Histoire vécue Psychologie > TOC      (372 témoignages)

Préc.

Suiv.

Tocs de rumination et pensees horribles, gardez espoir on guerit !! - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 30/09/13 | Mis en ligne le 13/06/14
Mail  
| 4014 lectures | ratingStar_531266_1ratingStar_531266_2ratingStar_531266_3ratingStar_531266_4
Bonjour a tous ! Je viens d'ouvrir aujourd'hui un compte sur doctissimo pour partager un peu mon histoire et donner aux gens un petit peu d'espoir par rapport a ce que l'on appele TOCs de ruminations, pensees horribles, pensees intrusives, peur, angoisse etc… Je ne compte en rien me faire passer pour quelqu'un qui dit avoir "LA" solution, mais je trouve que trop de gens partagent leur mauvaises experiences et pas assez les poisitves. Generalement on post sur ce forum lorsque l'on crit a l'aide, et une fois que les personnes guerrissent ou trouvent une solution, elles deviennent très individualistes et essaient d'oublier très vite ce dur sujet, oubliant que de nombreuses personnes voudraient entendre leur experience si cela pourrait apporter du positif dans leur vie. Tout d'abord je tiens a m'escuser de l'absence d'accents. J'ecris depuis l'Australie et mon clavier ici me demande de nombreux tricks pour pouvoir en mettre dans mes mots. Je ne suis pas un grand fan de technologie et ceci est mon premiers post sur un forum donc soyez cool avec moi ! Je m'appele Tom et j'ai 27 ans (bong sang.. Deja !! ) J'ai commence a souffrir de pensees intrusives et de perte de confiance en moi lorsque j'avais 20-21 ans. Toute ma jeunesse, je me suis considere comme etant normal, sans trop de problèmes, et j'aimais beaucoup faire la fete avec mes amis, me considerant comme etant quelqu'un de très social et ayant une grande confiance en soi. Je fus un grand fumeur de cannabis dans ma jeunesse et un adepte de diverses drogues de mes 15-16 ans jusqu'à la vingtaine. Tout allait bien, a part que je souffrait etant jeune d'une acne severe dans le dos qui me rendait malade, et ce fut un enorme complexe, j'ai suivit un traitement (Roaccutane) qui d'après moi, avec tout les exces de ma jeunesse, a eu un certain role dans mes TOCs. Bref… Ne n'ai jamais ete a plaindre au niveau sexe avec mes partenaire, et j'ai rencontre cette nana lorsque j'ai eu 21 ans ou notre premiere rencontre sous les draps s'est averee quoi que peu molle… Cela, et je ne le savais pas encore, m'a extrement touchee, et allait engendree par la suite de nombreuses consequences sur mon psychologique. J'ai commencais a perdre confiance en moi, très rapidement, continuant toujours a faire la fetes avec beaucoup d'exces et a garder la face devant tout ceux qui me connaissaient. Avec cette fille, suite a cette experience, on a mit plus de 3 mois avant de faire (reellement) l'amour. Chaque fois que je la voyait, je me disais, “aller mon gros, cette fois il faut que tu la choppe !! ” Et puis… rien, juste une grande timidite qui grandissait et de nombreuses questions sur moi même, “pourquoi, ça ne marche pas.. Je ne me reconnais plus” etc… Jusqu'au jour ou ENFIN le biscuit fut trempe..quel Bonheur ! Bref passons, mais cette partie était importante a evoquer (car je crois que ce fut l'element declencheur..). Je suis devenu dingue de cette creature et notre amour roulait comme sur des roulettes jusqu'à un jour ou la pensee de : "tu ne l'aime pas" est apparue comme ça, sans prevenir. Cela me parraissait stupide et je n'arrivais pas a me debarasser de cette pensee qui revenait. Mon esprit fut ensuite convaincu du contraire, puis a nouveau BANG ! Elle revenait. Cela me faisait beaucoup de mal et je tentais tout pour m'en debarasser. Je ne montrais rien de tout ça, me convainquant que ce n'était rien. Le temps ensuite passa et nous projettions un voyage en Australie. Pour moi ce fut un enorme projet a l'epoque, partir un an comme ça avec une copine en Australie… et qu'est ce qu ; il arriverait si en fait je l'aime pas ? Si en fait je ne veux pas partir avec elle ? … Oups ça y est ! Encore cette pensee !!! Et puis un jour, j'admirais simplement sa beautee quand cette pensee horrible de la voire ensanglantee ma horrifiee.. Et ce fut le grand debut d'une grande galere ! Cette personne, que je sais que je l'ai aimee a la folie, je me suis imagine lui faire d'horrible choses, des pensees et images horribles me rendaient a vie dure parfois pendant toute la journee ou dans ma tete je lutais pour m'en debarrasser. Je commencais a me poser des questions sur moi même, me persuadant que mes exces de fetes commenceaient a me taper sur le systeme. Puis un jour en pleins calin, une pensee horrible est encore apparue et ce fut trop dur pour moi a garder ça l'interieur, je devais lui en parle. Ce fut le debut de ma guerison, et aussi le debut de l'eclaircissement sur ces terribles TOCs. Au depart j'ai regrette de lui en avoir parle car soudain mon esprit irrationnel a entendu pour la premiere fois des mots rationnels en rapport a mes pensees. J'étais dans un etat pitoyable, choque de lui avoir dit mais un tout petit peu rassure de la voir encore la a mes cotes et non partie en courant. J'ai ensuite essayer d'oublier tout ça… grave erreur, car comme vous le savez, si vous essayais d'oublier, ça revient en force ! Ce qui s'est bien sur passe. Puis de nouvelle "images" sont apparus, comme quand je conduisais et que je me suis dit “tiens et si j'ecrasais quelqu'un ? ” Puis les couteaux, dont je commencais en avoir une peur enorme car cette vision de moi même me voyant faire du mal aux genx que j'aimais. Bref pendant quatre ans mon esprit a fait le tour de toutes les choses les plus horribles et inimaginables. Se focalisant essentiellement sur mes proches et les gens que j'aimais. Ce fut un veritable cauchemar, surtout que je ne savais pas ce qu'il m'arrivait et je me convainquais que je devenais competement tare. Puis j'ai commence a me renseigner, et j'ai decouvert, surtout a travers ce site, que d'autre personnes souffrait de ça. Que d'autres personnes avaient exactement les même troubles que moi, que je n'étais pas seul ! Et que cela avait un nom : TOC ! J'ai pu enfin dire a la seule personne a qui j'en avais parle le nom de ce dont je souffrais vraiment et me suis escuse pour tout le mal que j'ai pu lui faire en lui faisnt partager tout mes delires. Je savais maintenant ce dont je souffrais, quel soulagement ! Je n'étais en fait ni schizo, ni psychopath ou quoi que ce soit. J'ai ensuite lu de nombreux temoignages de personnes consultant un medecin, un psy ou autre. Même si bien sur ma maladie, car c'est une maladie (et on en guerit !!!) , continait de plus belle, j'ai toujours refuse d'aller consulter. Car au final, je savais exactement ce que j'avais, et je n'avais pas besoin de quelqu'un pour me le confirmer, et surtout que j'étais a ce moment la a 20 000 kms de mon pays, mon Anglais était basique et mon portfeuile pas bien remplit. Ma copine fut extraordinaire, car ce fut une oreille a l'ecoute de mes soucis. Elle savait qui j'étais vraiment, et me faisait redescendre sur terre quand mon esprit partait trop loin.. J'ai commence a faire beaucoup de sport, ce qui aide ENORMEMENT. Courir, faire du velo, muscu, bref tout est bon pour liberer le crane. Je suis ensuite passee par des periodes ou j'étais certain de guerrir, puis ça revenait ensuite en force. Parfois c'était dur de me dire que ça allait passe, et mon cerveau me convaiquait que j'allais être comme ça toute ma vie, ce qui me deprimait, et heureusement j'avais tors ! Je continuais donc ce cycle de “ça va-ça va pas”, commencant presque a m'y faire et parfois me disant que finalement un psy et des medocs serait la meilleure solution. Surtout qu'avec la copine bah ça s'est fini (heureusement pas du tout pour cette raison, et elle est aujourd'hui ma meilleure amie). Puis un jour, a mon travail (restaurant) , je parlais avec un pote serveur que je commencais a bien apprecier. On s'est retrouve a parler les deux de tout et de rien jusqu'au moment ou il me dit qu'il souffrait de TOCs mentaux ! Je faisait style d'être juste curieux et d'en savoir plus et fu completement abassourdie d'entendre que ce mec, d'a peu pres le même age que moi, en Australie depuis 4 ans et d'origine Thailandaise que tout le monde apprecie, avec qui je delirais depuis deja six mois, souffrait en fait de la même chose que moi, et était en train de s'en sortir ! Encore une fois quel soulagement ! Il faut vous imaginer. Moi je me retrouvais a essayer de faire ma vie dans un pays tout nouveau pour moi, sans mes amis de France, avec la copine qui est rentree au pays. Ce gas me parle nature peinture de ses tracas comme ça ! Nous avons donc commence a parler de tout nos delires mentaux et pensees debiles et l'on en a même rigole ! Lui aussi il faisait beaucoup de sport, et ça l'aidait beaucoup, il se focalisait aussi sur une autre obsession a present : sa guitarre. I me disait qu'il en avait parle a de nombreuses personnes et que ça l'aidait beaucoup a relativiser et a banaliser. Cela me faisait du bien d'avoir quelqu'un a qui parler qui souffrait de la même chose, et surtout qui me renforcait sur l'idee qu'un psy n'est pas forcement la meilleure soution car pour lui cela n'avait pas bien marche. Il me conseilla fortement de continuer ma lutte sans medocs et sans psy, me disant qu'au final de l'espoir i y en toujours. Et c'est vrai ! Je commencais a voir un peu plus de lumiere dans mon futur. Cette personne n'était pas un medecin, n'était pas un psy qui fait son boulot car il a appris ça a l'universite et dans les livres. Cette personne était quelqu'un qui savait et qui ressentais exactement ce que j'avais, et qui comprenais, vraiment. Il s'était enorment renseigne de son cote etant jeune. Etrangement après en avoir un jour parle avec son pere, il decouvra que lui aussi avait souffert de ça dans sa jeunesse. Bref j'ai donc adapte sa psychologie et essaye de chercher la source de ce malaise qui je pense est due a mon exces de substances et a ce soudain manque de confiance en soi du a ma petite panne sexuelle et qui est arrive a un mauvais moment dans ma vie ou beaucoup de choses fut incertaine. Donc j'ai commence comme lui a en parler a d'autre personnes avec qui je me sentais proche ou parfois même a des gens presque inconnus, leur disant que mon cerveau parfois butte sur des sujet debiles et recurrant, et je jauge ensuite si la personne est assez ouverte ou non pour en comprendre un peu plus dans les details. Mais rien que le fait d'en parler vaguement genre : " tu sais les gens qui ont des TOCs et qui se lavent les mains tout le temps, moi j'ai en gros la même choses mais c'est dans ma tete, et avec des penser a la con… ". Il est assez surprenant de se rendre compte en fait combien de gens souffrent de quelque chose et qu'ils arrivent a très bien dissimuler. Après tout ce temps j'arrive maitenant a avoir du recul sur tout ça. Je sais très bien que je ne suis pas un mec qui fera du mal, je le sais au plus profond de moi comme vous. Je suis quelqu'un de très sensible, ce qui est une grande qualite dans ce monde du "chacun pour sa poire". Mon cerveau a fait le tour de toutes les choses les plus horribles et inimaginables, je crois que maintenant il en a marre ahaha. Je suis quelqu'un qui reflechis beaucoup et tout ce dont j'ai eu peur de faire, peur d'agir ou quoi que ce soit n'est en fait que le reflet d'une personnalite fippee des mauvais cotes de l'humain, et que finalement, je le suis et vous pouvez en être sur, vous ne ferez jamais de mal a une mouche car vous en avez trop peur ! Franchement, vous seriez deja passe l'acte sinon ! Tout le monde, absolument tout le monde, s'est deja pose la question : "Tiens, et si en fait je ne l'aime pas mon/ma partenaire ? "tiens, qu'est ce qui se passe si j'ecrase ce type en caisse ? , ou "si je le pousse dans le vide" ou autre… Tout monde a eu des pensees chelou mais 95 % des gens en rigolent les oublies et les effacent dans la seconde qui suit tant mieux pour eux les chanceux ! . C'est juste que notre cerveau saute comme un CD raye sur cette pensee et en devient flippe que l'on perd confiance en nous et devenons toques ! Nous vivons dans un monde ou nous sommes bombardes de mauvaises et horribles nouvelles tout les jours, a la tele, a la radio, dans les journaux (a une epoque, je ne pouvais même plus les lires ou regarder les infos ! ). Je ne veux pas me faire passer pour un gourou hippie mais notre societe nous met beaucoup de pressions sur nos epaules et pour certains d'entre nous c'est dur a supporter ! Les angoisses, ruminations et et pensees intrusives, j'en ai encore un petit peu mais j'arrive très bien a les gerer maintenant. Je sais qu'elles sont basees sur de la peur, et comme on le dit très souvent il faut combattre ses peurs et non les eviter, autrement on les nourit encore plus ! Je me rappele quand j'ai eu peur de tenir un couteau quand quelqu'un d'autre était dans la piece, et bien je me suis en fait force, et ça tout les jours encore et encore, bien sur j'étais dans ma tete completement flippe mais au final, j'en arrive aujourd'hui avec absolument rien qui s'est passe et je pourrais même maitenant tenir une hache dans un diner de famille san rien qui se passe ! Je beurre ma tartine et coupe mon steack sans problème ! Il ne faut pas eviter ses peurs. Si l'on reflechis bien a tout ça, on a pas besoins d'une falaise, d'un couteau, d'une voiture et j'en passe des plus belles et des meilleurs que nos cerveaux ont trouve pour faire du mal a quelqu'un.. Un bon gros dictionnaire en tapant bien fort peut tuer j'en suis sur ! Un ecran de tele, un tapis, une bouteille, un cable electrique, une coquette, un slip (je fais l'inventaire de ma chambre…) bref tout ce qui nous entoure peut-être un potentiel danger en fait mais pourquoi on y pense pas ? Parceque l'on en a pas peur ! J'en suis sur que si l'on remplacait les couteaux dans les films d'horreur par une banane, il y aurait beaucoup de gens qui consuterait pour bananaphobie ! (En parlant de nouriture. J'ai rencontre un jour une personne (mon prof de compta) qui m'a fait les eloges des proprietes des graines de cacao, que l'on trouve dans les magasins organique. Je suis sur que l'on peu en trouver en France aussi. Cette personne me ventait les merites et les effets positifs des graines sur les baisses d 'humeur et m'a explique que ces graines sont extrement bonnes pour la santee, Je n'y croyait pas trop car je ne suis pas trop dans le delire graine fruit truc de hippie mais j'ai un jour essaye et c'est vrai que si l'on en mange une petite dizaine par jour cela m'a souvent aide quand je me sentais un peu faiblire. Il n'y a aucun effet secondaire, c'est completement legal et recommende dans une alimentation saine, ce fut la monnaie d'echange des Mayas, plus precieux que l'or en leur temps et ça marche pour moi ! Je continue a en prendre de temps en temps. Bref je ne fais aucune pub mais je donne juste un petit trick. Par contre ça a un gout degueulasse et on met un petit peu de temps a s'habituer, mais maintenant j'aime bien. La premiere fois que l ‘on en mange même, on peut se sentir un peur “high” de bien être.). Ne pas perdre espoir est la clef. Vous n'etes pas seul, si vous etes la c'est que vous savez deja de quoi vous souffrez (ou presque plus ou plus ! ) et c'est deja une bonne etape. En parler a ete pour moi le truc, et eviter les medecins et psy a definitevement ete un bon choix POUR MOI. Je ne dis pas que j'ai la solution, je desirais juste partager mon histoire avec vous car internet c'est bien mais generalement les gens qui s'en sorte n'y sont pas très nombreux a temoigner. Je peux maintenant dire que j'ai en gros souffert de ces TOCs mentaux pendant 4-5 ans et que ça va tellement mieux maintenant, depuis un looong moment. Et je le sens au fond de moi, vraiment, que la vie est belle et que tout ces petits soucis que j'ai eu font de moi une personne sensible et gentille et que au final je ne suis pas quelqu'un de commun mais quelqu'un de special qui a beaucoup d'amour a donner et en rien de la haine ou de la violence, et ça COMME VOUS. Je vous souhaite tout le meilleur car, si il n'arrive pas mainteant ou demain, il arrivera un jour, il faut juste ne pas perdre espoir car de cette merde ON EN GUERIT !!! Et s'il vous plait postez vos commentaries si vous vous en etes sortit aussi, car le positif tue les TOCs !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


531266
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

J'ai reussis a me debarrasser de mes toc toute seule: temoignage - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Bonjour Chaiiiina ^^ pour avoir subi les tocs dans mon adolescence, je suis tout à fait d'accord avec Chaina car j'ai procédé de la même façon pour m'en débarrasser c'est à dire que je me suis empêchée de faire mes tocs (ruminations mentales...Lire la suite

Toc , rechute durant les regles !!!!! - troubles obsessionnels compulsifs (toc)

image

Salut. Toute personne souffrant de toc sait parfaitement l'enfer auquel il faut faire face chaque minute de la vie, il estime bien sur la valeur des choses perdues à cause de fléau… (Joie, quiétude, ami, copain, étude. Personnellement 6 ans...Lire la suite