil est autour de 4h30 habituellement et 'ai gentiment attendu l'heure habituelle, bien réveillée, et constaté qu'il n'y a rien. Après ça on peut se rendormir tranquillement. Certes, ça fait perdre 1h à 2h de sommeil mais c'est mieux que de se réveiller brusquement la terreur/peur accrochée au ventre avec le coeur qui s'emballe, et tous les sens aux aguets et endurer l'anxiété absolue et devoir se taper ça jusqu'à ce que le jour se lève … Par contre je conseille fortement. 1) de voir un psychiatre. 2) de refuser les somnifères, les neuroleptiques et les benzo et même si le psy veut absolument vous en donner. E ne sont que des béquilles et soit il ne faut s'en servir que deux semaine d'affilée ou "s'offrir" une bonne nuit de sommeil une fois de temps en temps mais c'est tout. Le risque de dépendance est énorme et à l'arrêt, tout reviendra et parfois en pire car certains capteurs neuro auront été modifiés. 3) conséquence à tout ça : trouver un psychiatre qui cherche à chercher les causes des terreurs et pas à les étouffer par la pharmacopée. Bon courage. Je suis passée il y a quelques années à toutes les nuits .Maintenant c'est par période.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


257980
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages