Histoire vécue Psychologie > TOC      (372 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai des TOC mais je tente de les contrôler

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1749 lectures | ratingStar_21879_1ratingStar_21879_2ratingStar_21879_3ratingStar_21879_4

Depuis quelques années j'enchaine différents problèmes allant du TOC à la crise d'angoisse et aux phobies ce qu'avant je n'avais pas.

Allez savoir d'où ça vient… j'ai beau analyser retourner la question dans tous les sens un gros point d'interrogation persiste.

Je suis de ces jeunes filles, s'habillant en foncé (non pas gothique) afin de ne pas attirer le regard, j'ai une carapace, une solide, de celle qui rit, de la fille intègre et sans problème et pourtant… pourtant derrière tout cela si ils savaient…

Ici, je n'ai rien a prouver donc je me lance…

Depuis le début de mon adolescence, je cherche à tout prix de protéger les autres de moi. Je ne ferai pas de mal à une mouche mais j'ai la constante sensation d'être mauvaise. Vers 13ans j'ai commencer à me scarifier, pas profondément, en général.

Ce qui a posé problème, c'est que je le faisais à toute heure du jour et de la nuit, s'en était devenue une drogue. Me punir d'être moi, de n'être que moi.

Ensuite j'ai cessé. Mais dans ma tête persistait et persiste encore que je suis une erreur, pas assez ou trop je ne sais quoi, pas digne de ce qu'on m'offre, et j en passe.

Ensuite un membre de ma famille que j'aimais énormément est décédé, mon parrain, le frere de ma mère et je me suis comme donné une mission celle d être forte, de serrer les dents pour ma mère pour mon père et pour les autres pour être un soutient pour ne pas être un poid en plus. Un poid, voila l'image que j'ai de moi.

A 16ans j'ai subit une opération (un ilizarov tapez sur un moteur de recherche vous aurez une impression) de la cheville à la tete du fémur. Pas gai gai, être handicapée, disloquée, charcutée, à 16ans alors qu'un simple petit bouton est une hantise moi j'avais une trentaine de broches me traversant la jambe. Mais garder le sourire etait essentiel, pour les autres, parce que en plus je dépendais d eux alors je leurs devais le sourire. Encore une fois j'étais un poid, un boulet, qu'on mobilisait avec une chaise roulante des béquilles et tout le tralala… Un robocop comme on m a si souvent appelé… robocop qui devait uriner debout, arroser ses broches d'alcool quand la peau adhérait à celles-ci. Bref, on ne s'imagine pas l'étendue de la méchanceté et de la petitesse des gens, il m a fallu ça. Aussi ça m a permis de voir que si les méchants sont plus nombreux que les gentils, que les gentils, les vrais gentils sont encore la.

Maintenant j'ai 19ans, j'ai des TOC's mais je tente de les controler. J'ai des idées noires je me vois parfois tuer la personne en face de moi, la torturer. Une fourchette j'lui transperse la main l'oeil peu importe. Un verre je le casse et je cisaille le visage de quelqu'un… toutes des choses ainsi. Ca me fait horriblement peur, peur que la limite entre l'imaginaire et le réel soit franchie contre mon grès, sans le savoir. Peur de commettre l'irréparable. J'ai une peure bleue de me mettre en colère depuis des années, de peur de rentrer dans une sorte de transe et de dépasser les bornes.

Sachez que je ne veux que le bonheur des gens qui m'entourent meme de ceux qui m'ont fait le plus souffrir. J'ai la phobie d être méchante, de devenir mauvaise, je ne veux de mal à personne. Alors pour les protéger je me "défoule" sur moi via des crises d angoisses, l'alimentation,… J'ai l'impression d'être comme Dr Jeckil et Mister Hide… Un monstre en moi qui cherche à sortir… Et moi et mon petit corps qui veulent le retenir.

Sachez aussi que j entreprends des études d'infirmières, je veux aider les gens, les soulager, partir aider les défavorisés.

Depuis deux ans maintenant j'entreprends des cours d'art dramatiques, ce qui m'aide dans le sens où c'est pour chacun des élèves une thérapie. Pour moi ça m'aide à lacher du lest (comme me mettre en colère) , de me défouler, de décompresser sous le visage d'un personnage sans que les gens sachent qu un peu de colère réelle sort au compte goutte. Ca m'aide mais j'ai peur de me montrer telle que je suis. Pas que je sois fausse. Mais j'ai un enorme problème de confiance en moi, je me déteste mais ça je le cache sous de faux airs de durs à cuire. Je sais que ce qui m'aiderait c est de dire au fur et à mesure quand quelque chose me blesse ou m enerve ou autre mais ça me fait peur, j'ai peur de faire mal, ou d ennuyer ceux qui m entourent. Qu'ils me prennent pour une râleuse ou quoi…
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


21879
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

J'ai reussis a me debarrasser de mes toc toute seule: temoignage - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Bonjour Chaiiiina ^^ pour avoir subi les tocs dans mon adolescence, je suis tout à fait d'accord avec Chaina car j'ai procédé de la même façon pour m'en débarrasser c'est à dire que je me suis empêchée de faire mes tocs (ruminations mentales...Lire la suite

Toc , rechute durant les regles !!!!! - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Salut. Toute personne souffrant de toc sait parfaitement l'enfer auquel il faut faire face chaque minute de la vie, il estime bien sur la valeur des choses perdues à cause de fléau… (Joie, quiétude, ami, copain, étude. Personnellement 6 ans...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages