Histoire vécue Psychologie > TOC      (372 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le bal de tête!

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 463 lectures | ratingStar_271559_1ratingStar_271559_2ratingStar_271559_3ratingStar_271559_4
Je ne peux pas faire autrement que d'y penser au final. Parce que je crois bien que la seule idée d'arrêter est un évènement majeur. J'ai en tête, une personne qui a misé que sur sa volonté pour arrêter de fumer. Sans aucune aide, chimique ou médecin. J'ai été témoin de ce que cet effort lui a coûté. Cette personne était hermétique à tout ce qu'on pouvait lui dire à ce propos, que ce soit son entourrage ou des articles sérieux. Elle a réussi à se sevrer, mais une dépendance ne demandant que d'être remplacé par une autre, elle est désormais atteinte de Toc. Le Toc ménager. On mange par terre chez elle quand on veut. Au prix que ses voisins m'ont signalé qu'elle attachait son fils en dehors de l'appart, porte fermée, afin de venir à bout de sa nouvelle dépendance. Je suis un peu cruelle d'utiliser cet exemple parce que j'ai rompu le lien. Après mon déménagement, je n'étais pas d'équerre moi même suite à cette expérience, je l'ai écouté au téléphone. Et mon cerveau a dit stop. Donc si je me permets d'utiliser cet exemple, c'est pour dire que j'ai dans l'esprit bien noté, qu'il fallait y aller en douceur. J'ai moi aussi le profil d'être sujette aux dépendances. Un peu dépensière compulsive (il y a quelques années je l'étais pas qu'un peu) , le tabac, l'alcool de temps en temps… Je considère donc que j'ai un profil propice à une dépendance. Je ne pourrais me sevrer que lorsqu'une meilleure dépendance se présentera. Je dis cela à l'instant mais peut-être que dans 5 minutes, dans une heure ou dans quelques jours je dirais autrement. Je pars sur le principe qu'une dépendance chasse l'autre. Cela vaut que ce que cela peut valoir. Me plonger dans le sport, c'est raté. Dès que j'ai le budget, j'irai m'abonner à la salle/piscine mais ça coûte plus cher que des clopes. Cela me permettrait de faire un peu d'entretien. Réactiver ma carte d'abonnement au ciné, je l'ai fait la semaine dernière. Carte d'abonnement que j'ai beaucoup utilisé à une époque. Je suis abonnée depuis des années, pendant deux ou est ce trois ans, j'ai payé sans aller au cinéma ! Moi qui flotte toujours au hasard, c'est tout un protocole de vie que je dois élaborer. Un protocole qui ne fasse pas sombrer dans le vide du toc par exemple. Le sevrage du tabac se fait en beaucoup de mois. Ce n'est pas parce qu'un jour on jette son paquet qu'on est sevré. Donc pour tenir compte de son état psycho, je crois qu'il ne faut pas avoir un échéancier serré mais un très large. Vendredi dernier, j'étais à fond sur le sujet. Le lendemain j'étais malade. On n'est que mercredi et je suis Hs. Vendredi j'avais noté que pour la énième fois j'avais fumer deux paquets entiers en l'espace de 24heures. Aujourdhui j'aurais fumé 15 cigarettes parce qu'il m'en reste deux sur la table que je fumerais. Je vais les fumer. Pourtant je sais que ma brochite est à 90% passée et que tant que suis à la verticale tout va bien. M'ais dès que je vais me placer à l'horizontale, je ne vais pas dormir encore et passer ma nuit à tousser. La nuit de lundi à mardi a été un super "bad trip" parce que dans ce moment glorieux j'ai à prendre desz corticoîdes à bonne dose. Et les corticoîdes sont redoutables sur le neurone. C'est dans cette nuit qu'est venu le point culminuant de la crise de non respiration. Heureusement il me restait des comprimés non périmés de la fois d'avant. A2h50, j'avalais le traitement. Je peux vous dire qu'à 4h00, j'étais partie dans un très mauvais trip. 4heure du mat, grosse angoisse parano. Et surtout tant que j'étais dans le noir de la chambre, j'étais dans un terrible angoisse, dans mon esprit (cela ne peut-être défini comme un rêve parce que je me souviens de tout en détail) enfin bref j'étais plongée dans une angoisse très très forte, celle d'avoir fait un AVC massif mais qui me privait de mon coprs et de ma bouche, mais pas de mon cerveau. Autrement dit, dans le noir j'étais horrifiée de ne plus pouvoir bouger mon corps, de ne pas pouvoir parler mais d'avoir l'esprit pas mort. C'était horrible ! J'ai fait un voyage dans l'horreur. Dans ce trip je n'avais plus de possibilité de bouger ou de parler mais mon esprit lui ne s'arrêtait pas. J'ai fait une grosse claustrophobie. Flottant entre ce cauchemar et la réalité, et ramener d'un coup plus du côté de la réalité par une quinte de toux, j'ai allumé la lumière de la chambre. Mon esprit s'est calmé. Finalement j'ai fini la nuit avec la lumière du couloir moins drue que celle de la chambre. Le mardi j'étais d'après-midis midi, je suis allée travaillée. Du matin où je me suis levée au milieu d'après-midis midi, je n'ai fait que me prouver que je n'avais pas fait d'AVC ! Le soir j'étais d'astreinte, je n'ai pas dormi parce que je ne voulais pas que mon esprit n'entende pas l'hypothétique appel. Il est dans les 21 heures, je vais allée me faire réchauffer un repas, et j'irai me coucher. Mais je sais que je ne dormirais pas avant des heures. J'ai travaillé de jour, de nuit. La moindre poussière qui s'incruste dans mes protocoles de lever ou de coucher, j'en ai pour des jours à me recadrer dans le bon rythme. Je vais me garder une clope pour la nuit ! Je mange, je m'en fume une et l'autre je me la garde pour dans la nuit ! Demain je suis du matin, cela devrait le faire.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


271559
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

J'ai reussis a me debarrasser de mes toc toute seule: temoignage - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Bonjour Chaiiiina ^^ pour avoir subi les tocs dans mon adolescence, je suis tout à fait d'accord avec Chaina car j'ai procédé de la même façon pour m'en débarrasser c'est à dire que je me suis empêchée de faire mes tocs (ruminations mentales...Lire la suite

Toc , rechute durant les regles !!!!! - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Salut. Toute personne souffrant de toc sait parfaitement l'enfer auquel il faut faire face chaque minute de la vie, il estime bien sur la valeur des choses perdues à cause de fléau… (Joie, quiétude, ami, copain, étude. Personnellement 6 ans...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages