Histoire vécue Psychologie > Psychothérapie      (3294 témoignages)

Préc.

Suiv.

Victime de viol

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 03/03/10 | Mis en ligne le 25/05/12
Mail  
| 232 lectures | ratingStar_258932_1ratingStar_258932_2ratingStar_258932_3ratingStar_258932_4
Non je ne te connais pas, Lone. Simplement lorsque je te lis, je lis les mots d'un enfant. Alors je pensais que tu avais au plus une vingtaine d'année. Surtout ne vois là aucun jugement de ma part. J'essaie de comprendre. Pas ton traumatisme, bien entendu, mais ce qui pourrait t'aider. Voici un extrait de ce qu'écrit Jean-Paul Fluteau, psychothérapeute : Citation : Chacune de nos expériences vécues douloureusement au cours de notre vie intra-utérine, de notre naissance et notre enfance fait qu'une partie psycho-émotionnelle de l'enfant que nous étions s'est comme pétrifiée. Chaque fois, il se crée alors en soi un être émotionnel virtuel que j'ai appelé "L'enfant gigogne" (une sorte d'enfant fantôme intérieur qui va hanter l'espace psychique de la personne tant que celui-ci ne sera pas libéré et mis en paix.) [… ] J'ai pu constater que "spontanément" la plupart des personnes qui ont identifié dans leurs recherches introspectives des expériences traumatisantes au cours de leur enfance ne se différencient pas de l'enfant qu'elles ont été [… ] Ainsi "l'enfant gigogne" en elle ne peut se sentir reconnu et compris puisque c'est la personne dans sa dimension présente qui reçoit toute l'attention sur elle en exprimant sa plainte et sa souffrance. C'est cette relation indifférenciée entre la dimension présente de la personne et la dimension de "l'enfant gigogne" qui rend impossible sa mise en paix. Ceci rend impossible aussi le changement profond de la personne qui restera toujours parasité à un moment ou à un autre par la souffrance de son "enfant gigogne". Peut-être pourrais-tu prendre l'habitude de dire l'enfant que j'étais à la place de je, pour parler du passé. Car en te lisant il semble que l'enfant prenne une place énorme dans ta psyché. C'est pour cela que les relations sexuelles te dégoutent. Outre ce qui a été vécu, c'est l'enfant qui s'exprime ici. Un enfant n'aime pas les relations sexuelles. Il a certe des pulsions mais le passage à l'acte est une démarche d'adulte et qui ne devrait se faire qu'entre adulte. Je pense que prendre de la distance avec l'enfant que tu as été et avec sa souffrance te permettrait de mieux gérer celle de l'adulte d'aujourd'hui. En consolant l'enfant, l'adulte sera pacifié. La démarche est aisée à expliquer mais peut-être pas toujours facile à mettre en place. Pourtant je pense sincèrement que cela t'aiderait. Parles-en avec ta psy.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


258932
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

A la recherche d'un ou d'une confident(e)... - amities et relations personnelles

image

Bonjour, Je me permet de te répondre car j'ai vécu les mêmes choses il y a quelque temps avec une ancienne amie qui m'a trahis donc je comprend ta situation. Moi aussi j'ai du mal à faire confiance aux gens au (pseudo) amis car on finit toujours...Lire la suite

Qu'auriez-vous fait ? aimez un pn n'est pas evident

image

Moi cela fait un mois que j'ai compris que je suis un PN. Tu trouvera plus de détails sur la discussion que j'ai ouvert hier soir et qui s'appelle "Je suis un pervers narcissique et j'ai besoin d'aide" Oui, c'est rare d'avouer que nous sommes des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages